Le Ku Klux Klan va fêter la victoire de Trump
Rechercher

Le Ku Klux Klan va fêter la victoire de Trump

Le groupe de suprématie blanche affirme que la campagne du président élu "a unifié mon peuple" ; une parade aura lieu le 3 décembre en Caroline du Nord

Le président élu Donald Trump pendant son discours de victoire à New York, le 9 novembre 2016. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images via JTA)
Le président élu Donald Trump pendant son discours de victoire à New York, le 9 novembre 2016. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images via JTA)

Le Ku Klux Klan (KKK) va organiser une parade de victoire en Caroline du Nord pour fêter l’élection de Donald Trump à la présidence américaine mardi dernier.

La parade est prévue le 3 décembre, selon le site internet du KKK.

« La campagne de Trump a uni mon peuple », peut-on lire sur la page d’accueil du site, avec une image du président élu entouré d’un anneau d’or portant les mots « Président des Etats-Unis ».

L’objectif annoncé du groupe défendant la suprématie blanche est de tenter « d’aider à restaurer une nation chrétienne blanche aux Etats-Unis ». Il rejette fermement les accusations de racisme, et déclare qu’il se concentre sur l’amour de la race blanche.

La page d'accueil du site internet du Ku Klux Klan célèbre la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine, le 11 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran)
La page d’accueil du site internet du Ku Klux Klan célèbre la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, le 11 novembre 2016. (Crédit : capture d’écran)

Ce mois-ci, un important journal du KKK avait soutenu Trump officiellement, et publié en une une longue défense du slogan de Trump, « Make America Great Again » (rendre sa grandeur à l’Amérique).

Le pasteur Thomas Robb, directeur national des Chevaliers du KKK, avait écrit dans le trimestriel The Crusader que, « alors que Trump veut rendre sa grandeur aux Etats-Unis, nous devons nous demander, ‘qu’ont fait les Etats-Unis de grand en premier lieu ?’ La réponse courte est simple. L’Amérique n’était pas grande malgré ce que nos pères fondateurs ont fait, mais grâce à ce que nos pères fondateurs étaient. »

Graffiti nazi trouvé dans la ville de Wellsville, New York, le jour où Donald Trump a remporté l'élection présidentielle, le 9 novembre 2016. (Crédit : Twitter/JTA)
Graffiti nazi trouvé dans la ville de Wellsville, New York, le jour où Donald Trump a remporté l’élection présidentielle, le 9 novembre 2016. (Crédit : Twitter/JTA)

« L’Amérique a été fondée comme une république chrétienne blanche. Et en tant que république chrétienne blanche, elle est devenue grande », a-t-il écrit.

Depuis ses débuts, la campagne de Trump a attiré le soutien des nationalistes blancs et du parti nazi américain, ainsi que de la droite dite « alternative », un mouvement politique qui a formé une partie substantielle de la base de Trump.

En août, le président du parti nazi américain a déclaré que la candidature de Trump présentait une « réelle opportunité » de construire le mouvement nationaliste blanc.

David Duke, ancien dirigeant du KKK et raciste et antisémite déclaré, a soutenu Trump et appelé publiquement ses partisans à voter pour lui aux élections. Après la victoire surprise de Trump, il a revendiqué avoir aidé à assurer la victoire du républicain.

Le camp Trump, qui a cherché à adopter un ton conciliant après l’élection, a rejeté le rassemblement du KKK. « M. Trump et son équipe continuent à désavouer ces organisations et individus, et condamnent fermement leur message de haine », a déclaré sa porte-parole selon le New York post.

Trump avait déjà désavoué les soutiens de Duke et du KKK.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...