Après 49 ans d’interruption, Israël relance ses relations diplomatiques avec la Guinée
Rechercher

Après 49 ans d’interruption, Israël relance ses relations diplomatiques avec la Guinée

Le chef du ministère des Affaires étrangères Dore Gold a signé un accord avec la nation musulmane d'Afrique occidentale, appelant les autres à lui emboîter le pas

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Ibrahim Khalil et Dore Gold (d) à Paris lors d'une signature marquant la reprise des relations entre la Guinée et Israël (Crédit : MFA)
Ibrahim Khalil et Dore Gold (d) à Paris lors d'une signature marquant la reprise des relations entre la Guinée et Israël (Crédit : MFA)

Après près de cinq décennies, mercredi, Israël a renouvelé ses relations diplomatiques avec la République de Guinée, un petit pays, majoritairement musulman, d’Afrique de l’Ouest. La Guinée avait mis un terme à ses relations avec l’Etat juif en 1967.

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold a signé un accord avec Ibrahim Khalil Kaba, chef de cabinet du président Alpha Condé, à Paris.

« Ceci marque la fin importante d’un cycle », a déclaré Gold, notant qu’il s’est écoulé près de 50 ans depuis que le gouvernement de Conakry a mis un terme à ses relations avec Israël.

« Le nombre de pays sur le continent africain n’ayant toujours pas [rétabli leurs liens avec Israël] ne cesse de diminuer, et nous espérons que bientôt ce nombre n’existera tout simplement plus. Israël appelle les pays n’ayant toujours pas renouvelé leurs relations diplomatiques à suivre les traces de la Guinée afin que nous puissions travailler ensemble pour le bénéfice de tous les peuples de la région ».

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold a signé un accord pour relancer les liens diplomatiques avec la Guinée, le 20 juillet 2016 (Crédit : ministère des Affaires étrangères)
Le directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold a signé un accord pour relancer les liens diplomatiques avec la Guinée, le 20 juillet 2016 (Crédit : ministère des Affaires étrangères)

Dore a déclaré que des relations bilatérales avaient existé, même alors qu’elles n’étaient pas officielles, et a souligné la contribution d’Israël à la lutte contre le virus Ebola, qui a affecté Guinée. « Les amis dans le besoin sont bien des amis », a déclaré Dore.

L'ambassadeur d'Israël en Gambie Paul Hirschson inspecte une garde d'honneur dans la capitale Banjul en Gambie, le 12 janvier 2016 (Crédit : Autorisation de l'Ambassade d'Israël, Dakar)
L’ambassadeur d’Israël en Gambie Paul Hirschson inspecte une garde d’honneur dans la capitale Banjul en Gambie, le 12 janvier 2016 (Crédit : Autorisation de l’Ambassade d’Israël, Dakar)

Paul Hirschson, l’ambassadeur d’Israël basé au Sénégal de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, deviendra également ambassadeur de la Guinée.

La Guinée – à ne pas confondre avec la minuscule Guinée-Bissau, qui est également en Afrique de l’Ouest, et avec la Guinée équatoriale, en Afrique centrale – a environ 10,5 millions d’habitants, dont 85 % sont Musulmans.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que l’établissement des relations diplomatiques avec tous les pays africains était un objectif stratégique pour son gouvernement.

Plus tôt ce mois-ci, le Times of Israel avait rapporté que Netanyahu avait récemment rencontré le président de la Somalie, Hassan Sheik Mohamud, le premier contact de haut niveau entre les deux pays. La Somalie, un pays musulman majoritairement sunnite et membre de la Ligue arabe, n’a jamais reconnu l’Etat d’Israël.

Lors d’une conférence de presse conjointe le 7 juillet avec le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn au Palais national à Addis-Abeba, Netanyahu a déclaré qu’il était ravi que « la coopération que nous avons avec tant d’autres pays africains soit en train de se fixer et de se consolider vers une reconnaissance du fait que tous les pays africains, tous sans exception, peuvent bénéficier d’une coopération renouvelée avec Israël ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adresse au parlement éthiopien à Addis Abeba, le 7 juillet 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adresse au parlement éthiopien à Addis Abeba, le 7 juillet 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

S’adressant au Parlement éthiopien plus tard ce jour-là, le Premier ministre avait dit qu’il était « fier d’annoncer qu’Israël revenait en Afrique par la grande porte… Je veux voir tous les pays africains représentés par une ambassade en Israël ».

Au cours de son voyage historique en Ouganda, au Kenya, au Rwanda et en Ethiopie – la première visite d’un Premier ministre israélien en Afrique subsaharienne en trois décennies – Netanyahu a annoncé l’intention de la Tanzanie d’ouvrir sa première ambassade à Tel-Aviv. Il a également dit que les dirigeants de ses pays d’accueil s’étaient engagés publiquement à intervenir pour qu’Israël retrouve le statut d’observateur à l’Union africaine.

« Tant au cours de cette visite qu’après, nous recevons des appels d’autres pays, dont certains avec lesquels nous n’avons pas de relations et qui veulent améliorer leurs relations », a déclaré Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire du 10 juillet du cabinet. « C’est-à-dire qu’il y a un certain processus ici qui avance vers l’amélioration et la normalisation de nos relations avec les pays africains ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...