Rechercher

Le CRIF appelle à suspendre la vente des bjoux d’une milliardaire autrichienne

L'origine de la fortune du défunt mari de Heidi Horten suscite des critiques ; il a notamment été accusé d'avoir profité de "l'aryanisation" des biens juifs

Heidi Horten porte le collier 'Briolette of India' avec un diamant de 90 carats. (Crédit : Christie’s)
Heidi Horten porte le collier 'Briolette of India' avec un diamant de 90 carats. (Crédit : Christie’s)

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a appelé mardi Christie’s à suspendre la vente aux enchères des bijoux de la milliardaire autrichienne Heidi Horten, la jugeant « indécente » en raison des liens de son mari avec les nazis.

Depuis le 26 avril, des centaines de bijoux de Horten, décédée en 2022, sont proposés à la vente, à Genève et en ligne, par Christie’s, une collection « extraordinaire » selon la maison d’enchères, évaluée entre 150 et 200 millions de dollars.

« Cette vente aux enchères est doublement indécente : non seulement les fonds ayant permis d’acquérir ces bijoux sont pour partie issue de l’aryanisation des biens juifs menée par l’Allemagne nazie, mais, en plus, cette vente doit abonder une fondation dont la mission est d’assurer la postérité du nom de famille d’un ancien nazi! », écrit le président du CRIF, Yonathan Arfi, dans un communiqué.

L’origine de la fortune du mari de Horten suscite des critiques. Helmut Horten – décédé en 1987- qui a bâti sa fortune en Allemagne sous le parti nazi dont il a été membre pendant un temps, a notamment été accusé d’avoir profité de « l’aryanisation » des biens juifs (mesures de spoliation visant à transférer la propriété d’entreprises détenues par des personnes d’origine juive).

Le produit de la vente aux enchères doit aller à la Fondation Heidi Horten, créée en 2021 pour soutenir la collection éponyme, ainsi qu’à la recherche médicale, la protection de l’enfance et à d’autres activités philanthropiques.

Le collier ‘Briolette of India’ avec un diamant de 90 carats appartenant à la collection de Heidi Horten. (Crédit : Christie’s)

Le CRIF déplore que cette fondation refuse « de réaliser le moindre travail autour de la mémoire de la Shoah » et que Christie’s « associe son nom à la famille Horten ».

Il demande à Christie’s de « suspendre cette vente aux enchères tant que la Fondation Horten ne s’engage dans un travail de mémoire authentique et complet ».

La maison d’enchères a annoncé qu’elle donnerait « une contribution significative » des commissions liées à la vente à « une organisation qui fait progresser la recherche et l’éducation sur la Shoah ». Mais pour le CRIF, cela « ne change rien (…) à l’origine trouble de la fortune de la famille Horten ».

Ces derniers jours, le Centre Simon Wiesenthal, spécialisé dans la traque des anciens nazis, et l’American Jewish Committee (AJC) ont eux aussi appelé Christie’s à suspendre la vente.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : [email protected]
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à [email protected].
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.