Le président de l’Ukraine invite les étrangers – notamment juifs – à y investir
Rechercher

Le président de l’Ukraine invite les étrangers – notamment juifs – à y investir

Vlodymyr Zelensky, de confession juive, lance une campagne d'investissement en anglais ; son cabinet affirme "l’importance particulière d'attirer les investisseurs juifs"

Illustration: Le président ukrainien Vlodymyr Zelensky rencontre des rabbins à Kiev, le 6 mai 2019. (Avec l'aimable autorisation de la communauté juive de Kharkov / via JTA)
Illustration: Le président ukrainien Vlodymyr Zelensky rencontre des rabbins à Kiev, le 6 mai 2019. (Avec l'aimable autorisation de la communauté juive de Kharkov / via JTA)

JTA – Si vous cherchez un bon investissement, vous devriez miser votre argent sur l’Ukraine – surtout si vous êtes Juif. Voici le message du cabinet du président juif du pays, Vlodymyr Zelensky, lors d’une nouvelle campagne qui vise à attirer de nouveaux investissements pour aider à relancer l’économie ukrainienne en difficulté.

La première vidéo de cette campagne qui met en scène Zelensky parlant anglais avec un fort accent ukrainien, ne mentionne pas les Juifs. Le film d’une minute se concentre sur le potentiel touristique de l’Ukraine et sur la taxe de 5 % sur les industries des technologies de l’information.

Mais Zelensky espère que les Juifs répondront à l’appel, en raison de l’importance historique du pays pour les Juifs, a déclaré un porte-parole du cabinet de Zelensky à l’Agence télégraphique juive.

« Le président estime qu’il est particulièrement important d’attirer des investisseurs juifs du monde entier compte tenu des liens historiques entre le peuple juif et l’Ukraine, qui restent essentiels encore aujourd’hui au vu des centaines de milliers de touristes juifs qui visitent l’Ukraine chaque année », a déclaré le porte-parole – lequel n’a pas souhaité être nommé, invoquant le protocole présidentiel.

https://youtu.be/SlfI94oSdkM

Dans la vidéo, Zelensky, comédien à la voix rocailleuse et star de la télévision qui a remporté une victoire écrasante l’année dernière, décrit son pays comme un « front pionnier, où de nouvelles choses se produisent ».

« Dépêchez-vous », dit-il aux téléspectateurs, « le plus grand pays d’Europe est la prochaine tendance ».

Zelensky a certainement raison sur la taille de l’Ukraine – sa superficie est plus de quatre fois plus grande que celle de l’État de New York – et peut-être sur son potentiel. Hugues Mingarelli, l’ambassadeur de l’UE en Ukraine, a déclaré à Business Planet l’année dernière que « l’Ukraine a un énorme potentiel pour les investisseurs car ce pays dispose d’une main-d’œuvre exceptionnellement qualifiée ».

L’économie et la société ukrainiennes sont aux prises avec un héritage soviétique compliqué par le fossé ethnique et linguistique entre groupes ukrainiens et russes, où les Juifs et d’autres minorités servent souvent de boucs émissaires. Il a un différend territorial non résolu avec la Russie qui attise le séparatisme à l’est, et une inflation qui fait rage, qui a provoqué la perte de 66 % de la valeur de la monnaie ukrainienne par rapport au dollar au cours des cinq dernières années.

La crise du coronavirus, qui a paralysé les économies à l’échelle mondiale, n’aide pas : l’économie ukrainienne devrait reculer de 6 % cette année.

Zelensky jouit d’une popularité relativement élevée – il a un taux d’approbation de 38 %, inférieur aux 47 % dont il bénéficiait en mai, mais toujours satisfaisant dans le contexte ukrainien. Il parle ouvertement de ses origines juives, bien qu’il ne pratique pas la foi et que sa femme et ses enfants ne soient pas Juifs.

Pour le plus grand nombre, le fait qu’il ait pu gagner une élection tout en s’identifiant ouvertement comme Juif est un signe puissant que l’Ukraine a surmonté la violence qui a caractérisé une grande partie de l’histoire commune des Juifs et de l’Ukraine à laquelle le porte-parole de Zelensky a fait référence.

Pendant des siècles, les Juifs y ont été opprimés et assassinés, y compris par des générations successives de dirigeants qui sont aujourd’hui célébrés en Ukraine comme des patriotes.

Le pays a été pris dans des luttes intestines politiques en Israël cette semaine, après que le responsable israélien de la lutte contre le coronavirus a appelé directement Zelensky à interdire aux pèlerins ultra-orthodoxes d’assister aux événements de Rosh Hashana dans la ville ukrainienne d’Ouman en raison des craintes de propagation du virus.

Cette décision, soutenue par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a exaspéré ses partenaires ultra-orthodoxes de la coalition. Kiev a décidé mercredi d’interdire aux visiteurs étrangers d’entrer dans le pays.

Naturellement, Zelensky n’explore aucun de ces problèmes dans la vidéo promotionnelle, dans laquelle il affirme : « L’Ukraine est un rêve : pacifique et ouverte. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...