Rechercher

Le ministère de l’Énergie publie un rapport sur l’utilisation de l’électricité

L'année dernière, les résidents de la ville arabe israélienne de Jadeidi-Makr, au nord, ont consommé 48 kilowatts d'électricité par tête - contre 524 524 kWh à Savyon

L'autoroute d'Ayalon qui traverse le centre de Tel Aviv, pendant la nuit, le 27 novembre 2017. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
L'autoroute d'Ayalon qui traverse le centre de Tel Aviv, pendant la nuit, le 27 novembre 2017. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

L’année dernière, l’utilisation de l’électricité a été mesurée pour chaque municipalité israélienne. Une étude révèle que c’est la ville arabe de Jadeidi-Makr qui est la plus économe avec une consommation de 48 kilowatts par tête, et que ce sont les habitants de Savyon qui consomment le plus d’électricité dans le pays avec 524 kWh par personne, selon l’indice national qui a été publié dimanche par le ministère de l’Énergie.

Un kilowatt-heure (kWh) est l’énergie consommée par un appareil électrique de 1000-watts, ou 1-kilowatt, fonctionnant pendant une heure.

Parmi les communautés les plus gourmandes en électricité en plus de Savyon, les implantations de Kedumim (475 kWh) et de Karnei Shomron (474 kWh) en Cisjordanie ; la municipalité favorisée de Kfar Shmaryahu, dans le centre d’Israël (443 kWh) ; Beit Shean, au nord de la vallée du Jourdain (432 kWh) ; Kiryat Arba en Cisjordanie (366 kWh) ; Afula, dans la vallée de Jezréel (355 kWh) et Metulla sur la frontière israélo-libanaise (338 kWh).

Parmi les consommateurs les plus faibles, cinq sont des conseils arabes en plus de Ramat Yishai, dans le nord du pays (77 kWh) et Elad, qui se situe à l’Ouest de la Ligne verte (62 kWh).

Concernant les grandes villes et municipalités attirant les populations anglophones, les chiffres sont : Tel Aviv-Jaffa (165 kWh), Jérusalem (105 kWh), Haïfa (148 kWh), Beersheba (169 kWh), Givatayim (117 kWh), Kadima-Tsoran (145 kWh), Raanana (266 kWh), Hod Hasharon (194 kWh), Zichron Yaakov (226 kWh), Lehavim (221 kWh), Modiin (217 kWh), Har Adar (314 kWh), Omer (296 kWh), Kfar Saba (169 kWh), Netanya (163 kWh), Ramat Gan (149 kWh) et Ramat Hasharon (222 kWh).

Dans l’ensemble, la consommation moyenne par habitant a baissé en passant de 195,9 kWh par tête en 2019 à 180 kWh par tête en 2020, a fait savoir le ministère de l’Énergie qui a noté le rôle tenu par l’épidémie de coronavirus qui a paralysé une grande partie de l’économie ainsi que les mesures prises pour améliorer l’efficacité énergétiques dans certaines municipalités, avec l’aide de subventions gouvernementales.

Un ouvrier installe des climatiseurs sur le toit d’un immeuble de bureaux dans le centre de Jérusalem, le 13 mars 2019. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

De telles initiatives – avec l’installation d’éclairages extérieurs économiques et le remplacement de systèmes de climatisation inefficaces dans les immeubles publics – sont en mesure de faire baisser la consommation d’électricité d’une municipalité de 20%, a noté le ministère.

En moyenne, 43% de la consommation d’électricité, pour une localité, concerne l’éclairage des rues.

L’indice se base sur les informations de consommation annuelle fournies par les autorités, qui comprennent la consommation totale par résident et la consommation d’électricité totale des éclairages extérieurs par kilomètre-carré.

Le ministère de l’Énergie a déclaré que la publication de cet indice visait à permettre aux villes et aux municipalités de comparer leur consommation, de prendre des mesures d’efficacité là où elles sont nécessaires et, ce faisant, de réduire les émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique.

Le ministère a ajouté que les données pour chaque municipalité dépendaient de nombreux facteurs, notamment de la gestion des écoles et autres établissements d’enseignement, du degré d’intensité des constructions résidentielles, du périmètre des lieux concernés et du périmètre de l’éclairage installé pour assurer la sécurité des habitants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...