Le chef de l’armée israélienne du sud rejette les critiques de l’ancien assistant sur Gaza
Rechercher

Le chef de l’armée israélienne du sud rejette les critiques de l’ancien assistant sur Gaza

Deux jours avant le Jour du Souvenir, le général Turgeman défend les soldats qui ont participé à l'Opération Bordure protectrice

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le commandant de la région Sud, Sami Turgeman, pendant une conférence de presse, le 5 août 2014. (Crédit : Gideon Markowicz / Flash90)
Le commandant de la région Sud, Sami Turgeman, pendant une conférence de presse, le 5 août 2014. (Crédit : Gideon Markowicz / Flash90)

Le général Sami Turgeman, chef de Commandement du Sud de l’armée israélienne pendant la guerre à Gaza de 2014, s’est exprimé très durement contre les récentes accusations formulées par son ancien assistant concernant le conflit.

Le général Yom-Tov Samia, qui était assistant de Turgeman pendant le conflit, a critiqué la gestion de l’armée pendant la guerre de 50 jours.

Dimanche, il s’est encore moqué des médailles d’honneur qui ont été distribuées à la suite du conflit et a affirmé qu’il n’avait jamais été invité à aucun débriefing ou toute autre réunion après le conflit, connu sous le nom d’Opération Bordure protectrice.

« Aujourd’hui, dans une déclaration stupide, il y a eu une tentative d’entacher les médailles d’honneur, deux jours avant le Jour du Souvenir », a déclaré Turgeman dans sa réponse aux commentaires de Samia.

Aux victimes et aux soldats récompensés de médailles d’honneur, le général a déclaré : « Je suis fier de vous, et honte à qui vient vous calomnier ».

Turgeman, qui a quitté son poste à la tête du Commandement du Sud en 2015, réfute aussi les accusations de Samia, selon lesquelles il n’aurait jamais été consulté pour prendre part aux enquêtes d’après guerre.

« Chaque personne qui devait être invitée a été invitée. Si quelqu’un déclare ne pas l’avoir été, il fait le choix de ne pas être exact pour ses propres raisons », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...