Le Nicaragua et Israël rétablissent leurs relations diplomatiques
Rechercher

Le Nicaragua et Israël rétablissent leurs relations diplomatiques

Le pays d'Amérique centrale, allié de l'Iran, avait rompu les relations après l'assaut du Mavi Marmara en 2010

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente la carte des relations d'Israël avec le monde, lors d'une session de la commission de contrôle de l'Etat de la Knesset, le 25 juillet 2016. A ses côtés, la présidente de la commission, Karin Elharar, députée de Yesh Atid. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente la carte des relations d'Israël avec le monde, lors d'une session de la commission de contrôle de l'Etat de la Knesset, le 25 juillet 2016. A ses côtés, la présidente de la commission, Karin Elharar, députée de Yesh Atid. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Nicaragua et Israël ont décidé de rétablir leur relations diplomatiques, suspendues en 2010 à l’initiative de Managua après l’assaut des commandos israéliens contre un navire turc faisant partie d’une flottille en route pour la bande de Gaza.

Les deux pays ont annoncé dans un communiqué commun le rétablissement de leurs relations, effectif immédiatement, a indiqué le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.

« Jusqu’à leur suspension en 2010, des relations amicales prévalaient [entre les deux pays] dans des domaines variés, comme l’agriculture, la santé et l’éducation », souligne le communiqué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mardi qu’un pays annoncerait la reprise de ses relations diplomatiques avec Israël la semaine prochaine, sans préciser lequel. Quelques minutes après son discours, pendant un évènement organisé en l’honneur des anciens Premiers ministres et présidents israéliens, plusieurs journalistes israéliens ont indiqué sur Twitter qu’il s’agissait du Nicaragua.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du Likud à la Knesset, le 27 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du Likud à la Knesset, le 27 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Aujourd’hui, nous sommes bénis d’avoir des relations avec plus de 160 pays et ce nombre continue de croître », a déclaré Netanyahu à la résidence présidentielle de Jérusalem.

« La semaine prochaine, un autre pays annoncera l’établissement de relations avec l’Etat d’Israël. L’année dernière, j’ai visité cinq continents, pas l’Amérique latine, [mais] des puissances mondiales : les Etats-Unis, la Russie, la Chine, et bien sûr d’autres pays, le Royaume-Uni, l’Australie, des pays africains, des pays musulmans [comme] l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan. »

Le Premier ministre a ensuite parlé des relations croissantes entre Israël et les puissances asiatiques comme la Chine, le Vietnam et l’Inde, dont le Premier ministre, Narenda Modi, est attendu en Israël cet été.

« Tout cela symbolise le changement spectaculaire de notre image internationale », a déclaré Netanyahu.

Le nombre exact de pays avec qui Israël entretient des relations diplomatiques est en fait de 159. Le dernier pays à reprendre ses relations avec Israël, en juillet 2016, était la Guinée, un pays majoritairement musulman d’Afrique de l’Ouest.

Dore Gold, directeur général du ministère des Affaires étrangères, a signé un accord pour relancer les relations diplomatiques avec la Guinée, le 20 juillet 2016. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)
Dore Gold, directeur général du ministère des Affaires étrangères, a signé un accord pour relancer les relations diplomatiques avec la Guinée, le 20 juillet 2016. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)

Le président du Nicaragua Daniel Ortega avait suspendu les relations diplomatiques de son pays avec Israël à la suite de la prise du navire turc Mavi Marmara en mai 2010 par des commandos israéliens, qui s’était soldée par la mort de dix activistes turcs.

Ce n’était pas la première fois que les relations avaient été rompues entre Jérusalem et Managua. En 1982, après l’invasion du Liban par Israël, les relations avaient été suspendues, avant d’être restaurées dix ans plus tard.

Le Nicaragua, un pays majoritairement catholique, est étroitement aligné sur l’Iran, qui possède des camps de formation pour ses milices dans le pays, et vote habituellement contre Israël dans les forums diplomatiques comme les Nations unies.

Si le projet récemment publié du gouvernement israélien, qui expose les objectifs des ministères et des agences gouvernementales pour 2017 – 2018, fonctionne, le ministère des Affaires étrangères devrait tenter « de reprendre les relations diplomatiques avec les quatre pays qui les ont rompues », soit le Nicaragua, Cuba, le Venezuela et la Bolivie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...