Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Le PDG de Mellanox pense que des hauts placés ont freiné sa nomination au Prix Israël

Eyal Waldman a accusé l'homme d'affaires Shlomi Fogel d'avoir exercé de fortes pressions sur les membres de la commission de nomination

Le fondateur de Mellanox, Eyal Waldman, s'exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 3 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le fondateur de Mellanox, Eyal Waldman, s'exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 3 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le fondateur de Mellanox, Eyal Waldman, dont la nomination pour le prestigieux Prix Israël aurait conduit à la suppression d’un certain nombre de catégories de prix cette année, a déclaré dimanche à la commission des Sciences de la Knesset qu’il a été informé qu’un associé du Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est assuré qu’il n’obtiendrait pas le prix.

Waldman, ardent critique du gouvernement, a accusé l’homme d’affaires Shlomi Fogel d’avoir exercé de fortes pressions sur les membres de la commission de nomination afin qu’ils recommandent un autre candidat « issu du bon secteur ».

L’entrepreneur a affirmé que sa nomination potentielle au prix « n’a pas été bien perçue par le ministre de l’Éducation Yoav Kish, les collaborateurs du Premier ministre, et peut-être le Premier ministre lui-même ».

« Je pense que [Kisch] n’a pas agi de son propre chef, mais selon des instructions venues d’en haut », a ajouté Waldman.

Kisch, dont le ministère est responsable du prix annuel, a décidé le réstreindre à quelques catégories liées à la guerre cette année, vraisemblablement pour empêcher Waldman de gagner après que la commission de sélection a refusé de faire marche arrière.

« L’affirmation selon laquelle les prix ne sont pas décernés en temps de guerre n’est pas seulement une invention, c’est aussi une affirmation ridicule », a déclaré Waldman, selon la Douzième chaîne. « C’est précisément en temps de guerre que les domaines civils de l’entrepreneuriat, de la science et de la culture doivent être renforcés. »

« Les familles sacrifient ce qui leur est le plus cher et les meilleurs de nos enfants ont perdu la vie pour protéger et préserver la société civile. Un pays où la culture, la science et l’esprit d’entreprise sont abolis cesse d’être un pays démocratique. C’est précisément en ces temps terribles que la société civile doit être renforcée », a souligné Waldman.

Danielle, la fille de Waldman, fait partie des 364 personnes qui ont été massacrées par des terroristes lors d’un festival de musique le 7 octobre, lorsque le groupe terroriste palestinien du Hamas a mené une attaque dévastatrice qui a fait 1 200 morts au cours d’atrocités horribles. Les milliers de terroristes qui ont fait irruption à la frontière de Gaza ont également enlevé 253 personnes qui ont été prises en otage, dont 130 seraient encore détenues dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.