Le chef de la police veut rester en poste une quatrième année
Rechercher

Le chef de la police veut rester en poste une quatrième année

Sur fond de rumeurs sur son avenir au sein des forces de l'order, Roni Alsheich a affirmé que trois ans ne suffisent pas à implanter des changements en profondeur

Le chef de la police israélienne Roni Alsheich à la cérémonie d'ouverture de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de la police israélienne Roni Alsheich à la cérémonie d'ouverture de l'ambassade américaine à Jérusalem, le 14 mai 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

S’exprimant au sujet des informations qui circulent dans les médias, indiquant que son mandat pourrait ne pas être reconduit pour une quatrième année, le chef de la police Roni Alsheich a déclaré mercredi que les trois ans qu’aura duré son mandat ne suffisent pas à effectuer des changements en profondeur au sein des forces de l’ordre.

« S’ils me demandent de rester une année supplémentaire, j’y réfléchirais », a déclaré Alsheich durant une conférence à l’université de Tel Aviv. « Je suppose que ma réponse sera positive, parce que j’aime cette organisation du plus profond de mon cœur ».

Le mandat d’Alsheich prendra fin en décembre, et certaines rumeurs indiquant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan n’ont pas l’intention de le prolonger d’une année, comme c’est l’habitude.

Depuis des mois, Netanyahu, qui fait l’objet de trois enquêtes distinctes, a accusé Alsheich de faire fuiter des informations à la presse et de mener une chasse aux sorcières.

Le chef de la police a déclaré à son auditoire de Tel Aviv qu’il rencontre Netanyahu moins fréquemment qu’au début de son mandat.

« Lorsqu’ils m’invitent aux débats du cabinet et du gouvernement, je viens », a-t-il dit. « Je suis moins souvent convié ces derniers temps. »

Erdan a répondu jeudi à Alsheich, rejetant ses propos.

« Je ne pense pas qu’un chef de la police doit mener un dialogue avec le gouvernement via des conférence et des organes de presse », a-t-il dit à la radio militaire. « L’endroit adapté à cette conversation est avec nous. »

Les propos d’Alsheich surviennent au lendemain d’une allusion de la part du procureur général, indiquant que Netanyahu pourrait ne pas pouvoir choisir le prochain chef de la police, en raison de certains conflits d’intérêts.

Parallèlement, Walla news a indiqué mercredi que le juge de la Cour suprême Eliezer Goldberg, 87 ans, qui a également été contrôleur d’Etat, supervisera la commission chargée des nominations, notamment celle du chef de la police.

Ce panel est également responsable de la nomination des chefs d’état-major, des chefs du Shin Bet et du Mossad, des gouverneurs de la banque d’Israël, entre autres.

La nomination de Goldberg sera officielle dimanche. Le poste est vacant depuis 2016.

La prolongation d’un mandat ne nécessite pas l’accord de la commission.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...