Le pays se prépare au vote – notamment au volant – dans le cadre de la pandémie
Rechercher

Le pays se prépare au vote – notamment au volant – dans le cadre de la pandémie

La directrice de la Commission électorale promet 30 % de bureaux de vote supplémentaires pour réduire les foules ; les maisons de soins auront leurs propres isoloirs

Une photo de présentation d'une « station de vote au volant » fournie par la Commission centrale électorale le 28 décembre 2020 montre un modèle de bureau de vote au volant pour les porteurs du coronavirus qui sera mis en place pour les élections du 23 mars 2021. (Commission centrale électorale)
Une photo de présentation d'une « station de vote au volant » fournie par la Commission centrale électorale le 28 décembre 2020 montre un modèle de bureau de vote au volant pour les porteurs du coronavirus qui sera mis en place pour les élections du 23 mars 2021. (Commission centrale électorale)

La directrice générale de la Commission centrale électorale a annoncé lundi qu’une série de mesures étaient en cours de préparation pour permettre une élection en toute sécurité en mars prochain, malgré la COVID-19. Elle prévoit ainsi notamment l’introduction de bureaux de vote au volant et d’autres lieux de vote spéciaux pour les malades et les citoyens placés en quarantaine. Le nombre de bureaux de vote sera augmenté d’environ 30 % afin de réduire les foules ; il y aura deux isoloirs dans chaque bureau de vote pour accélérer le processus ; et des agents se trouveront sur tous les sites pour assurer le respect des directives sanitaires.

Lors d’un point presse, Orly Adas a souligné les défis logistiques liés à la tenue d’un scrutin national organisé lors d’une pandémie. Elle a noté que seulement 13 citoyens étaient infectés par la COVID-19 et environ 4 500 se trouvaient en quarantaine lors des élections de mars dernier, quand la pandémie venait à peine de toucher Israël, alors que le décompte actuel fait état de plus de 35 000 cas actifs et de quelque 120 000 personnes en quarantaine.

« Notre désir est… de donner la possibilité à tous les électeurs éligibles d’aller voter, mais nous ferons tout cela en prenant toutes les mesures possibles pour protéger la santé publique », a déclaré Adas lors d’un point presse. « C’est l’objectif que nous nous sommes fixé. »

Adas a déclaré que les agents électoraux ne pouvaient pas se connecter au système informatique de la Commission centrale électorale depuis leur domicile, et que l’institution prendrait donc un soin particulier à s’assurer qu’aucun employé électoral ne contracte le virus avant le scrutin – ce qui pourrait nécessiter la mise en quarantaine d’un grand nombre d’employés et entraver le processus d’organisation des élections.

La présidente de la Commission centrale électorale, Orly Adas, explique comment se déroulent les votes pour les citoyens en quarantaine, lors d’une conférence de presse à la Knesset à Jérusalem, le 26 février 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Adas a déclaré que des masques seront donnés aux Israéliens qui se présenteront sans dans les bureaux de vote ; qu’il y aura des protections physiques entre les électeurs et les employés électoraux ; que les bureaux de vote seront régulièrement désinfectés ; et que des séparateurs physiques seront placés entre les urnes.

La Commission a rejeté l’idée d’organiser l’élection sur plusieurs jours afin d’éviter la surpopulation, selon Adas.

Cependant, le nombre d’électeurs inscrits dans chaque bureau de vote sera ramené à 600-650, et le nombre de sites de vote sera ainsi augmenté d’environ 30 %. Des agents seront également désignés pour s’assurer que les gens portent des masques et respectent les distanciations sociales.

Elle a ajouté que la Commission recherchait des bâtiments et des installations publics supplémentaires pour accueillir des bureaux de vote.

Adas a également déclaré que la Commission travaillait à la mise en place de bureaux désignés pour les électeurs tenus de se placer en quarantaine, y compris des sites de vote au volant.

« L’électeur ne sortira pas du véhicule et un stand de vote avec des bulletins se trouvera placé à côté de sa fenêtre », a-t-elle déclaré. « Il conduira ensuite 1,5 mètre et une urne l’attendra. Si deux personnes se réunissent, par exemple un couple qui sont tous les deux malades, on demandera à l’un d’eux de sortir du véhicule et d’attendre à l’extérieur pendant que l’autre vote », a-t-elle déclaré.

Un graphique fourni par la Commission centrale électorale le 28 décembre 2020 montre un modèle de bureau de vote au volant pour les porteurs du coronavirus qui sera mis en place pour les élections du 23 mars 2021. (Commission centrale électorale)

Des bureaux de vote spéciaux seront également installés dans les résidences pour personnes âgées, les hôtels de quarantaine et les salles coronavirus dans les hôpitaux.

Garantissant l’intégrité de l’élection, Adas a déclaré qu’il y aurait un plus grand nombre d’agents électoraux, avec un inspecteur par bureau plutôt qu’un pour deux. Elle a déclaré que les inspecteurs recevraient des outils pour traiter toute irrégularité et que le dépouillement des votes serait enregistré dans son intégralité.

Interrogé par le Times of Israël sur la confiance du public dans le processus de vote à la suite des élections présidentielles américaines, au cours desquelles le président Donald Trump et nombre de ses partisans ont émis des allégations non fondées de fraude à grande échelle, Adas a déclaré que toutes les questions relatives à l’intégrité électorale soulevées lors des dernières élections israéliennes s’étaient finalement avérées sans fondement, et que les inspecteurs de la Commission seront dans les bureaux de vote pour empêcher de telles allégations.

Elle a également noté que le vote par correspondance n’existait pas en Israël, ce qui rend toute inquiétude à l’égard de cela inutile.

Les responsables comptent les bulletins de vote des élections à la Knesset de Jérusalem, le 4 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Adas a également déclaré que la Commission attendait 500 000 bulletins de vote par procuration de la part de soldats, de diplomates, de citoyens handicapés, de patients et de personnel hospitalier et de prisonniers.

Ces bulletins de vote spéciaux devront être rapidement comptés, car l’élection aura lieu quelques jours avant Pessah.

Un plan pour achever le processus rapidement et de manière fiable est toujours en cours d’élaboration, a-t-elle noté.

Les prochaines élections, les quatrièmes en deux ans, auront lieu le 23 mars, 90 jours après la dissolution de la Knesset suite à l’échec du Likud et de Kakhol lavan de s’entendre sur un budget d’État avant la date limite du 23 décembre.

Les taux de vaccination actuels suggèrent qu’une grande partie de la population pourrait être vaccinée le jour du scrutin. Interrogé vendredi sur la Douzième chaine pour savoir si Israël aurait terminé – ou presque – sa campagne de vaccination d’ici le 23 mars, le Dr. Sharon Alroy-Preis, chef par intérim des services de santé publique du ministère de la Santé, a soigneusement évité de donner une réponse précise, mais a souligné que le ministère faisait tout ce qui était en son pouvoir pour accélérer l’arrivée en nombre suffisant de doses de vaccin et pour accélérer le programme de vaccination. Les vaccins Pfizer qu’utilise Israël nécessitent deux doses, inoculées à trois semaines d’intervalle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...