Le Jewish Journal of Los Angeles suspend sa publication papier
Rechercher

Le Jewish Journal of Los Angeles suspend sa publication papier

L'éditeur a déclaré qu'il espérait reprendre l'impression du journal une fois que les synagogues auront rouvert

La page Facebook du Jewish Journal of Los Angeles. (Capture d'écran)
La page Facebook du Jewish Journal of Los Angeles. (Capture d'écran)

LOS ANGELES (JTA) — Le Jewish Journal of Los Angeles, la plus importante publication de la presse écrite juive hors de New York, a interrompu son édition papier le 16 octobre et proposera une version en ligne.

Dans une annonce adressée à son personnel, son lectorat, ses annonceurs, son imprimeur et son rédacteur en chef, David Suissa a déclaré qu’il espérait reprendre la parution papier une fois que les synagogues auront rouvert.

En tant que journal communautaire gratuit, le Jewish Journal of Los Angeles était principalement distribué par le réseau de synagogues éloignées de la région, où les fidèles pouvaient venir le chercher le vendredi, jour de sa publication.

« Les possibilités que crée la publication en ligne me réjouissent, mais je n’oublie pas le pouvoir du papier. Chacun a son rôle. Cela signifie que la prochaine fois que vous vous rendrez dans votre synagogue pour le Shabbat ou les fêtes, attendez-vous à y trouver votre journal juif préféré », a écrit David Suissa dans son communiqué.

Parallèlement, le Journal prévoit d’augmenter son offre en ligne et de fournir un guide de streaming juif, qui recensera les événements juifs les plus intéressants pouvant être suivis en ligne pendant la crise du coronavirus.

Après la Seconde Guerre mondiale, les habitants juifs de Los Angeles avaient le choix entre quatre hebdomadaires : B’nai B’rith Messenger, Jewish Voice, Heritage et Jewish Journal. Parmi ceux-ci, seul le Jewish Journal, fondé en 1985 et initialement subventionné par la fédération juive locale, a survécu.

Selon des chiffres récents, il était tiré à 50 000 exemplaires avant la pandémie, et comptait environ 150 000 lecteurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...