Rechercher

Le jeu de tarot de cette artiste juive s’inspire de la Torah et de la nature

TARO::TORA d'Ava Sayaka Rosen, créé pendant une année de bourse au JCC East Bay, est à la fois une œuvre d'art, un outil spirituel et un appel à se connecter à la nature

  • Le musicien David Israel Katz (à gauche) reçoit une lecture de tarot d'Ava Sayaka Rosen à LABAlive, le 7 novembre 2021. (Jewish Community East Bay/via JTA)
    Le musicien David Israel Katz (à gauche) reçoit une lecture de tarot d'Ava Sayaka Rosen à LABAlive, le 7 novembre 2021. (Jewish Community East Bay/via JTA)
  • Trois cartes du jeu de tarot "TARO::TORA" d'Ava Sayaka Rosen. (Ava Sayaka Rosen/via JTA)
    Trois cartes du jeu de tarot "TARO::TORA" d'Ava Sayaka Rosen. (Ava Sayaka Rosen/via JTA)
  • Ava Sayaka Rosen est l'artiste à l'origine du jeu de tarot "TARO::TORA". (Ava Sakaya Rosen/via JTA)
    Ava Sayaka Rosen est l'artiste à l'origine du jeu de tarot "TARO::TORA". (Ava Sakaya Rosen/via JTA)
  • Les cartes de tarot inspirées de la Torah d'Ava Sayaka Rosen exposées à LABAlive, un événement organisé par le JCC East Bay, le 7 novembre 2021. (Communauté juive d'East Bay/ via JTA)
    Les cartes de tarot inspirées de la Torah d'Ava Sayaka Rosen exposées à LABAlive, un événement organisé par le JCC East Bay, le 7 novembre 2021. (Communauté juive d'East Bay/ via JTA)

J. The Jewish News of Northern California via JTA – Un feu de forêt, se propageant dans une montagne. Une tortue, au plus profond de la terre. Une mer sombre, agitée à la surface et calme en dessous.

Ces images, gravées sur des blocs et imprimées par l’artiste Ava Sayaka Rosen, font partie d’un jeu de cartes qui est à la fois une œuvre d’art, un outil spirituel et un appel à se connecter à la nature.

« Je cherchais un moyen d’éduquer les gens à l’écologie, mais aussi de faire le lien entre prendre soin de la Terre et prendre soin de soi, et des relations humaines », a déclaré Rosen. « J’ai senti que le tarot était un bon moyen de faire le lien entre toutes ces choses. »

Rosen, 33 ans, a créé le jeu de tarot en tant que lauréate 2021 de LABA East Bay, une bourse d’artistes juifs d’un an parrainée par le JCC East Bay à Berkeley, en Californie. C’est un projet qui associe sa passion pour la nature et pour l’art textuel à ses racines juives.

« Mon éducation juive, combinée à l’amour de mes parents pour la nature, cela m’a vraiment donné un profond sentiment d’appartenance et de connexion à la nature », a déclaré Rosen, qui est d’origine mixte (sa mère est Japonaise et son père est Juif ashkénaze). « Et c’est ce qui m’a vraiment inspirée pour faire ce jeu de cartes. »

Rosen, qui vit à Oakland, a grandi à San Francisco et est titulaire d’un master en écriture créative et en art du livre obtenu au Mills College. Adolescente, elle a obtenu son premier emploi dans le domaine de l’art à la Congrégation Emanu-El en tant qu’assistante dans le studio d’art, pour aider le professeur. Aujourd’hui, elle est elle-même artiste et professeure d’art à la synagogue de San Francisco, avec ses propres assistants juifs.

« C’était mon premier emploi, et je l’ai vraiment aimé », dit-elle. « Et c’est hilarant pour moi que la boucle soit bouclée. Je suis de retour ici en tant que professeure d’art avec des assistants adolescents. »

Alors que son étude de l’art s’est faite dans un cadre scolaire, son expérience du tarot était personnelle.

« J’ai d’abord été attirée par l’imagerie. Je ne savais rien de ce que les cartes signifiaient, ni de leur histoire », a-t-elle déclaré. « Au fur et à mesure que j’ai commencé à en apprendre davantage à ce sujet, je suis vraiment entrée dans la pratique de la lecture du tarot comme un moyen d’enquêter sur moi-même et sur mes relations. »

Les cartes de tarot remontent à l’Italie du 15e siècle. Elles ont été adaptées à des fins mystiques, notamment comme outil de voyance, au 18e siècle en France, et les réseaux sociaux ont suscité un nouvel intérêt pour cette pratique. Lors d’une lecture de tarot, des cartes aux images évocatrices sont tirées d’un jeu et interprétées à travers un prisme particulier. Certains s’inspirent de la Kabbale dans leurs lectures ; d’autres artistes juifs modernes ont également mêlé le tarot au mysticisme juif.

