Le pape a transmis ses vœux à Rivlin depuis le vol qui l’a mené en Irak
Rechercher

Le pape a transmis ses vœux à Rivlin depuis le vol qui l’a mené en Irak

Le souverain pontife a souhaité "l'harmonie et la paix" aux citoyens et au président dans un message enregistré dans les cieux d'Israël par le biais des contrôleurs aériens

Le président Reuven Rivlin et le pape François au Vatican, le 3 septembre 2015. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le président Reuven Rivlin et le pape François au Vatican, le 3 septembre 2015. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le pape François a transmis un message de vœux chaleureux au président Reuven Rivlin alors qu’il traversait l’espace aérien israélien, vendredi, à bord du vol qui l’emmenait en Irak où il a fait une visite historique.

Le message a été relayé par le pilote de l’avion du transporteur Alitalia auprès des contrôleurs aériens.

« A son excellence Reuven Rivlin, président de l’Etat d’Israël. Alors que je suis entré dans l’espace aérien israélien à l’occasion de mon voyage apostolique en Irak, je vous transmets mes chaleureuses salutations ainsi qu’au peuple de votre nation. Je prie pour que Dieu tout-puissant vous bénisse de tous ses dons d’harmonie et de paix. Pape François », dit le souverain pontife dans un enregistrement qui a été rendu public par le bureau de Rivlin.

Le bureau du président a déclaré que « les contrôleurs aériens de l’Autorité israélienne des aéroports, dans le nord du pays, ont remercié le pilote et ils ont promis de faire parvenir le message au président qui a été profondément ému par les paroles aimables du pape, avec lequel il entretient des contacts étroits et chaleureux ».

Rivlin a également fait part de ses remerciements sur Twitter.

Le pape François s’est rendu sur les ruines d’Ur, dans le sud de l’Irak, pour renforcer son message de tolérance et de fraternité interconfessionnels. L’Irak est un pays déchiré par les divisions religieuses et ethniques.

Alors qu’il se trouvait dans ce complexe archéologique vieux de 6 000 ans, près de Nasiriyah, le pape a déclaré : »Depuis cet endroit où la foi est née, depuis cette terre de notre père, Abraham, nous affirmons que Dieu est miséricordieux et que le plus grand des blasphèmes est de profaner son nom en haïssant nos frères et nos sœurs. L’hostilité, l’extrémisme et la violence ne naissent pas d’un cœur religieux : Ils sont les trahisons de la religion ».

Plus tôt, le pape François s’était entretenu avec le plus grand responsable chiite d’Irak à Najaf – une rencontre sans précédent – le Grand Ayatollah Ali al-Sistani, qui est le chef spirituel de la majorité du monde chiite.

Cet entretien, survenu lors du second jour de cette visite historique, est un tournant dans l’histoire religieuse contemporaine et dans les initiatives menées par le souverain pontife d’approfondir le dialogue avec les autres religions.

Avec ce voyage, le pape François a réalisé le désir qui était celui de feu le pape Jean-Paul II, qui souhaitait vivement se rendre dans le pays. Une visite qui avait été programmée en l’an 2000 avait été finalement annulée pour des raisons de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...