Le choix de Trump pour le Trésor américain avait pour mentor les ‘méchants’ de la campagne
Rechercher

Le choix de Trump pour le Trésor américain avait pour mentor les ‘méchants’ de la campagne

Lloyd Blankfein et George Soros – qui figuraient dans un clip de campagne au ton antisémite de Trump – ont employé Steven Mnuchin

Eli Miller, chef des opérations de la campagne Trump, avec Steve Mnuchin, le président des finances nationales de la campagne Trump, en arrivant au Trump Tower, à New York, le 29 novembre 2016 (Crédit : Drew Angerer / Getty Images)
Eli Miller, chef des opérations de la campagne Trump, avec Steve Mnuchin, le président des finances nationales de la campagne Trump, en arrivant au Trump Tower, à New York, le 29 novembre 2016 (Crédit : Drew Angerer / Getty Images)

JTA – Comme dans une scène bonus en fin de générique d’un film de super-héros de Marvel, le dernier clip pré-électoral de campagne de Donald Trump a ajouté trois personnages surprenants à sa galerie habituelle de méchants (où figure les Clinton, Barack Obama et les étrangers) : Lloyd Blankfein, George Soros et Janet Yellen.

Tous trois gèrent de l’argent : Blankfein en tant que PDG de l’investissement de Goldman Sachs, Soros est le leader des fonds spéculatifs et Yellen est la présidente de la Réserve fédérale. Tous les trois sont juifs.

De plus, Blankfein et Soros ont aussi ceci en commun : ils ont à une époque employé Steven Mnuchin, l’homme qui deviendrait le secrétaire au Trésor du Trump, et qui est aussi juif.

Mnuchin, qui a confirmé mercredi qu’il était le choix de Trump pour le Trésor, travaillait pour Blankfein dans les années 1990 lorsque Blankfein dirigeait « la division des revenus fixes » de Goldman Sachs. (Blankfein a déclaré au Washington Post que Mnuchin était un « homme très intelligent » quand il l’avait connu mais qu’ils ne sont pas restés en contact au cours des années.)

Après avoir quitté Goldman Sachs en 2002, Mnuchin a passé une brève période à travailler pour Soros, qui l’a ensuite aidé à créer Duke Capital Management.

Mnuchin a été l’un des premiers donateurs républicains qui ont soutenu Trump et a été le président des finances de la campagne.

Cela soulève 3 questions sur l’équipe de transition Trump, et pour Mnuchin :

Qu’est-ce que Mnuchin a pensé du clip ?

Beaucoup des défendeurs de Trump dans les médias sociaux affirment que la nomination de Mnuchin infirme la théorie que Trump est un antisémite (bien que peu de personnes aient été plus douces avec Obama quand il a nommé un ancien volontaire civil de l’armée israélienne, Rahm Emanuel, comme son chef de cabinet).

L’accusation la plus crédible contre Trump n’est pas qu’il soit antisémite mais le fait que lui et son équipe de campagne aient utilisé des techniques de langage et des théories conspirationistes qui seraient immédiatement comprises par les antisémites comme abordant la vilenie juive – et pour les galvaniser à soutenir la campagne.

Dans le clip de clôture de la campagne, des photos de Soros et Yellen accompagnaient la dénonciation de Trump de « ceux qui contrôlent les leviers du pouvoir à Washington » et « les intérêts spéciaux mondiaux ».

Le visage de Blankfein a été utilisé pour illustrer la « structure de pouvoir mondiale qui est responsable des décisions économiques qui ont volé notre classe ouvrière, dépouillé notre pays de sa richesse et mis cet argent dans les poches d’une poignée de grandes sociétés et d’entités politiques ».

En tant que président des finances de la campagne, Mnuchin a dû donner son accord pour le clip. Qu’en a-t-il pensé, non seulement de l’accusation de personnages bancaires juifs présentés comme des méchants, mais aussi de l’inclusion de deux personnes qui ont été ses mentors ?

Que pensent les électeurs de Trump de son choix ?

Mnuchin n’est pas seulement un diplômé de la classe argentée que Trump a prétendument répudié au cours de sa campagne, ou venant de la même firme, qui selon Trump, avait « un contrôle total » sur Hillary Clinton : il est également connu pour sa gestion d’une banque, OneWest, qui a profité du plus grand nombre saisie de maisons pendant la crise de 2008, 36 000, selon un groupe de défense des logements.

NPR a retrouvé un couple, Rose et Rex Schaffer, qui ont perdu leur maison dans laquelle ils vivaient depuis près de 50 ans après avoir échoué à persuader des bureaucrates de renoncer à saisir leur maison.

Ils ont voté pour Trump. Interrogé sur le possible nouveau poste de Mnuchin, ils semblaient perplexes : « s’il ne peut pas gérer sa propre petite banque, comment peut-il gérer une grosse instance pour les États-Unis ? », s’est interrogée Rose Schaffer.

Des questions comme celles-là pourront proliférer. Trump, qui a fait campagne sur un programme protectionniste, a nommé Wilbur Ross, un milliardaire qui a exploré les marchés chinois pour les possibilités d’investissement, en tant que secrétaire du Commerce.

Qu’en est-t-il avec Yellen ?

Janet Yellen est la seule méchante du clip de Trump qui ne semble pas avoir eu une relation avec Mnuchin, alors il faut l’ignorer, non ?

Pas tellement. Trump évidemment ne l’aime pas. Il a déclaré pendant la campagne que la Réserve fédérale a maintenu les taux d’intérêt artificiellement bas pour soutenir Obama, mais il n’y a pas grand chose qu’il puisse faire jusqu’en 2018, quand son mandat se terminera et qu’il pourra nommer quelqu’un pour la remplacer.

Mais là encore, Trump flirte avec des gens qu’il a critiqués pendant la campagne. Après avoir échangé des insultes avec le candidat de la présidentielle 2012, Mitt Romney, Trump envisage maintenant de nommer Romney secrétaire d’État.

Mnuchin dans ses entrevues semblait plus concentré sur une refonte fiscale que sur la Réserve fédérale. Mercredi matin, il a déclaré sur la chaîne CNBC que Yellen faisait un « bon travail ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...