Le président polonais écrit un éloge funèbre passionné pour un survivant de Sobibor
Rechercher

Le président polonais écrit un éloge funèbre passionné pour un survivant de Sobibor

Andrzej Duda décrit Filip Białowicz, qui s’est échappé du camp, comme “un défenseur ardent de l’amitié mutuelle et du respect entre les nations”

Andrzej Duda, président de la Pologne (Crédit : Wikimedia Commons CC BY 3.0)
Andrzej Duda, président de la Pologne (Crédit : Wikimedia Commons CC BY 3.0)

Dans un geste inhabituel, le président polonais a publié un long communiqué faisant l’éloge funèbre d’un survivant de l’Holocauste qui a fait partie de la poignée de personnes qui se sont échappées du camp d’extermination nazi de Sobibor, dans l’est du pays.

Andrzej Duda a publié son éloge de 650 mots en hommage à Philip Bialowitz sur le site internet officiel de la présidence vendredi. Bialowitz, qui est mort le 6 août en Floride à 90 ans, était le dernier survivant juif polonais du camp de Sobibor.

« Nous disons adieu à un ardent défenseur de l’amitié mutuelle et du respect entre les nations, les religions et les opinions mondiales », a écrit Duda au sujet de Bialowitz. Sa mort, a ajouté Duda, marque la disparition d’une personne « qui a fait beaucoup pour assurer que le crime de l’Holocauste reste pour toujours un chapitre fermé de l’histoire. Pour que personne, en aucune circonstance, ne l’expérimente plus jamais. »

Bialowitz et son frère aîné, Symcha, se sont enfuis du camp de Sobibor avec 300 autres prisonniers juifs, après avoir organisé une rébellion pendant laquelle les gardes allemands du camp d’extermination ont été tués. La plupart des prisonniers ont été recapturés et tués, mais les frères Bialowitz on fait partie des quelques dizaines qui s’en sont tirées. Symcha Bialowitz est mort en Israël en 2014.

Philip Bialowitz au camp d'extermination nazi de Sobibor, en Pologne, dont il s'était échappé pendant la Deuxième Guerre Mondiale, ici en 2013. (Crédit : CC-BY-SA/Anton-kurt/Wikimedia)
Philip Bialowitz au camp d’extermination nazi de Sobibor, en Pologne, dont il s’était échappé pendant la Deuxième Guerre Mondiale, ici en 2013. (Crédit : CC-BY-SA/Anton-kurt/Wikimedia)

Philip Bialowitz parlait fréquemment de la machine d’extermination nazie, et a publié en 2010 ses mémoires, intitulées A Promise at Sobibor (Une promesse à Sobibor).

Duda a ajouté, dans son éloge funèbre passionné, qui était inhabituel en longueur et en ton, que « c’est avec la plus grande révérence que je pense à son implication dans la communauté, ses conférences, ses rencontres avec les jeunes, ses multiples visites en Pologne. J’ai admiré son opinion profondément sage et équilibrée du passé et du présent des juifs, Polonais, Allemands, Américains, et, enfin et surtout, de l’humanité entière qui, jusqu’à aujourd’hui, s’attarde sur la tragédie de l’Holocauste. »

Jonny Daniels, fondateur de l’association de commémoration de l’Holocauste Depuis les profondeurs en Pologne, a déclaré que « ce geste extraordinaire » de Duda « réconfortant ». Daniels a déclaré que l’éloge funèbre, adressé à la famille de Bialowicz, est « symbolique des efforts continus du président Duda pour rapprocher les nations juives et polonaises. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...