Rechercher

Le diamant, pierre angulaire des relations entre l’Inde et Israël

Entre le pays du diamantaire Pravin Kukadia, l'Inde, et son pays de résidence, Israël, les diamants sont un trait d'union diplomatique et économique

Pravin Kukadia, directeur d'Eminent Gems Ltd, montre des diamants à l'AFP lors d'une interview dans son bureau du Israel World Diamond Center, dans la banlieue de Tel Aviv, à Ramat Gan, le 16 mai 2022. (Crédit: Jack Guez/AFP)
Pravin Kukadia, directeur d'Eminent Gems Ltd, montre des diamants à l'AFP lors d'une interview dans son bureau du Israel World Diamond Center, dans la banlieue de Tel Aviv, à Ramat Gan, le 16 mai 2022. (Crédit: Jack Guez/AFP)

Dans son petit bureau situé à la Bourse du diamant près de Tel Aviv, Pravin Kukadia présente fièrement sa collection de pierres précieuses. Entre le pays du diamantaire, l’Inde, et son pays de résidence, Israël, les diamants sont un trait d’union diplomatique et économique.

Délicatement à l’aide d’une pince, le joaillier révèle une pierre rose particulièrement rare, dit-il. À partir de 1996, Pravin Kukadia a effectué de régulières visites en Israël, en tant qu’acheteur pour l’entreprise familiale implantée dans la ville de Surate, dans l’ouest de l’Inde, un centre important de taille et de polissage.

« À l’époque j’achetais des diamants bruts, petits et bon marché », ironise l’homme de 56 ans qui se spécialise aujourd’hui dans le commerce de grosses pierres.

En 2003, il s’installe avec sa femme et ses deux enfants en Israël pour développer son activité, le pays étant selon lui « un acteur majeur de l’industrie du diamant » et à la pointe de l’innovation dans le domaine.

La bourse de diamants à Ramat Gan, à proximité de Tel Aviv, le 18 décembre 2017. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Statut particulier 

Selon Pravin Kukadia, la Bourse des diamants israélienne abrite une trentaine de sociétés indiennes, faisant de l’Inde, plus important polisseur de diamants au monde, le pays étranger le plus représenté.

La plupart des familles de diamantaires indiens, environ 80 personnes, vivent « dans les mêmes immeubles » près de la Bourse à Ramat Gan, ville de la banlieue est de Tel Aviv, confie-t-il à l’AFP. « Nous formons une seule et même famille. »

Selon l’avocat israélien spécialisé dans les procédures d’immigration Joshua Pex, les diamantaires indiens jouissent d’un « statut particulier » en Israël, visant à favoriser les échanges avec l’Inde.

L’État hébreu facilite en outre l’obtention de permis de travail pour les diamantaires indiens, dit-il.

« Depuis 2018, ceux-ci peuvent travailler et vivre en Israël indéfiniment et faire venir leur famille. Ils doivent renouveler leurs visas tous les trois ans contre deux pour les diamantaires d’autres pays. »

Un diamantaire vérifie la clarté et la qualité d’un diamant au Israel World Diamond Center, dans la banlieue de Tel Aviv, à Ramat Gan, le 16 mai 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Autre fait notable, l’immense centre de négoce accueille la State Bank of India (SBI), seule banque étrangère à y être présente, aux côtés de deux banques israéliennes.

« Le commerce du diamant avec l’Inde s’élève à 1,4 milliard d’euros par an », a indiqué à l’AFP le président de la Bourse israélienne, Boaz Moldawsky. « Nous exportons des pierres brutes et nous importons principalement des pierres polies », précise-t-il.

Selon lui, « le diamant a été l’un des premiers produits d’échange entre Israël et l’Inde au début des années 1970 ».

Un diamantaire vérifie la clarté et la qualité d’un diamant au Israel World Diamond Center, dans la banlieue de Tel Aviv, à Ramat Gan, le 16 mai 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Si l’Inde a reconnu Israël en 1950, elle a traditionnellement exprimé son soutien à la création d’un État palestinien et longtemps refusé d’établir des relations diplomatiques avec l’État hébreu, jusqu’en 1992.

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a d’ailleurs entamé une visite officielle jeudi en Inde dans le cadre du 30e anniversaire des relations entre les deux pays, y plaidant pour renforcer leur coopération « sécuritaire et économique », en alliant le savoir-faire technologique israélien aux « extraordinaires capacités de production » indiennes.

Libre-échange

Depuis l’arrivée au pouvoir en 2014 du Bharatiya Janata Party (BJP), la formation nationaliste hindoue de Narendra Modi qui avait déjà gouverné de 1998 à 2004, plusieurs gros contrats ont été conclus. Israël a surtout vendu à l’Inde du matériel militaire, évalué à environ un milliard de dollars par an, le ministre Gantz évoquant d’ailleurs des partenariats en matière d’armement de pointe et de drones.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, à gauche, rencontre le Premier ministre indien Narendra Modi à New Delhi, le 2 juin 2022. (Autorisation du bureau du Premier ministre indien)

Les relations en matière d’innovation et de technologie se sont resserrées, indique à l’AFP l’Autorité israélienne de l’innovation.

Un fonds d’innovation d’une valeur de 37 millions d’euros a été créé pour encourager les partenariats entre les deux pays qui ont annoncé en octobre qu’un accord de libre-échange serait finalisé courant 2022.

Dans la « tour des diamants », un des trois édifices qui composent le complexe boursier à Ramat Gan, Ranjeet Barmecha, un autre diamantaire indien, se réjouit de ce rapprochement.

L’homme de 72 ans originaire du Rajasthan dans le nord de l’Inde est un des premiers à s’être établi en Israël en 1979.

À l’époque, il n’y avait pas de représentation diplomatique. « L’ambassade (indienne) c’était quasiment chez moi », dit-il pour plaisanter. Depuis, cinq de ses six petits-enfants sont nés en Israël, dit l’homme qui parle hébreu, ajoutant s’y sentir « chez lui ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...