Le député Ahmad Tibi dépose plainte contre un soldat qu’il a affronté à Hébron
Rechercher

Le député Ahmad Tibi dépose plainte contre un soldat qu’il a affronté à Hébron

Le père du soldat s'est plaint à la police que son fils ait été agressé et humilié publiquement quand l'élu arabe n'a pas été autorisé à entrer dans l'enclave juive de la ville

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Ahmad Tibi, membre de la Liste arabe unie, s'est exprimé lors d'une conférence de presse présentant la campagne électorale en hébreu de la Liste arabe unie à Tel Aviv, le 23 février 2021. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Ahmad Tibi, membre de la Liste arabe unie, s'est exprimé lors d'une conférence de presse présentant la campagne électorale en hébreu de la Liste arabe unie à Tel Aviv, le 23 février 2021. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Le député Ahmad Tibi (Liste arabe unie) a déposé mardi une plainte auprès de la police contre un soldat de Tsahal suite à un affrontement avec le militaire dans la ville de Hébron en Cisjordanie au cours du week-end dernier.

Tibi a affirmé que le soldat l’a agressé et a violé ses droits en tant que membre de la Knesset lorsqu’il l’a empêché, lui et un groupe avec lequel il était, de descendre une rue. Le père du soldat avait déjà déposé une plainte auprès de la police contre Tibi, affirmant que le législateur avait attaqué et humilié publiquement son fils.

L’altercation, dont une partie a été filmée, s’est produite samedi alors que Tibi visitait la ville, où une petite enclave de colons juifs vit au milieu d’une importante population palestinienne.

Parmi les participants à la visite figuraient les députés de la Liste arabe unie Osama Saadi et Ayman Odeh, a rapporté le quotidien Haaretz mardi. Le maire de Hébron, Tayseer Abu Sneineh, s’est joint à eux. Par le passé, il a été condamné par Israël pour son rôle dans un attentat terroriste perpétré en 1980 dans la ville, qui a fait six morts et 20 blessés.

Le voyage a été organisé dans le contexte d’un différend concernant des travaux visant à rendre le Tombeau des Patriarches de la ville accessible aux personnes handicapées, a rapporté Haaretz. Le Waqf, une autorité religieuse musulmane qui supervise les lieux saints, et la municipalité de Hébron s’opposent au projet mené par Israël sur le tombeau, qui est sacré à la fois pour les juifs et les musulmans.

Au cours de sa promenade dans la ville, le groupe de Tibi a essayé d’entrer dans la rue a-Sahala, qui jouxte l’enclave juive. Un soldat de la brigade Golani en service leur a bloqué le passage et leur a dit qu’ils ne pouvaient pas aller plus loin, même si des agents de la police des frontières israélienne accompagnaient le groupe.

Tibi a déclaré à Haaretz que pendant une brève échauffourée, le soldat l’a frappé.

« C’est un comportement violent, agressif et intimidant », a déclaré Tibi. « Il y a un préjudice physique et une violation flagrante de l’immunité des membres de la Knesset ici ».

Tibi a affirmé qu’il était clair que le groupe comprenait des députés et que les législateurs s’étaient identifiés comme tels auprès du soldat.

La vidéo de l’incident montre le soldat criant à Tibi et à son groupe : « Qui êtes-vous de toute façon ? » On peut voir le soldat dire « Personne ne passe par moi » et bloquer la progression de Tibi en tendant son bras, que le législateur gifle ensuite.

« Vous êtes insolent », a crié Tibi au militaire dans la vidéo.

Tibi a déclaré à Haaretz que le soldat avait utilisé son poing pour le pousser dans l’estomac.

« Même les policiers et les officiers [de Tsahal] présents avaient l’air embarrassés », a déclaré Tibi, qui a ajouté qu’il avait également déposé une plainte auprès du ministre de la Défense Benny Gantz.

Tsahal a déclaré à Haaretz que le soldat avait agi conformément à la procédure et que les députés avaient été empêchés de s’approcher de l’enclave juive parce qu’ils étaient accompagnés d’autres personnes qui n’avaient pas l’autorisation d’entrer dans la zone.

Haim Bleicher, un avocat du groupe d’aide juridique Honenu qui a déposé une plainte auprès de la police dimanche au nom du père du soldat, a déclaré dans un communiqué que Tibi a essayé d’empêcher le soldat de remplir ses fonctions « en utilisant la force pour entrer dans une zone qui est surveillée et qui est très sensible sur le plan de la sécurité ».

M. Bleicher a déclaré que M. Tibi « a agressé le soldat de manière grave et flagrante et l’a même humilié et insulté publiquement. Même s’il est vrai que le suspect est un membre de la Knesset, ses actions constituent un délit criminel évident. »

Le député de l’opposition Avi Dichter du parti Likud a tweeté son soutien au soldat mardi et a qualifié Tibi de « provocateur ».

Le député du Likud Shlomo Karai à la Knesset, le 13 janvier 2020 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le député Shlomo Karai, également du Likud, a demandé au président de la Knesset Mickey Levy de suspendre Tibi de son poste de vice-président pour son « harcèlement » du soldat.

Karai a écrit à Levy que le comportement de Tibi était « une honte pour quelqu’un qui est censé représenter la Knesset d’Israël et non le Parlement de l’ennemi palestinien ».

Baruch Marzel, un extrémiste juif qui vit à Hébron, a montré son soutien au soldat en posant avec lui pour une photo qui a été partagée sur les réseaux sociaux.

Le soldat a également reçu la visite d’Elor Azaria, un ancien militaire très controversé de Tsahal qui a été condamné pour avoir abattu un terroriste palestinien hors d’état de nuire à Hébron en 2016. Cette affaire très médiatisée a grandement divisé l’opinion publique israélienne. Azaria a été condamné à 18 mois de prison et a finalement été libéré en 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...