Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Le Kremlin craint l’entrée d’un « tiers » dans la guerre entre Israël et le Hamas

Selon le porte-parole Dmitri Peskov, "le risque d'implication de forces tierces dans ce conflit est élevé"

Illustration : Les forces israéliennes lançant des tirs d'artillerie en direction du Sud-Liban depuis la zone frontalière dans le nord d'Israël le 9 octobre 2023, après des tirs de mortier et une tentative d'infiltration depuis le Liban. (Crédit : Jalaa Mamrey/AFP)
Illustration : Les forces israéliennes lançant des tirs d'artillerie en direction du Sud-Liban depuis la zone frontalière dans le nord d'Israël le 9 octobre 2023, après des tirs de mortier et une tentative d'infiltration depuis le Liban. (Crédit : Jalaa Mamrey/AFP)

Le Kremlin juge que le risque de l’entrée de « forces tierces » dans le conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas est « élevé », a estimé lundi son porte-parole.

« Le risque d’implication de forces tierces dans ce conflit est élevé », a expliqué Dmitri Peskov, appelant à entamer un « processus de négociations dès que possible », selon les agences russes Ria Novosti et Tass.

Israël, cible d’un assaut meurtrier, craint désormais que d’autres groupes terroristes ne lancent également un assaut. Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, allié du Hamas et de l’Iran, a tiré des obus sur un secteur contesté à la frontière.

La Hezbollah, bête noire de l’Etat hébreu, a dit avoir effectué ces tirs « en solidarité avec la résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes] et le peuple palestiniens ».

Certains acteurs occidentaux pointent aussi une possible implication de l’Iran dans le massacre commis par le Hamas contre Israël.

Téhéran a rejeté lundi ces accusations, réfutant des informations publiées par le Wall Street Journal.

Le pays a toutefois été l’un des premiers à apporter son soutien à l’attaque, disant « soutenir la légitime défense de la nation palestinienne ».

La Maison Blanche a de son côté affirmé qu’il était « trop tôt » pour dire si l’Iran était directement impliqué, ajoutant toutefois n’avoir « pas de doute » sur le fait que le Hamas était « financé, équipé et armé » entre autres par la République islamique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.