Le Hamas rouvre partiellement le checkpoint de Gaza après sa fermeture dimanche
Rechercher

Le Hamas rouvre partiellement le checkpoint de Gaza après sa fermeture dimanche

Le groupe terroriste avait fermé Erez tandis qu’il enquêtait sur le meurtre de Mazen Foqaha ; les hommes âgés de 15 à 45 ans n’ont toujours pas le droit de quitter Gaza pour Israël

Les forces de sécurité du Hamas au point de passage d'Erez, dans le nord de la bande de Gaza, après sa fermeture par le mouvement terroriste, le 26 mars 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Les forces de sécurité du Hamas au point de passage d'Erez, dans le nord de la bande de Gaza, après sa fermeture par le mouvement terroriste, le 26 mars 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le mouvement terroriste palestinien Hamas a annoncé lundi la réouverture partielle de l’unique point de passage pour les personnes entre la bande de Gaza qu’il dirige et Israël, au lendemain d’une journée de fermeture totale.

La décision exceptionnelle du Hamas de fermer le point de passage Erez faisait suite à l’assassinat d’un de ses commandants, que le mouvement impute à Israël.

« A compter de lundi matin, les personnes malades et celles rendant visite à des prisonniers de moins de 15 ans ou de plus de 45 ans seront autorisées à traverser le point de passage de Beit Hanoun », appelé Erez par les Israéliens, a indiqué le ministère de l’Intérieur du groupe terroriste du Hamas dans un communiqué.

Dans l’autre sens, « toutes les entrées dans la bande de Gaza sont autorisées », a-t-il ajouté.

Mazen Foqaha à sa libération après l'accord Shalit, en 2011. (Crédit : capture d'écran Twiter)
Mazen Foqaha à sa libération après l’accord Shalit, en 2011. (Crédit : capture d’écran Twiter)

Le Hamas a fermé le point de passage dimanche, apparemment pour empêcher toute exfiltration de personnes qui pourraient être impliquées dans l’assassinat de Mazen Foqaha, abattu vendredi.

Le ministre de l’Intérieur du Hamas, Eyad al-Bosom, a déclaré dimanche sur sa page Facebook que les Gazaouis qui étaient entrés en Israël pour des raisons humanitaires seraient autorisés à rentrer dans la bande de Gaza.

Israël, qui n’a pas fait de commentaires sur l’assassinat, avait précisé dimanche que son côté du checkpoint restait ouvert.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...