Le parti de droite HaBayit HaYehudi élit sa première dirigeante femme
Rechercher

Le parti de droite HaBayit HaYehudi élit sa première dirigeante femme

Hagit Moshe, adjointe au maire de Jérusalem, plaide pour l'unité sioniste religieuse ; 2 partis de droite font écho à son appel

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

L'adjointe au maire de Jérusalem Hagit Moshe, à la municipalité de Jérusalem, le 3 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
L'adjointe au maire de Jérusalem Hagit Moshe, à la municipalité de Jérusalem, le 3 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Mardi soir, le parti HaBayit HaYehudi a choisi pour la première fois une femme comme dirigeante, en choisissant la maire adjointe de Jérusalem, Hagit Moshe, pour diriger le parti sioniste religieux de droite à l’approche des élections de mars.

Cette évolution semblait destinée à assurer une alliance entre HaBayit HaYehudi et deux autres partis de droite qui soutiendraient le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans sa tentative de réélection.

Mme Moshe s’est assurée la victoire avec 472 voix du comité central du parti, battant son challenger Nir Orbach, qui en a remporté 369.

Alors que Hagit Moshe est considérée comme alignée avec Netanyahu, Orbach est un proche du chef du parti Yamina, Naftali Bennett, qui vise à remplacer le Premier ministre.

La victoire de Moshe a été saluée par deux autres partis sionistes religieux, le parti Sionisme religieux du député Bezalel Smotrich et le parti d’extrême droite Otzma Yehudit.

S’exprimant après l’annonce des résultats, Moshe a déclaré qu’elle était « engagée dans l’unification du sionisme religieux », dans une allusion aux fusions avec d’autres partis.

Naftali Bennett (à droite) et Bezalel Smotrich, du parti de droite Yamina, tiennent une conférence de presse à Jérusalem, le 14 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Smotrich, qui a récemment quitté Yamina pour créer son propre parti, a souhaité à Moshe de réussir et s’est fait l’écho de ses appels à l’unité.

« Notre merveilleux public mérite l’unité », a-t-il tweeté. « Il est temps de rétablir l’unité et d’apporter de la lumière aux fils et aux filles du sionisme religieux. Je suis sûr que nous y parviendrons ».

Le leader d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, a déclaré dans un communiqué qu’il espère que Moshe sera une partenaire dans l’unification du mouvement sioniste religieux pour « empêcher l’établissement d’un gouvernement de gauche ». Chacun sait déjà que sans unité à droite avec Bennett, un gouvernement de gauche sera instauré ».

Le parti Yamina est relativement libéral sur les questions de religion et d’Etat et cherche à étendre son attractivité au-delà des électeurs religieux dans le cadre de la candidature déclarée de M. Bennett au poste de Premier ministre. Smotrich est bien plus conservateur, et le kahaniste Otzma Yehudit est plus à droite que Smotrich.

Lors d’un entretien mardi avec un site web sioniste religieux, Smotrich a déclaré que les Juifs réformés ne font pas partie du judaïsme, selon un rapport de Zman Yisrael, le site frère en hébreu du Times of Israel.

« Nous devons nous assurer que nous ne reconnaissons pas formellement toutes sortes de courants qui ne font pas partie du judaïsme », a déclaré M. Smotrich en réponse à une question sur la conversion au judaïsme, un sujet clé de division entre les mouvements orthodoxe et réformé dans le judaïsme. « On peut aimer, on peut adopter, on peut se sentir responsable de tout le peuple d’Israël. Dans l’État d’Israël – nous ne pouvons pas permettre que des distorsions du judaïsme prennent pied.”

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...