Rechercher

Hausse des prix: le chef de la Histadrout appelle à boycotter certaines marques

« La fête est finie » : selon Arnon Bar-David, les géants de l'importation Diplomat, Kimberly Clark et Schestowitz "profitent du chaos politique" et "abusent" de la population

Le président de la fédération syndicale Histadrout, Arnon Bar-David, appelle au boycott des géants de l'importation Diplomat, Kimberly Clark et Schestowitz dans un contexte de hausse des prix, le 26 juillet 2022. (Crédit : Capture d'écran/Histadrout)
Le président de la fédération syndicale Histadrout, Arnon Bar-David, appelle au boycott des géants de l'importation Diplomat, Kimberly Clark et Schestowitz dans un contexte de hausse des prix, le 26 juillet 2022. (Crédit : Capture d'écran/Histadrout)

Face à la hausse des prix des biens de consommation, le président de la fédération syndicale Histadrout, Arnon Bar-David, a appelé les consommateurs israéliens à boycotter plusieurs entreprises qui ont récemment annoncé de nouvelles hausses de prix.

Dans un discours prononcé mardi, Bar-David a exhorté la population israélienne à boycotter les géants de l’importation Diplomat, Kimberly Clark et Schestowitz, qui ont récemment annoncé qu’ils augmentaient les prix de la plupart de leurs produits de 5 à 15 %.

« Nous, les citoyens et les salariés de l’État d’Israël, ne sommes prisonniers de personne », a déclaré Bar-David. « Une entreprise qui abuse de ses citoyens devra faire face aux conséquences de ses actes par le biais d’un boycott des consommateurs que nous allons appliquer dès aujourd’hui. »

L’appel à l’action de Bar-David survient après que Diplomat – qui importe notamment les produits Gillette, Heinz, Milka et Starkist – a annoncé la semaine dernière qu’elle allait procéder aux augmentations de prix prévues, allant jusqu’à 16 % pour certains de ses produits. La société avait prévu d’augmenter les prix au début de l’année, mais avait mis le processus en suspens, craignant des sanctions du gouvernement et un tollé de la population.

Kimberly Clark Israël et Schestowitz ont suivi le mouvement, la première annonçant la semaine dernière des hausses de prix de 5,5 % à 9,6 % sur la plupart de ses produits, et la seconde des hausses de prix de 5 % à 14 %.

Alors que les ministères de l’Économie et des Finances s’étaient farouchement opposés aux augmentations de prix en début d’année, ils se sont gardés de le faire cette fois-ci, après avoir récemment annoncé des hausses de prix sur plusieurs produits réglementés par le gouvernement, comme le pain et les œufs.

Des Israéliens font leurs courses au supermarché Rami Levy de Modiin, le 1er février 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

« Schestowitz, Diplomat, Kimberly Clark, la fête est finie. Ce sont les trois premières compagnies. Toute société qui profitera de la situation et augmentera les prix de manière disproportionnée – nous les attaquerons », a déclaré Bar-David, appelant les consommateurs israéliens à ne plus acheter les produits de ces sociétés.

« Il existe des substituts pour tout », a-t-il ajouté.

Bar-David a soutenu que les hausses de prix étaient « une tentative cynique de profiter du chaos politique » dans le pays et a affirmé que la situation financière de ces compagnies « n’est pas mauvaise », citant les frais de transport qui ont été considérablement réduits ces derniers mois.

« Nous voyons tous les différences de prix lorsque nous visitons d’autres pays. Les prix [en Israël] sont fous, [ces compagnies] prennent des pourcentages à deux chiffres par rapport aux prix pratiqués en Europe. Pourquoi ? On est des pigeons ?

Bar-David a déclaré avoir rencontré le Premier ministre Yair Lapid et l’avoir exhorté à intervenir.

« Je lui ai dit que ce processus était tombé sous notre garde, et que j’attendais de lui qu’il fasse baisser le coût de la vie. Heureusement, c’est tombé dans des oreilles attentives », a-t-il déclaré, avertissant que s’il ne recevait pas rapidement des réponses du gouvernement, il « irait dans la rue et fermerait le pays ».

Le président de la Histadrout a déclaré qu’il avait alloué un budget de 40 millions de shekels à la lutte contre la hausse du coût de la vie et qu’il allait bientôt lancer une campagne publique.

Bar-David a noté qu’au-delà du boycott des consommateurs, des mesures concrètes devaient être prises afin de réduire la hausse des coûts du logement, de l’électricité, de l’éducation et d’autres services et a déclaré qu’il était de la responsabilité du gouvernement de fournir des solutions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...