Le ministre des Finances présentera un budget à Gantz pour éviter des élections
Rechercher

Le ministre des Finances présentera un budget à Gantz pour éviter des élections

Kakhol lavan annonce qu'Israel Katz doit rencontrer le ministre de la Défense dimanche "pour présenter un budget pour 2020-2021" afin d’éviter de nouvelles élections

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le chef de Kakhol Lavan Benny Gantz, à gauche, avec Israël Katz, à l’époque ministre des Affaires étrangères, à la résidence du président à Jérusalem, le 22 janvier 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)
Le chef de Kakhol Lavan Benny Gantz, à gauche, avec Israël Katz, à l’époque ministre des Affaires étrangères, à la résidence du président à Jérusalem, le 22 janvier 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Après avoir soutenu mercredi en vote préliminaire le projet de dissolution de la Knesset et la convocation d’élections anticipées, le ministre de la Défense et président de Kakhol lavan Benny Gantz a déclaré jeudi qu’il rencontrerait le ministre des Finances Israel Katz (Likud) la semaine prochaine dans un ultime effort pour tenter d’éviter d’envoyer les Israéliens aux urnes pour la quatrième fois en deux ans.

« Le ministre des Finances, Israël Katz, a contacté le ministre de la Défense Benny Gantz, pour lui présenter un budget pour 2020-2021. Les deux hommes devraient se rencontrer dimanche prochain », a déclaré le porte-parole de Gantz.

Ce vendredi, Gantz a également averti que si le Likud ne décidait pas, dans les jours à venir, d’adopter un budget biannuel comme convenu dans l’accord de coalition, les Israéliens devront aller aux urnes.

Avant son rendez-vous de dimanche, Gantz a déclaré : « Je le dis très clairement, c’est soit un budget tout de suite, soit des élections. »

Dans une vidéo publiée sur son compte Facebook, il a alpagué le Premier ministre Benjamin Netanyahu en affirmant que dès lors qu’il « ne faisait plus aucun doute que Netanyahu avait décidé de ne pas adopter de budget, j’ai décidé de soutenir la dissolution de la Knesset ».

Tout en précisant que les élections « ne sont pas ce dont le pays a besoin… elles sont préférables à une paralysie du gouvernement » et à une gestion politisée de l’une « des plus graves crises sanitaires et économique que nous avons connue ».

La coalition de Netanyahu et Gantz est en état de crise depuis sa formation en mai dernier.

« Même si je savais où je mettais les pieds en formant ce gouvernement, je pensais qu’il avait des limites qu’il ne franchirait pas », a dit Gantz. « Je crains que Netanyahu ne soit davantage préoccupé par son procès que par son pays. »

L’annonce de la rencontre de dimanche est intervenue au lendemain de l’adoption de la proposition de dissolution de la Knesset en vote préliminaire, ce qui annonce la fin probable de la coalition de partage du pouvoir que Gantz a établie avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu il y a environ six mois. Ce vote préliminaire de la Knesset ouvre la voie vers de nouvelles élections, bien qu’il doive encore être approuvé en commission et en plénière.

Mais il semble que Kakhol Lavan et le Likud recherchent encore un compromis afin d’éviter les élections, bien que la plupart des analystes pensent que les Israéliens retourneront aux urnes entre mars et juin.

Gantz a déclaré mardi qu’il ne pouvait plus soutenir le gouvernement compte tenu de son incapacité à adopter un budget, qualifiant Netanyahu de « briseur de promesses en série ». Mais il a terminé son discours en offrant à Netanyahu une ouverture pour éviter de nouvelles élections, s’il agit immédiatement pour adopter le budget 2020-2021 comme convenu dans l’accord de coalition.

« Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que le pays ait un budget et que je puisse continuer à le servir », a déclaré Gantz.

Le chef de Kakhol Lavan, Benny Gantz, annonce qu’il votera pour la dissolution de la Knesset, le 1er décembre 2020. (Crédit : Elad Malka / Kakhol lavan)

Katz, immédiatement après le discours de Gantz, a déclaré dans un tweet qu’il prévoyait toujours l’adoption d’un budget 2020 avant la date limite du 23 décembre, accusant le chef de Kakhol Lavan de « faire de la politique politicienne ».

Si le projet de dissolution de la Knesset n’est pas approuvé d’ici là, le gouvernement aura jusqu’au 23 décembre pour adopter un budget 2020, sinon le gouvernement tombera et des élections seront automatiquement prévues pour mars 2021.

Le Likud et Kakhol Lavan sont à couteaux tirés quasiment depuis la création de leur coalition de partage du pouvoir en mai, mais les relations entre les deux font face à un mur depuis ces dernières semaines, à l’approche de la date limite d’adoption du budget. Gantz accuse Netanyahu de refuser d’adopter les budgets de l’État pour 2020 et 2021 en même temps – conformément à l’accord de coalition – dans le seul but d’empêcher Gantz de devenir Premier ministre en novembre 2021, comme le stipule leur accord.

Dans le cadre de cet accord, le seul scénario dans lequel Gantz ne deviendrait pas Premier ministre (à l’exception de Kakhol Lavan causant la chute du gouvernement) n’est prévu que si le gouvernement est dissous à cause de son échec à adopter un budget avant la date limite. Kakhol lavan soupçonne Netanyahu de vouloir séparer l’adoption des budgets de 2020 et 2021 afin de se laisser la possibilité de faire tomber le gouvernement plus tard l’année prochaine sur la question du budget 2021.

Lors d’une conférence de presse à la Knesset après le vote de mercredi, Netanyahu a déclaré : « Nous n’avons pas besoin d’aller aux urnes. Le peuple d’Israël veut l’unité, pas les élections… Benny Gantz doit d’urgence calmer le jeu. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d’une conférence de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 2 novembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Mais le Premier ministre n’a pas fait la moindre allusion au budget et, pressé par un journaliste, a esquivé la question, et il a de nouveau accusé Gantz de saboter la coalition.

Gantz a rejeté ses commentaires peu de temps après le discours de Netanyahu.

« L’attaque terroriste économique que vous perpétrez contre les citoyens israéliens alors qu’une crise économique, médicale et sociale fait rage, montre que vous avez perdu la notion des réalités », a déclaré Gantz, en référence à l’impasse du budget, accusant Netanyahu de l’utiliser comme levier, alors que le Premier ministre est en cours de procès pour corruption.

« S’il n’y avait pas de procès, il y aurait un budget. S’il n’y avait pas de procès, il y aurait l’unité », a-t-il affirmé.

Netanyahu est mis en examen dans trois affaires criminelles pour fraude, corruption et abus de confiance. Il a toujours nié toute malversation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...