Le chef du Parlement suédois : nous cherchons de meilleures relations avec Israël
Rechercher
Interview

Le chef du Parlement suédois : nous cherchons de meilleures relations avec Israël

À Jérusalem, Urban Ahlin reconnaît les "divergences d'opinion" mais insiste sur le fait que Stockholm est un "ami inébranlable" de l'État juif

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président du Parlement suédois Urban Ahlin, à gauche, avec Yuli Edelstein, président de la Knesset, à la Knesset de Jérusalem, le 15 novembre 2017 (Crédit : Jorge Novominsky)
Le président du Parlement suédois Urban Ahlin, à gauche, avec Yuli Edelstein, président de la Knesset, à la Knesset de Jérusalem, le 15 novembre 2017 (Crédit : Jorge Novominsky)

La Suède cherche activement à améliorer les relations actuelles entre Stockholm et Jérusalem, a déclaré le président du Parlement suédois lors d’un voyage de trois jours dans la région.

« Le but de ma visite est de montrer qu’il y a un grand intérêt pour la Suède à avoir de bonnes relations avec Israël », a déclaré Urban Ahlin au Times of Israël.

« Nous pensons qu’il y a beaucoup de domaines où nous pourrions coopérer encore mieux que nous le faisons aujourd’hui, comme le commerce et l’informatique », a-t-il dit, ajoutant qu’Israël est connu pour ses start-ups.

« Pour moi, Israël est très proche de mon coeur. Nous faisons tout ce que nous pouvons au sein du Parlement suédois pour mettre en lumière des problèmes comme la lutte contre l’antisémitisme », a déclaré Ahlin.

Lorsque la Suède, en 2014, est devenue la première nation d’Europe occidentale à reconnaître un État palestinien, les relations bilatérales avec Israël ont pris un sérieux tournant. Les tensions ont augmenté après que la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, a fait une série de commentaires controversés, y compris une demande pour que les Israéliens fassent l’objet d’une enquête pour des allégations d’exécutions extrajudiciaires de Palestiniens.

En décembre 2016, des responsables israéliens ont menacé de boycotter Wallstrom lors d’un voyage prévu dans la région (qu’elle a par la suite annulé). Plus tôt cette année, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a refusé de rencontrer le Premier ministre suédois Stefan Löfven en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Le président du Parlement suédois Urban Ahlin, à droite, et le président de la Knesset, Yuli Edelstein, inspectent une garde d’honneur à la Knesset à Jérusalem, le 15 novembre 2017 (Jorge Novominsky)

Ahlin, qui a quitté le parti social-démocrate au pouvoir en Suède lorsqu’il est devenu président du Riksdag en 2014, a été invité en Israël par le président de la Knesset, Yuli Edelstein, qui était récemment venu à Stockholm. Il a rencontré Edelstein et plusieurs députés à la Knesset – où il a été accueilli par une garde d’honneur – mais n’a pas rencontré de hauts fonctionnaires.

À Ramallah, il a rencontré le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Rami Hamdallah, qui a profité de sa séance de photos pour appeler d’autres pays européens à reconnaître l’État de Palestine.

Lors d’une interview à l’hôtel Mamilla de la capitale, Ahlin a noté que plus d’une centaine de pays dans le monde avaient reconnu la Palestine avant la Suède, ajoutant que Stockholm ne regrettait pas sa décision.

« Le gouvernement suédois a pris cette décision pour reconnaître [la Palestine]. C’est la politique de la Suède. Et cela ne peut pas être révoqué « , a-t-il dit. « Je ne pense pas que quiconque le révoquera, si c’était même possible », a-t-il dit.

« Je suis absolument certain que beaucoup de personnes en Suède réalisent que reconnaître la Palestine dérangerait beaucoup d’Israéliens. Il serait naïf de penser autrement. En tant que conférencier, je peux également vous dire qu’au Parlement suédois, de gauche à droite, il y a un fort soutien en faveur d’une solution à deux Etats. »

Ahlin a dit qu’il pouvait comprendre pourquoi beaucoup d’Israéliens étaient mécontents de cette décision et a reconnu que cela pourrait temporairement les conduire à ne voir la Suède qu’à travers le prisme de son approche du processus de paix.

« En réalité, les Israéliens savent vraiment que la Suède est un ami inébranlable d’Israël. Et nous l’avons montré dans l’Histoire, et nous le montrerons dans le futur. »

Il a dit que la plupart des Israéliens ne considèrent pas la Suède comme hostile à Israël.

« Je pense que les Israéliens ordinaires savent de quoi parle la Suède. C’est un État-providence moderne, une société ouverte, très démocratique. C’est une société qui défend le droit international et les droits de l’Homme », a-t-il déclaré, citant des personnalités suédoises qui ont sauvé des Juifs pendant l’Holocauste, comme Raoul Wallenberg et Folke Bernadotte.

Citant son exigence constitutionnelle de rester politiquement neutre, il a refusé de discuter les déclarations controversées de Wallstrom, que Netanyahu a qualifiées l’année dernière d’ « immorales » et de « stupides ».

« Nous pouvons parfois avoir des divergences d’opinion sur les choses. C’est tout à fait normal dans n’importe quel contexte international. Mais nous voulons avoir de bonnes relations. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...