Le Hamas met les enfants de Gaza en ligne de front selon Netanyahu
Rechercher

Le Hamas met les enfants de Gaza en ligne de front selon Netanyahu

Dans une interview, le Premier ministre a accusé le groupe terroriste d'utiliser les "civils – des femmes, des enfants" comme boucliers humains

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une interview avec le réseau de télévision américain CBS, le 15 mai 2018 (Capture d'écran : YouTube)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une interview avec le réseau de télévision américain CBS, le 15 mai 2018 (Capture d'écran : YouTube)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé mardi le Hamas d’avoir délibérément mis en ligne de front des enfants lors des affrontements à la frontière de Gaza au cours desquels des dizaines de Palestiniens ont été tués.

Netanyahu a déclaré à la télévision américaine que les troupes n’avaient eu d’autre choix que d’utiliser la force meurtrière lors des manifestations de lundi, et que la responsabilité de ces morts incombait entièrement au groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza.

« Ils [le Hamas] poussent des civils – des femmes et des enfants – dans la ligne de front dans le but de faire des victimes », a déclaré Netanyahu au réseau CBS.

« Nous avons essayé de minimiser les pertes, ils essaient de faire des victimes afin de faire pression sur Israël, ce qui est horrible », a-t-il ajouté. « Ces choses sont évitables. Si le Hamas ne les y avait pas poussés, rien ne se serait passé. Le Hamas est responsable de cela et il le fait délibérément. »

Différents gouvernements étrangers ont exprimé leur inquiétude quant à l’utilisation de tirs réels contre les manifestants. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé l’Etat juif de « terrorisme d’Etat ».

Mais Netanyahu a déclaré que d’autres pays auraient fait de même afin d’empêcher que ses frontières ne soient violées.

« Je ne connais aucune armée qui aurait agi différemment, si vous deviez protéger votre frontière des gens qui affirment : ‘Nous allons vous détruire et nous allons envahir votre pays’ », a-t-il dit.

Des Palestiniens brandissent le drapeau national lors d’une manifestation à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 14 mai 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MOHAMMED ABED)

« Vous essayez avec d’autres moyens, vous essayez toutes sortes de moyens, vous utilisez des moyens non létaux et ça ne fonctionne pas, alors il ne vous reste plus qu’à faire appel à de mauvaises solutions. Vous essayez de tirer au-dessous des genoux et parfois ça ne fonctionne pas, malheureusement », a ajouté le Premier ministre.

Le gouvernement américain a également attribué la responsabilité de la violence au Hamas, qui dirige la bande de Gaza et qui ne reconnaît pas le droit d’Israël à exister.

S’exprimant mardi à l’ONU, l’ambassadrice des Etats-Unis, Nikki Haley, a déclaré que le Hamas serait « satisfait des résultats d’hier » lorsque 60 Gazaouis ont été tués.

« L’organisation terroriste du Hamas incite à la violence depuis des années, bien avant que les Etats-Unis ne décident de déplacer notre ambassade », a-t-elle déclaré lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité.

Tsahal a indiqué que le Hamas et d’autres groupes terroristes avaient utilisé les manifestations comme couverture pour mener des attaques contre Israël, notamment en tirant sur les troupes et en essayant de franchir la barrière frontalière.

Les groupes terroristes du Hamas et du Jihad Islamique palestinien ont reconnu mardi que 13 membres de leurs organisations figuraient parmi les victimes de lundi. Israël a déclaré qu’au moins 24 des personnes tuées étaient membres de groupes terroristes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...