Rechercher

Le nouveau clip de Drake met en scène un mariage juif et 23 épouses

L'artiste, déjà plusieurs fois disque de platine, rappelle ses origines juives lors d'un mariage peu orthodoxe pour la sortie surprise de son nouvel album "Honestly, Nevermind"

Drake pose pour une photo au milieu de ses nombreuses épouses. (Crédit: Capture d'écran YouTube via JTA)
Drake pose pour une photo au milieu de ses nombreuses épouses. (Crédit: Capture d'écran YouTube via JTA)

JTA – Dans le cadre de la sortie de son nouvel album « Honestly, Nevermind », le musicien juif canadien Drake a présenté le clip de sa dernière chanson, « Falling Back », qui le met en scène lors d’un mariage célébré par un rabbin orthodoxe portant un chapeau noir.

Le mariage lui-même n’a pourtant rien de très orthodoxe puisqu’il réunit 23 épouses sous une houppah à fleurs blanches.

Toute la lumière est faite quelques secondes après le début de la vidéo, lorsque le rabbin officiant la cérémonie de mariage, demande à la mariée : « Vous engagez-vous à être une bonne épouse, selon nos valeurs et nos traditions ? ».

Elle répond : « Je le veux », au diapason de 22 autres femmes vêtues de blanc qui se tiennent derrière elle.

Après que chaque mariée a reçu sa bague, elle fait une sorte de high five personnel à Drake, qui ne porte pas de kippa. Puis la caméra se tourne vers une personne qui semble être la mère de Drake, Sandi Graham, une femme juive, blonde, habillée de noir (et qui ressemble étrangement à Barbra Streisand). « Je pense qu’il prend vraiment cette affaire au sérieux », remarque-t-elle. (Drake n’a jamais été marié, mais il a un fils, Adonis, dont l’existence a été révélée au public lors d’une querelle entre lui et son rival, le rappeur Pusha T).

Après la cérémonie  » religieuse », changement de décor : Drake et ses épouses se retrouvent dans une ambiance de boite de nuit, pleine de danses des plus sexy et de lumières stroboscopiques.

À un moment donné, l’une des mariées est soulevée sur une chaise pour la hora alors qu’elle agite une serviette en l’air. (Traditionnellement, lorsque les mariés sont hissés sur des chaises pendant la hora, ils s’accrochent à une serviette pour symboliser leur union).

Quelques instants plus tard, on voit également Drake danser avec une serviette à la main, avant de la mettre dans sa bouche.

Vers la fin de la vidéo, Drake et ses 23 fiancées posent pour des photos dans ce qui ressemble vaguement aux séances de photos qui accompagnent parfois la cérémonie du bedeken, lorsque le marié baisse le voile de son épouse et où les familles bénissent l’heureux couple.

Sandi Graham, la mère de Drake, assistant à la cérémonie de mariage de son fils dans le clip de « Falling Back » (Crédit: capture d’écran YouTube via JTA).

La vidéo a été produite par Adam Rodness, acteur et producteur canadien, qui a également joué dans un court-métrage intitulé « The Seder ». Le rabbin est interprété par Ari Sitnik, dont les réseaux sociaux semblent l’identifier comme un spécialiste en informatique basé à Toronto qui travaillait auparavant pour l’Associated Hebrew Schools of Toronto. La page Twitter de Sitnik partage un flux constant de mèmes conservateurs et pro-Israël.

Ce n’est pas la première fois que l’artiste, déjà plusieurs fois disque de platine, met en avant ses origines juives dans son travail. Drake a posé avec un verre de kiddoush et des bougies de shabbat pour la couverture de son album « Take Care » de 2012, et il a mis en scène une autre tradition juive – sa propre deuxième « bar mitzvah » – dans le clip de son single « HYFR » (il a également mis en scène sa bar mitzvah dans un sketch du « Saturday Night Live »). L’année dernière, sur une mixtape, il a rappé : « Je devrais probablement aller dans une yeshiva ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...