Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

Le Hamas affirme que la vidéo du prisonnier israélien Mengistu est récente

Le porte-parole de l'armée israélienne dénonce le comportement "contraire à l'éthique" de la publication de la vidéo et affirme être dans l'incapacité de l'authentifier

Une vidéo non datée publiée par le Hamas le 16 janvier 2023, censée montrer l'Israélien Avera Mengistu, retenu en captivité. (Autorisation)
Une vidéo non datée publiée par le Hamas le 16 janvier 2023, censée montrer l'Israélien Avera Mengistu, retenu en captivité. (Autorisation)

Le groupe terroriste du Hamas a déclaré mardi qu’une vidéo qu’il a publiée la veille, censée montrer le civil israélien captif Avera Mengistu, a été filmée récemment. De son côté, Israël a publiquement maintenu sa position selon laquelle il ne peut pas vérifier si la personne dans la vidéo est effectivement l’otage retenu dans la bande de Gaza.

Mengistu est l’un des deux Israéliens détenus par le groupe terroriste, en plus des dépouilles de deux soldats tués pendant la guerre d’Israël contre le Hamas de l’été 2014. Les autorités israéliennes ont discrètement engagé des négociations infructueuses pour leur libération depuis des années.

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré que la vidéo avait été tournée « ces dernières semaines » et qu’Israël « ne verra pas ses soldats capturés tant qu’il n’y aura pas un échange décent » pour les prisonniers palestiniens détenus en Israël.

Le Hamas n’a cessé de qualifier Mengistu et le second prisonnier, Hisham al-Sayed, de soldats, bien qu’aucun d’entre eux n’ait servi dans l’armée ni les services de sécurité israéliens. Les deux hommes sont entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef en 2014 et 2015, et leurs familles affirment qu’ils présentent des troubles mentaux.

Par ailleurs, le porte-parole de l’armée israélienne, le brigadier général Ran Kochav, a déclaré aux médias israéliens qu’il était encore trop tôt pour confirmer l’authenticité de la vidéo, avant d’ajouter que sa diffusion par le Hamas était une « manipulation » et un « comportement contraire à l’éthique et illégal ».

Kochav a déclaré que l’armée n’était pas encore certaine que la personne apparaissant dans le clip soit réellement Mengistu.

« Je ne voudrais pas confirmer ou infirmer le niveau de crédibilité de cette vidéo », a-t-il déclaré au média Ynet et a noté que même la propre famille de Mengistu a des doutes à son sujet.

Les famille d’Avera Mengistu et de Hisham Al-Sayed devant une affiche demandant la libération de ces civils détenus par le Hamas à Gaza, le 6 septembre 2018. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Néanmoins, les autorités israéliennes seraient convaincues que la vidéo montre réellement Mengistu.

La Treizième chaîne, citant des sources palestiniennes, a déclaré que le Hamas devrait bientôt envoyer des messages à Israël via l’Égypte pour exprimer son intérêt à reprendre les négociations sur les prisonniers. La chaîne a estimé que la diffusion de la vidéo indique que le Hamas souhaite conclure un accord d’échange de prisonniers, car dans le passé, il a exigé un prix d’Israël pour toute information sur les prisonniers.

La branche militaire du Hamas, les Brigades Izz ad-Din al-Qassam, a déclaré qu’elle diffusait la vidéo comme un message au chef d’état-major sortant Aviv Kohavi et à son successeur Herzi Halevi.

Au mois de juin 2022, le Hamas avait publié une première vidéo d’un second captif israélien, Al-Sayed, un Israélien appartenant à la communauté bédouine qui était entré de son propre gré au sein de l’enclave côtière en 2015. Le jeune homme souffrait lui aussi d’une maladie psychique, avait fait savoir sa famille.

En plus des deux civils, le Hamas retient aussi en otage les dépouilles de deux soldats de Tsahal, Oron Shaul et Hadar Goldin, tués pendant le conflit de 50 jours qui avait opposé Israël au Hamas dans la bande pendant l’été 2014.

Des manifestants marchant avec une bannière montrant les visages du captif Avera Mengistu, et des soldats décédés Oron Shaul et Hadar Goldin arrivant au kibboutz Karmia, le 5 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Les deux parties ont mené des négociations indirectes dans l’objectif de procéder à un accord d’échange de prisonniers. Un accord similaire avait permis d’obtenir la libération du soldat israélien Gilad Shalit, qui se trouvait dans les geôles du Hamas. A cette occasion, 1 027 prisonniers sécuritaires palestiniens avaient été libérés des prisons israéliennes. Un grand nombre d’entre eux étaient des terroristes condamnés.

Les services égyptiens des renseignements, qui entretiennent des liens étroits avec Israël et avec le Hamas, servent souvent d’intermédiaires dans ces pourparlers.

Toutefois, ces efforts ont échoué, jusqu’à présent, à porter leurs fruits. En 2021, des responsables de la Défense israéliens s’étaient engagés dans des discussions qui auraient été les plus importantes et les plus sérieuses jusqu’à présent au vu de la pression subie par le Hamas suite à la pandémie de coronavirus qui se propageait alors dans la bande de Gaza assiégée.

Il est très improbable que le Hamas cède sur la question d’une libération massive de prisonniers palestiniens – une initiative très controversée qu’aucun gouvernement israélien n’approuvera vraisemblablement à nouveau.

L’échange de prisonniers qui avait permis à Shalit d’être libéré avait été profondément controversé, un grand nombre de responsables de la sécurité israéliens dénonçant un échange outrageusement favorable au groupe terroriste. Un grand nombre des 1 027 prisonniers palestiniens avaient ultérieurement repris des activités terroristes – cela avait notamment été le cas de Yahya Sinwar, qui est dorénavant gouverneur du Hamas à Gaza.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.