Le porte-parole de Regev, lié à l’accusatrice de Gantz, démissionne
Rechercher

Le porte-parole de Regev, lié à l’accusatrice de Gantz, démissionne

La ministre de la Culture a déclaré qu'Eli Sabti avait demandé à partir il y a des mois, minimisant l'impact de l'affaire Nava Jacobs sur ce départ

Le porte-parole de la ministre de la Culture israélienne Miri Regev, Eli Sabti (Crédit : Facebook)
Le porte-parole de la ministre de la Culture israélienne Miri Regev, Eli Sabti (Crédit : Facebook)

Eli Sabti, porte-parole de la ministre de la Culture Miri Regev, a annoncé sa démission, quelques jours après qu’une ancienne publication de Sabti a révélé les liens entre le bureau de Regev et une femme qui a accusé de harcèlement sexuel Benny Gantz, chef de Kakhol lavan.

Le mois dernier, Nava Jacobs avait écrit dans une publication sur Facebook que Gantz s’était rendu coupable d’exhibition sexuelle devant elle alors qu’elle avait 14 ans et que lui était légèrement plus âgé. Gantz avait rejeté avec force cette accusation, disant qu’elle avait des motifs politiques et il avait fait savoir qu’il portait plainte contre Jacobs.

Il est ultérieurement apparu que presque un mois avant la publication du post de la femme, Sabti avait fait allusion aux accusations de cette dernière sur les réseaux sociaux. Répondant à une publication du parti de Gantz, Sabti avait écrit en date du 31 janvier : « Au fait : très bientôt, qui a montré son pénis aux filles à Kfar Hayarok? »

Kfar Hayarok est l’école où l’incident aurait eu lieu.

Nava Jacobs (Crédit : Facebook)

Lorsque le post de Sabti a refait surface, Regev a été assaillie de questions sur ses liens avec Jacobs. Son bureau a admis qu’il avait été en contact avec elle en disant qu’elle s’était adressée à eux au sujet des accusations – et que les membres du bureau l’avaient aidé à communiquer avec un journaliste alors qu’elle cherchait à médiatiser son histoire.

Sabti, porte-parole de Regev pendant plus de deux ans, a indiqué jeudi qu’il souhaiter « rafraîchir » sa carrière et « recalculer ». Il n’a fait aucune mention de l’incident de Jacobs.

Regev a apparemment tenté dans un communiqué de rejeter les rumeurs laissant entendre que le départ de Sabti était lié à l’affaire Jacobs. Elle a insisté sur le fait qu’il avait demandé à quitter son poste il y a plusieurs mois mais qu’elle lui avait demandé de rester jusqu’aux prochaines élections.

« Je le remercie d’avoir donné son accord », a dit Regev. « Je le remercie également pour sa contribution professionnelle significative durant cette longue période de travail au ministère ».

La ministre de la Culture Miri Regev au cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 8 novembre 2018. (Alex Kolomoisky/Yedioth Ahronoth/Pool)

Le parti Kakhol lavan de Gantz a expliqué pour sa part que la révélation des liens entre le bureau de Miri Regev et la fausse plainte déposée par Nava Jacobs « nécessitent une enquête pénale immédiate ».

« On retrouve ici la méthode du [Premier ministre Benjamin] Netanyahu et de Regev où il n’y a aucune frontière et où rien n’est sacré – hormis la survie politique. Nous pensons que l’opinion publique saura leur montrer qu’elle est lasse du système Netanyahu-Regev », a noté le parti.

Dans une publication  Facebook détaillant ses accusations, Jacobs avait écrit que Gantz s’était approché d’elle dans une étable, qu’il avait ouvert la braguette de son pantalon avant d’exhiber son pénis. La femme avait ajouté qu’elle s’était sentie en danger et qu’un ami était alors apparu, le faisant partir. Elle a indiqué dans la publication que l’incident avait « détruit [sa] vie ».

Benny Gantz, chef du parti Hossen LeYisrael, prend la parole lors d’une conférence présentant la liste des candidats du parti pour les prochaines élections à la Knesset lors d’un événement à Tel Aviv, le 19 février 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

Un reportage de la Treizième chaîne a indiqué qu’aucune preuve venant étayer ces accusations n’avait été trouvée.

Dans des publications antérieures, Jacobs avait fait part de son soutien à Netanyahu et de son opposition au partenaire de Gantz à la barre de Kakhol lavan, Yair Lapid, le chef de Yesh Atid.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...