Le BDS milite pour que le Royaume-Uni ne participe pas à l’Eurovision en Israël
Rechercher

Le BDS milite pour que le Royaume-Uni ne participe pas à l’Eurovision en Israël

Des dizaines de personnes ont manifesté devant le studio où Netta Barzilai participait à un concours local pour sélectionner le représentant britannique qui ira à Tel Aviv

Des activistes pro-palestiniens protestent contre Israël devant le studio de Manchester de "Eurovision : You Decide" le 8 février 2019. (Capture d'écran/Channel 12)
Des activistes pro-palestiniens protestent contre Israël devant le studio de Manchester de "Eurovision : You Decide" le 8 février 2019. (Capture d'écran/Channel 12)

Des dizaines de militants pro-palestiniens ont protesté devant le studio de Manchester où Netta Barzilai participait à la finale du concours télévisé pour choisir le candidat britannique du concours Eurovision de la chanson.

Les manifestants ont agité des drapeaux et des symboles palestiniens pour protester contre le régime militaire israélien en Cisjordanie ainsi que contre le blocus de la bande de Gaza, qui est en place pour empêcher l’organisation terroriste palestinienne du Hamas de se procurer des armes.

Les manifestants ont appelé le Royaume-Uni à boycotter la finale du concours international de la chanson, qui se tiendra à Tel Aviv le 18 mai prochain.

Un groupe un peu plus restreint de contre-manifestants s’est également rassemblé devant le studio, brandissant des drapeaux israéliens, ainsi que des pancartes vantant le bilan d’Israël en matière de droits humains et remerciant la BBC pour sa décision de diffuser le concours de la chanson.

Alors qu’on craignait que les manifestants ne perturbent la prestation de Barzilai dans le studio, elle a réalisé sa prestation sans incident. Le mois dernier, cependant, des manifestants anti-israéliens ont brièvement interrompu un tour de qualification pour le concours Eurovision de la chanson en France, alors que Barzilai se trouvait sur scène. Une retransmission du concert a montré quatre ou cinq manifestants se précipitant sur la scène, avec au moins une personne tenant une pancarte « Non à l’Eurovision 2019 en Israël », avant d’être rapidement escortée vers la sortie.

La chanteuse israélienne Netta Barzilai qui a remporté l’édition 2018 de l’Eurovision lors d’une séance photo pendant une interview réalisée à Tel Aviv, en Israël, le 29 janvier 2019. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

Après la prestation de « Toy » de Barzilai, qui a remporté le concours de la chanson en 2018, Michael Rice, 21 ans, a été annoncé vainqueur de « UK’s Eurovision : You Decide » et se rendra à Tel Aviv.

Le concours de l’Eurovision devrait attirer des dizaines de milliers de personnes et une importante couverture médiatique en Israël. Les manifestants anti-israéliens ont fait de ce concours une cible de choix pour leurs appels au boycott.

Barzilai a rejeté les appels au boycott du concours de cette année qui se tient en Israël, déclarant dans une interview de la BBC jeudi, « Quand vous boycottez la lumière, vous répandez l’obscurantisme ».

« Le boycott, c’est empêcher à la lumière de se répandre et quand on boycotte la lumière, c’est l’obscurantisme qu’on laisse se propager – c’est ce que je pense. Je crois dans le dialogue, je crois dans la protestation : Mettons-les en œuvre, mais le boycott n’est pas une réponse », a dit Barzilai à la BBC.

Le mois dernier, des artistes britanniques ont demandé à la BBC de soutenir le déplacement du concours ailleurs en raison de « la violation systématique par Israël des droits de l’homme des Palestiniens ». Le réseau de télévision a rejeté la pétition, affirmant que l’Eurovision n’était « pas un événement politique et ne soutient aucun message ou campagne politique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...