Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Le groupe pacifiste israélien Standing Together déclare que les appels à le boycotter sont « exaspérants »

L'organisation judéo-arabe soutient un cessez-le-feu. Pour ses membres palestiniens, la radicalisation issue de l'extérieur profite au gouvernement israélien

Des militants de gauche manifestent contre la guerre entre Israël et le Hamas, appelant à un cessez-le-feu, à Tel Aviv, le 27 janvier 2024. (Crédit : Itai Ron/Flash90)
Des militants de gauche manifestent contre la guerre entre Israël et le Hamas, appelant à un cessez-le-feu, à Tel Aviv, le 27 janvier 2024. (Crédit : Itai Ron/Flash90)

JTA — Des militants palestiniens d’Israël et d’ailleurs s’affrontent sur la question du boycott d’une organisation pacifiste israélienne de premier plan, s’accusant mutuellement de faire le jeu du gouvernement israélien.

Ce débat public concerne Standing Together, organisation activiste judéo-arabe israélienne qui compte plus de 5 000 membres, qui attire l’attention internationale depuis quelques mois en raison de ses prises de position en faveur de la fin de la guerre entre Israël et le Hamas et la paix israélo-palestinienne.

La semaine dernière, la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël, ou PACBI, a demandé aux « personnes de bonne conscience » de boycotter Standing Together, à qui elle reproche de « détourner l’attention et trouver des excuses au génocide perpétré par Israël à Gaza ».

PACBI est un des membres fondateurs du mouvement anti-israélien Boycott, Désinvestissement et Sanctions, plus connu sous le nom de BDS. Cette déclaration est tombée à la veille de la décision préliminaire de la Cour internationale de Justice selon laquelle les affirmations de l’Afrique du Sud – à savoir que les Palestiniens risquent le génocide – sont « plausibles ».

« En faisant en sorte de présenter Israël comme un État tolérant, pluriel et normal, et en faisant porter l’attention sur la ‘haine’ et non l’oppression, cette organisation fait preuve de malhonnêteté intellectuelle et, pour tout dire, de complicité », lit-on dans le communiqué. « Elle joue un rôle clé dans la propagande internationale d’Israël en ce moment. »

Avant cet appel au boycott, Standing Together se trouvait déjà marginalisé en Israël, où les appels au cessez-le-feu sont rares et où la grande majorité des Israéliens juifs soutiennent la conduite des soldats israéliens.

Mardi, les membres arabes israéliens de l’organisation, qui se présentent comme des ressortissants palestiniens d’Israël, ont publié une déclaration dénonçant l’appel au boycott de PACBI, affirmant qu’il contribue à ce qu’ils qualifient de répression du gouvernement israélien contre les voix opposées à la guerre.

Des militants de gauche manifestent contre la guerre entre Israël et le Hamas, et appellent au cessez-le-feu, à Tel Aviv, le 28 décembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« Notre capacité à parler, agir ou apporter du changement sous un gouvernement fasciste est déjà sévèrement limitée et semble diminuer de jour en jour », poursuit le communiqué. « Les tentatives de réduire au silence et isoler Standing Together ne servent pas la cause palestinienne : elles servent les intérêts de l’establishment politique israélien, qui tente lui aussi de nous faire taire. »

La déclaration, qui n’est pas signée et a été publiée sur les réseaux sociaux de Standing Together, indique que l’organisation « nous a fourni, ainsi qu’à des dizaines de milliers de citoyens palestiniens d’Israël, un refuge politique en ces temps difficiles, un endroit d’où appeler au cessez-le-feu, faire notre deuil en toute sécurité et nous préparer à un avenir où nous serons libres et égaux, dans notre pays ».

Des militants de Standing Together manifestent contre la guerre entre Israël et le Hamas pour demander le cessez-le-feu, à Tel Aviv, le 28 décembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La direction de l’organisation est faite de Palestiniens et d’Israéliens juifs. Elle prépare ses prochaines élections internes en même temps qu’un grand « rassemblement pour la paix » à Haïfa, cette semaine.

Standing Together a trouvé une toute nouvelle audience pour son projet de
« paix, égalité et justice sociale et climatique » depuis le massacre, le 7 octobre, par le Hamas, de 1 200 personnes, essentiellement des civils, et l’enlèvement de 253 otages, et la guerre qui s’en est suivie. La plus jeune victime avait 10 mois et le plus jeune otage a un an.

En Israël, l’organisation a enregistré une nette augmentation de la participation à ses manifestations, mais il lui manque des soutiens au Parlement israélien et elle n’a pas de plan pour mettre en œuvre ses idées à grande échelle.

À l’étranger, l’organisation a trouvé de nouveaux soutiens sur les réseaux sociaux, surtout depuis la tournée américaine entamée par deux de ses leaders, Alon-Lee Green et Sally Abed.

Alon-Lee Green, co-directeur du mouvement Standing Together, prend la parole lors d’un événement en novembre 2023. (Crédit : Eliyahu Freedman/JTA)

Son importance en a fait une cible pour les Palestiniens opposés à toute tentative de dialoguer avec Israël comme avec tout autre pays légitime. Fondé à Ramallah en 2004 par un groupe d’universitaires palestiniens, PACBI s’oppose depuis longtemps aux tentatives des Israéliens juifs et des Palestiniens de travailler de concert sur ces bases. En 2009, l’opposition de l’organisation à une tournée israélo-palestinienne de Leonard Cohen avait conduit à l’annulation de son concert à Ramallah, après plusieurs représentations en Israël.

Les critiques du groupe envers Standing Together ont suscité une multitude de réactions la semaine dernière, à la fois sur les réseaux sociaux et sur le groupe WhatsApp des membres de Standing Together du secteur de Tel Aviv.

Dans ce groupe WhatsApp, certains estimaient que cette déclaration était l’occasion de réfléchir et de s’améliorer, d’autres que le mouvement BDS et ses membres étaient déconnectés de la réalité du terrain en Israël.

Quatrième Assemblée nationale de Standing Together, Haïfa, le 2 février 2024. (Avec l’aimable autorisation de Standing Together)

Sur X, anciennement Twitter, Monica Marks, professeure de politique du Moyen-Orient à l’Université de New York à Abou Dhabi et soutien de Standing Together, a parlé de la déclaration de PACBI comme d’une
« forme de purisme de peloton d’exécution à 360º parfaitement contre-productif ».

Ahmed Fouad Alkhatib, qui se présente comme un « fier Américain de la ville de Gaza », « pro-palestinien, anti-Hamas et anti-violence », a sévèrement critiqué cette déclaration dans un long message sur X.

« Le mouvement fait énormément de tort au mouvement pro-palestinien en attaquant les Juifs et Israéliens qui travaillent ensemble, alors qu’ils se font de plus en plus rares. Ce radicalisme ne mène nulle part. S’engager auprès de divers publics juifs/israéliens – et oui, cela inclut les sionistes pro-israéliens – devrait être la norme, au lieu de le criminaliser », a-t-il écrit.

« Ils interviennent dans le paysage dominant dans le but d’obtenir des résultats et d’offrir un foyer politique pour les Israéliens déçus par le régime de Netanyahu et la droite dans son ensemble », a ajouté Alkhatib, en parlant de Standing Together. « C’est ainsi que l’on acquiert du pouvoir, et non en faisant appel à des éléments marginaux au sein du mouvement BDS/pro-Palestine. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.