Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Le ministère de la Santé réduit le budget des organisations de santé mentale

Le gouvernement a mis fin aux fonds alloués pendant la crise du COVID, mais les organisations affirment que le nombre de personnes sollicitant leurs services n'a pas diminué

Les opérateurs d'un centre d'appels d'ERAN. (Crédit : ERAN)
Les opérateurs d'un centre d'appels d'ERAN. (Crédit : ERAN)

Le gouvernement a réduit l’aide budgétaire accordée à une série d’organisations de santé mentale, mettant fin à un programme de financement supplémentaire mis en œuvre pendant la pandémie de COVID, selon un article publié dimanche.

Le ministère de la Santé a déclaré à Haaretz que le financement avait été réduit car la pandémie est terminée. Cependant, les responsables des organisations affirment que le nombre de personnes cherchant un soutien émotionnel n’est pas retombé au niveau d’avant la pandémie.

L’article indique qu’une quinzaine d’organisations – dont la ligne téléphonique d’urgence ERAN, Natal, un groupe de soutien pour les personnes et les soldats traumatisés par les conflits en Israël, et le Centre israélien pour les victimes de sectes – disposaient d’un budget d’assistance combiné de 3,7 millions de shekels avant la pandémie.

Ils ont reçu 9,5 millions de shekels supplémentaires en 2020 dans le cadre de la lutte contre le COVID, une période marquée par une forte augmentation des problèmes de santé psychique, les personnes ayant dû faire face à la peur et à l’isolement pendant les confinements et les quarantaines.

Cette somme a été réduite à 6 millions de shekels en 2021 et à 3 millions de shekels en 2022 sous le gouvernement précédent. Aujourd’hui, le budget reviendra à son niveau initial de 3,7 millions de shekels, car le gouvernement actuel a complètement supprimé le programme.

ERAN, le plus grand des groupes, a vu son budget de 5,5 millions de shekels pour 2020 tomber à 1,6 million de shekels, soit une réduction de près de 70 %.

Le ministère de la Santé a déclaré à Haaretz qu’il n’avait jamais financé les principales activités de ces organisations privées.

« Le ministère de la Santé ne soutient pas les associations, mais plutôt les activités de premiers secours psychologiques. Le montant du soutien que le ministère a accordé à cette question, moins les ajouts de la période du coronavirus, reste inchangé », a déclaré le ministère.

« Au fil des ans, d’autres associations actives dans ce domaine se sont ajoutées et le montant total est réparti entre elles conformément aux normes établies à cet effet », a ajouté le ministère.

Toutefois, les responsables de la ligne d’assistance téléphonique ont déclaré que le nombre de personnes cherchant un soutien psychique n’était pas retombé aux niveaux d’avant la pandémie et qu’ils avaient aidé quelque 300 000 personnes au cours de l’année écoulée.

ERAN a appelé le gouvernement à modifier la manière dont il soutient l’organisation et à aligner son financement sur celui des autres services d’urgence du pays.

« L’augmentation de l’ampleur des activités, même par rapport aux années précédant l’apparition du coronavirus, conjuguée à la diminution du financement, ne fait que souligner le besoin permanent d’ancrer le financement d’ERAN dans le budget d’une manière uniforme et claire, tout comme les autres services d’urgence essentiels sont budgétisés par l’État », a déclaré ERAN.

Fondé à Jérusalem en 1971, ERAN – dont le nom est dérivé de l’acronyme hébreu signifiant « premiers secours émotionnels » – est le seul service téléphonique d’intervention en cas de crise en Israël, au service de personnes de tous âges et de tous horizons. Il décrit son travail comme un service humanitaire, par opposition à un conseil professionnel.

Les bénévoles apportent un soutien inconditionnel, sans jugement, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, en hébreu, en arabe, en russe et en anglais, aux Israéliens confrontés à la violence, au suicide, à la solitude, aux pressions familiales, au rejet social, aux abus sexuels, aux troubles alimentaires, aux difficultés économiques, aux difficultés à élever des enfants, aux ruptures conjugales, aux traumatismes, au harcèlement, aux conflits scolaires, aux maladies mentales, aux tragédies personnelles, à la toxicomanie, au stress lié à l’âge, à l’anxiété et à bien d’autres choses encore.

ERAN propose également une ligne d’assistance téléphonique distincte pour les survivants de la Shoah et les soldats de Tsahal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.