Le gouvernement va tenir compte de la demande de l’AP et couper l’électricité à Gaza
Rechercher

Le gouvernement va tenir compte de la demande de l’AP et couper l’électricité à Gaza

Les ministres acceptent les recommandations de l'armée israélienne et du COGAT de répondre à la demande d'Abbas pour mettre la pression sur le Hamas

Une Palestinienne aide son fils à faire ses devoirs à la lumière des bougies, alors qu'une crise électrique touche la bande de Gaza, dans le camp de réfugiés de Khan Yunis, le 19 avril 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Une Palestinienne aide son fils à faire ses devoirs à la lumière des bougies, alors qu'une crise électrique touche la bande de Gaza, dans le camp de réfugiés de Khan Yunis, le 19 avril 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Israël aurait décidé de prendre en compte la requête déposée par l’Autorité palestinienne (AP) pour couper l’approvisionnement électrique dans la bande de Gaza dirigée par le Hamas. L’AP avait annoncé qu’elle ne paierait plus les factures, tentant d’augmenter la pression exercée sur son adversaire principal.

Un responsable israélien a expliqué dimanche au quotidien Haaretz que le cabinet de sécurité avait dans la matinée accepté la recommandation de l’armée israélienne pour couper l’approvisionnement en électricité, à la demande du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dont l’affrontement avec le Hamas n’a cessé de prendre de l’ampleur ces derniers mois.

L’AP payait 40 millions de shekels par mois pour 125 mégawatts mais a récemment fait savoir qu’elle n’était dorénavant prête qu’au versement de 20 à 25 millions de shekels mensuels pour l’électricité à Gaza.

Les heures de fourniture en électricité à Gaza seront maintenant probablement réduites de six heures par jour à entre deux et quatre heures par jour.

Israël s’inquiète de ce que plus de coupures électriques n’en viennent à davantage déstabiliser Gaza.

Le chef d'Etat-major de l'armée israélienne, Gadi Eizenkot, devant la commission de Contrôle de l'Etat de la Knesset, le 22 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef d’Etat-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, devant la commission de Contrôle de l’Etat de la Knesset, le 22 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le responsable israélien a indiqué que durant cette rencontre du cabinet de sécurité, le chef d’Etat-major de l’armée israélienne Gadi Eizenkot, le directeur des renseignements militaires Hertzl Halevi et le Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), le général de division Yoav Mordechai, ont décrit des conditions qui ne cessent d’empirer dans la bande de Gaza mais ont salué la mise sous pression du Hamas, tout en avertissant qu’une plus importante pénurie d’électricité pourrait mener à une escalade.

Mordechai, a expliqué le responsable, a recommandé à Israël d’adopter une politique qui ne soit pas contraire à celle prônée par Abbas.

Suite à la décision palestinienne le mois dernier, Mordechai avait indiqué qu’il couperait la fourniture d’électricité à Gaza. Mais le ministre de l’Energie Yuval Steinitz avait rétorqué qu’Israël prendrait ses décisions sur la base de ses priorités propres et que le pays ne prenait pas ses ordres auprès de l’AP.

Steinitz a encore une fois fait valoir sa position auprès de Mordechai durant la réunion de dimanche, répétant qu’il ne prenait pas ses ordres auprès d’Abbas, ce à quoi Mordechai a répondu avec un brin de sarcasme qu’il « saluait Abbas ».

« La discussion a vraiment mis en évidence le piège dans lequel nous nous trouvons lorsqu’il s’agit du Hamas, a déclaré le responsable à Haaretz. D’un côté, nous voulons travailler avec le Hamas et ne pas enlever la pression qui est mise sur le groupe, et d’un autre, [en fin de compte] tout nous retombe dessus. »

L’AP et le Hamas s’affrontent sur la fourniture énergétique depuis un moment. Abbas, dont le gouvernement paie l’électricité à Israël, a augmenté la pression financière sur le Hamas ces dernières semaines en retenant les fonds pour desserrer l’étau sur le pouvoir tenu d’une main de fer par le groupe islamiste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...