Le maire d’Austin défend les projections de ‘Wonder Woman’ réservées aux femmes
Rechercher

Le maire d’Austin défend les projections de ‘Wonder Woman’ réservées aux femmes

Steve Adler a riposté à l'auteur d'une lettre qui avait qualifié les femmes de 'genre de deuxième catégorie' après que le cinéma a annoncé des projections spéciales du film qui a pour star la célèbre actrice israélienne

Gal Gadot posant pour les photographes lors de la première du film "Fast and Furious 5" au Cinepolis Lagoon à Rio de Janeiro, au Brésil, le 15 avril 2011 (Crédit : Buda Mendes/Latin Content /Getty Images)
Gal Gadot posant pour les photographes lors de la première du film "Fast and Furious 5" au Cinepolis Lagoon à Rio de Janeiro, au Brésil, le 15 avril 2011 (Crédit : Buda Mendes/Latin Content /Getty Images)

AUSTIN — Le maire juif d’Austin au Texas a répondu à une lettre – une réponse devenue virale – qui s’était distinguée par les propos sexistes d’un homme au sujet des projections réservées aux femmes de « Wonder Woman » par une chaîne de cinéma, avec l’actrice israélienne Gal Gadot dans le rôle-titre.

« Parfois, vous recevez une lettre qui vous reste un petit peu au travers de la gorge », a déclaré le maire Steve Adler aux médias locaux jeudi, quelques heures après qu’il a répondu à l’auteur d’un courriel qui avait menacé de boycotter la ville après que la chaîne Alamo Drafthouse Cinemas d’Austin et de la ville de New York ont annoncé qu’elles accueilleraient des projections spéciales exclusivement réservées aux femmes sur une super-héroïne (ainsi qu’à ceux qui s’identifient comme femme).

Dans son courrier au maire, Richard A. Ameduri de St. Louis, dans le Missouri, avait écrit que le cinéma « se pliait au sexisme typique des femmes » et que « la notion d’une femme héroïne est un bel exemple du désir de la femme d’accepter l’apparence d’un accomplissement sans se prévaloir d’un accomplissement réel ».

D’une manière similaire à d’autres hommes qui s’étaient laissés aller dans les médias sociaux au sujet de ces projections particulières, Ameduri a continué à railler les femmes qui « ne servent pas au combat parce qu’elles sont contentes d’avoir un rôle plus facile » et qui « acceptent des médailles d’or aux Jeux Olympiques pour être arrivées 10ème et n’avoir affronté qu’une seconde catégorie d’athlètes ».

« Donnez le nom de quelque chose qui a été inventé par une femme ! Les résultats du sexe de second ordre sont pâles en comparaison de tout ce qui a été virtuellement inventé de grand dans l’histoire humaine par l’homme, et non par les femmes », a-t-il écrit tout en montrant une certaine ingéniosité grammaticale.

« Si Austin n’accueille pas une contre-projection réservée aux hommes, je ne viendrai jamais à Austin et je serais heureux d’assister à sa décadence », a-t-il menacé, ce qui n’a probablement consterné personne.

Ameduri a par ailleurs spécifié que « je ne hais pas les femmes ».

En réponse, Adler, « père de trois femmes fortes et indépendantes », a prévenu Ameduri avec ironie du fait que son compte « a été piraté par un individu malheureux et inhabituellement hostile ».

Le maire d'Austin Steve Adler, le 1er juin 2017. (Capture d'écran : /KVUE)
Le maire d’Austin Steve Adler, le 1er juin 2017. (Capture d’écran : /KVUE)

« Veuillez faire quelque chose pour la sécurité de votre compte, sinon cette personne mal informée et ses propos sexistes vont nuire à votre nom. Après tout, nous devons nous entraider entre nous, les hommes ! » , a-t-il écrit.

« Pouvez-vous seulement imaginer si quelqu’un pouvait penser que vous ne saviez pas que les femmes peuvent s’engager au sein de nos unités de combat aujourd’hui, sans exclusion ? Si quelqu’un pensait que vous ne saviez pas que les femmes ont inventé les seringues médicales, les canots de sauvetage, les escaliers de secours, le chauffage central et solaire, un système de communication en temps de guerre pour les torpilles qui a posé les fondations technologiques de tout ce qui va de la Wi-Fi au GPS, ainsi que la bière ? », a-t-il continué, sûrement satisfait mais pas encore totalement soulagé.

« Vous et moi sommes des hommes substantiels qui n’avons que peu de temps pour les sensibilités délicates déployées par la créature digne de pitié qui s’est jouée de votre nom et de votre excellente personnalité en écrivant ce courriel abyssal », a-t-il continué, ajoutant que le cinéma – une entreprise privée – réalisait une « opportunité commerciale en réservant une projection ce week-end pour que les femmes puissent voir un film de super-héroïne ».

Adler a alors écrit que si Ameduri devait venir un jour à Austin, « je vous prie de savoir que tout un chacun est le bienvenu ici, même des gens comme celui qui a écrit ce courriel et dont les points de vue sont une honte pour la modernité, la décence et le sens commun ».

La réponse a été partagée au niveau national tout comme sur les réseaux sociaux. Les usagers ont salué la virulence de cette riposte minutieusement préparée.

« Alors qu’il peut être facile de garder le silence, ce silence parfois a valeur d’acquiescement ou même de soutien et il est donc important que lorsque vous entendez des choses comme celles-là, d’au moins noter qu’elles sont nulles et non avenues », a expliqué Adler suite à l’attention nationale qu’il a reçue pour le post.

« Je pense que la controverse réelle ici est que cela nous ait pris tellement de temps de voir enfin un film sur un super-héros qui est une femme », a-t-il ajouté.

Les salles de la chaîne Alama Drafthouse Cinema de New York et d’Austin ont d’abord annoncé les projections spéciales le 25 mai et, suite à des accusations de discrimination anti-hommes, ont annoncé qu’elles organiseraient une seconde projection.

Le gestionnaire du service des créations d’Alamo Drafthouse Morgan Hendrix a indiqué à Mashable que son entreprise était « très excitée » et que le fait « d’offrir une expérience où les femmes règnent en maître ait suscité la colère des trolls ne sert qu’à renforcer notre conviction que nous faisons quelque chose de juste ».

Suite aux critiques, Hendrix a fait savoir que la chaîne « étendrait ses programmes à travers le pays et invitera les femmes d’où qu’elles soient à nous rejoindre alors que nous célébrons cette super-héroïne emblématique dans nos cinémas ».

Les militants pour l’égalité des genres ont salué la production de la Warner Bros. avec Gadot pour star. Tandis que les studios de cinéma ont produit des douzaines de films majeurs centrés sur des super-héros masculins, seuls quelques titres se sont risqués à faire la même chose avec des personnages féminins.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...