Les cartes de tarot inspirées de la Torah d’Ava Sayaka Rosen exposées à LABAlive, un événement organisé par le JCC East Bay, le 7 novembre 2021. (Crédit : Communauté juive d’East Bay/via JTA)

En tant qu’artiste, Rosen a déclaré que la création de son propre jeu était une étape naturelle. Le jeu de cartes qu’elle a conçu en tant que boursière LABA n’est pas une œuvre d’art particulièrement juive, bien qu’il contienne quelques textes juifs pour aider à approfondir la compréhension de chaque image. Mais la bourse LABA lui a permis de développer un concept existant. Elle lui a également donné des délais à respecter.

« C’est un projet très ambitieux que de créer des concepts originaux, de les sculpter, de les imprimer, de les écrire – d’en rédiger les descriptions – et je savais donc que j’allais avoir besoin d’une aide de manière importante », a-t-elle déclaré.

Sur les 78 cartes qui composent un jeu de tarot, Rosen en a terminé 39, la plupart pendant la bourse LABA. Elle prévoit de chercher un éditeur une fois le jeu terminé.

« Cette bourse LABA m’a vraiment mis la pression et m’a donné une date limite, et j’ai travaillé vraiment, vraiment dur pour produire environ la moitié du jeu maintenant », a-t-elle déclaré.

Trois cartes du jeu de tarot « TARO::TORA » d’Ava Sayaka Rosen. (Crédit : Ava Sayaka Rosen/via JTA)

Rosen a commencé chaque conception en tirant une carte de son exemplaire du jeu Rider-Waite, le jeu de tarot le plus connu (publié pour la première fois en 1909, il est célèbre pour son imagerie ésotérique et il correspond à l’image du tarot que possèdent la plupart des gens). Elle s’est laissée guider par ce jeu pour trouver l’inspiration et l’interprétation nécessaires à la réalisation de sa propre version.

En réfléchissant aux interprétations traditionnelles de chaque carte, elle a trouvé un concept de nature connexe et elle a créé une description avec « des pistes d’écriture pour des questions qui permettent de réfléchir sur soi-même », a-t-elle expliqué.

Pour la carte de la lune, qui montre une pleine lune brillante légèrement enveloppée de nuages, les questions étaient les suivantes : Que savez-vous ? Vers quoi êtes-vous attiré ? Le guide pour la carte Compost, qui montre des champignons brillants poussant à partir d’une bûche, reprend une section bien connue de la Genèse : « Car tu es poussière, et tu retourneras à la poussière. »

« Travailler avec d’autres artistes juifs a vraiment élargi mes idées sur ce qu’est l’art juif », a déclaré Rosen.

Ava Sayaka Rosen est l’artiste à l’origine du jeu de tarot « TARO::TORA ». (Crédit : Ava Sakaya Rosen/via JTA)

Elle a appelé le projet « TARO::TORA » d’après deux images du jeu traditionnel Rider-Waite, illustré par Pamela Colman Smith. « Le lien entre le tarot et la Torah, auquel le titre fait référence, est mystérieux mais très présent dans les archétypes traditionnels des cartes », a-t-elle déclaré.

Rosen a pu constater le pouvoir de « TARO::TORA » en personne lors d’un événement LABA en direct le 7 novembre au JCC East Bay. Son stand, où elle effectuait des tirages avec son jeu, a été plus populaire que prévu.

« Je ne pensais pas qu’il y aurait une telle file d’attente », a déclaré Rosen en riant.

Le musicien David Israel Katz faisait partie des chanceux qui ont eu droit à une lecture. Il a déclaré qu’il avait été attiré par le projet pour la façon dont il combinait « le langage visuel de la liberté et du jeu d’une part, et de la cohésion esthétique et de la recherche profonde d’autre part ».

« Aussi minimale que soit la lecture dans son format extérieur, elle était intimement éclairante intérieurement », a-t-il déclaré à J. dans un email. « La carte que j’ai tirée m’a parlé immédiatement, et Ava a été capable de décrire avec précision et concision les différentes facettes contenues dans l’image. »

Le musicien David Israel Katz (à gauche) reçoit une lecture de tarot d’Ava Sayaka Rosen à LABAlive, le 7 novembre 2021. (Crédit : Jewish Community East Bay/via JTA)

Sarah Wolfman-Robichaud, directrice des programmes publics au JCC East Bay, a déclaré que le JCC était impatient d’avoir Rosen dans la bourse non seulement en raison de son talent et de ses connexions dans le monde de l’art et le monde juif, mais aussi en raison de son expérience dans l’enseignement aux enfants. Le JCC a l’intention de développer LABA en faisant intervenir des artistes dans les programmes préscolaires et extra-scolaires, et Mme Wolfman-Robichaud a déclaré que Rosen était un choix évident pour cela également.

Pour Rosen, LABA a été une occasion unique de participer à un groupe avec d’autres personnes comme elle : des artistes juifs qui, ensemble, pouvaient explorer les concepts de judéité, d’art et d’art juif.

« L’étude du texte associée à la création artistique m’a vraiment séduite et m’a semblé unique », a-t-elle déclaré. « Cela nous a vraiment permis d’avoir des conversations profondes autour de ces idées et de vraiment former une communauté. »

Cet article a été publié à l’origine dans J. The Jewish News of Northern California et est republié avec autorisation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...