Rechercher

Le déficit budgétaire quasi-nul pour la première fois en 14 ans

Le ministère des Finances a indiqué que le déficit pour les 12 derniers mois est de 0,4 % en raison de l'augmentation des recettes et de la réduction des dépenses

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Le ministre des Finances Avigdor Liberman pendant une réunion de sa faction Yisrael Beytenu à la Knesset, le 6 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Avigdor Liberman pendant une réunion de sa faction Yisrael Beytenu à la Knesset, le 6 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le déficit budgétaire d’Israël a chuté à près de zéro, les recettes du gouvernement augmentant et les dépenses diminuant dans le cadre de la rémission économique après la pandémie de coronavirus.

Le ministère des Finances a déclaré jeudi que le déficit en pourcentage du PIB était de 0,04 % pour les 12 derniers mois en tenant compte du mois de mai.

Le ministère a déclaré que le déficit était quasiment « nul » pour la première fois depuis 2008. L’objectif de déficit pour l’année est de 3,9 % du PIB.

En mai, Israël a enregistré un excédent budgétaire pour le cinquième mois consécutif, l’excédent depuis le début de l’année s’élevant à 3,33 milliards de shekels.

En mai, l’excédent était de 1,4 milliard de shekels.

Le ministère a fait état d’une « croissance significative » des recettes en pourcentage du PIB, parallèlement à une baisse des dépenses, les programmes d’aide économique de l’époque de la pandémie ayant été réduits et le chômage restant faible.

Les recettes de l’État pour les cinq premiers mois de l’année se sont élevées à 206,3 milliards shekels, soit une augmentation de 25 % par rapport à la même période de l’année dernière.

Les dépenses publiques se sont élevées à 173 milliards de shekels, soit une baisse de 13,2 % par rapport à l’année dernière. Les programmes d’aide économique se sont élevés à 3,6 milliards de shekels au cours des cinq premiers mois de l’année.

Le taux de chômage en Israël était de 3,4 % au cours de la première moitié du mois de mai, selon le Bureau central des statistiques. Au cours de la première moitié d’avril, le taux de chômage était de 2,9 %, le taux le plus bas depuis 50 ans.

Le déficit budgétaire d’Israël pour l’année 2020 était de 160,3 milliards de shekels, soit 11,7 % de son PIB, le plus élevé jamais enregistré, en raison des graves effets économiques de la pandémie. En pourcentage, le déficit était l’un des plus élevés au monde.

Durant les premiers mois de la pandémie, le chômage a atteint un niveau record, avec près d’un quart de la population active sans emploi.

L’année dernière, l’économie a progressé de 8,1 %, dépassant les prévisions précédentes et marquant le taux de croissance financière le plus élevé enregistré en Israël depuis 21 ans. L’économie s’est contractée de 1,6 % au premier trimestre de cette année dans un contexte de ralentissement mondial.

Avigdor Liberman a pris la tête du ministère des Finances à la même époque l’année dernière, lorsque le gouvernement du Premier ministre Naftali Bennett a été investi.

La coalition a adopté un budget d’État en 2021 après une série d’élections non concluantes et de dysfonctionnements gouvernementaux qui ont bloqué cette législation cruciale pendant plus de trois ans.

Le gouvernement semble être sur la voie de l’effondrement alors qu’il louvoie d’une crise à l’autre depuis qu’il a perdu sa majorité en avril, ce qui représente un risque pour l’activité économique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...