Le Congrès juif mondial condamne la diffamation contre un dirigeant juif bulgare
Rechercher

Le Congrès juif mondial condamne la diffamation contre un dirigeant juif bulgare

Le Dr. Alek Oscar, président de l’Organisation des Juifs de Bulgarie Shalom, affiliée au Congrès juif mondial, a été "accusé à tort d’activités douteuses et même criminelles"

Des membres d'organisations nationalistes paradent avec des torches lors d'une manifestation pour commémorer le général et politicien bulgare Hristo Lukov, dans le centre de Sofia, le 16 février 2019. (Dimitar Dilkoff/AFP)
Des membres d'organisations nationalistes paradent avec des torches lors d'une manifestation pour commémorer le général et politicien bulgare Hristo Lukov, dans le centre de Sofia, le 16 février 2019. (Dimitar Dilkoff/AFP)

Dans un communiqué publié jeudi, le Congrès juif mondial a exprimé sa « plus grande inquiétude » suite à la publication par l’agence de presse bulgare PIK de plusieurs articles diffamatoires « accusant à tort le Dr. Alek Oscar, président de l’Organisation des Juifs de Bulgarie Shalom, affiliée au Congrès juif mondial, d’activités douteuses, contraires à l’éthique et même criminelles ».

Le Congrès juif mondial a expliqué que ces accusations faisaient suite à l’interdiction de la grande marche néo-nazie de Lukov en février dernier, remplacée par un simple dépôt de gerbes, alors que des hommages aux Juifs des terres sous administration bulgare morts pendant la Seconde Guerre mondiale étaient organisés.

La marche de Lukov, organisée depuis 2003, rend hommage au général Hristo Lukov, antisémite et allié nazi durant la Seconde Guerre mondiale.

Le Congrès juif mondial a ainsi rapporté que les militants néo-nazis furieux des efforts de la communauté juive bulgare visant à obtenir une interdiction de telles manifestations d’extrême-droite avaient en réaction, notamment par ces articles de presse, tenté de discréditer, diaboliser et intimider le président de la communauté, le Dr Alek Oscar, « dans des formes publiques impressionnantes ».
 
« Il est choquant et épouvantable qu’en 2020, la lutte contre le harcèlement et la calomnie antisémites doive se poursuivre pleinement », a écrit l’organisation.
 
L’année dernière, le 10 mars 2019, le Congrès juif mondial et l’Organisation des Juifs de Bulgarie Shalom avaient rassemblé plus de 1 500 personnes issues de toute la société bulgare dans les rues de la capitale, Sofia, pour une première marche de tolérance et d’unité organisée en réponse à celle de Lukov – qui avait eu lieu quelques semaines plus tôt malgré une forte opposition du gouvernement. La marche antiraciste avait été menée par le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder, qui s’était rendu à Sofia pour y participer.

Cette année, les organisateurs de la marche de Lukov ont accepté de se soumettre à une décision de la Cour administrative suprême visant à maintenir effective une ordonnance du tribunal municipal limitant l’événement à un seul dépôt de gerbes à l’ancien domicile de Lukov. La police municipale de Sofia aurait également informé les organisateurs de la marche que toute personne violant cet ordre serait arrêtée. Au final, seulement une soixantaine de militants d’extrême-droite étaient présents.

« Pour la première fois en plus d’une décennie, la communauté juive de Bulgarie a été épargnée da cette journée annuelle de peur, avec ces voyous brandissant des torches, qui défilent dans les rues afin de glorifier l’idéologie même qui a provoqué la quasi-destruction du peuple juif », a déclaré Lauder après l’interdiction de la marche. « En cette période effrayante de montée de l’antisémitisme à travers le monde, c’est une véritable victoire pour la communauté juive, le peuple bulgare et tous les partisans de la justice et de la tolérance à travers le monde. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...