Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Le programme de la Fête de la musique au mémorial de la Shoah et au MahJ

Les deux musées parisiens fêteront cette année l’évènement avec Dan Gharabian et son trio, le groupe Josef Josef, et le quartet Yaïa

À l’occasion de la prochaine Fête de la musique, la 42e édition, le 21 juin prochain, le mémorial de la Shoah de Paris (17 Rue Geoffroy l’Asnier) accueillera deux groupes pour des concerts gratuits et sans réservation préalable.

À 18h, se produiront Dan Gharabian (chant et guitare) accompagné de Benoît Convert (guitare et voix) et d’Antoine Girard (accordéon et voix).

« Après avoir été la voix durant quatre décennies de Bratsch, fer de lance de la musique tzigane et de l’Est dans les années 1980 et 1990, Dan Gharabian construit avec son trio un projet plus personnel. Ses compositions racontent des moments de vie, des voyages, des rencontres aux quatre coins de la planète sur des airs du Caucase, des Balkans et du pourtour méditerranéen », écrit le Mémorial de la Shoah.

À 21h, ils laisseront la place aux musiciens de Josef Josef, qui mêlent jazz aux airs tziganes. Avec Éric Slabiak (violon et chant), François Anastasio (guitare et chant), Dario Ivkovic (accordéon), Jérôme Arrighi (basse), Nicolas Grupp (batterie), et leurs invités Norig Recher, Sébastien Giniaux et Dan Gharibian.

En plus de commémorer et de préserver la mémoire de la Shoah, le mémorial de Paris vise à exposer les génocides du 20e siècle et à présenter la vitalité et la culture du judaïsme européen du siècle dernier.

À mois d’un kilomètre de là, au Musée d’art et d’histoire du judaïsme de Paris (71 Rue du Temple), se produira de 18h à 19h30, puis pour un deuxième set de 20h à 21h30, le quartet Yaïa. Le groupe explore depuis 2013 « le répertoire judéo-espagnol du Levant, menant sa barque vers les côtes du Maghreb, à la rencontre des légendes disparues de la musique judéo-arabe », écrit le MahJ.

« Le groupe fait siennes les compositions, mythiques ou oubliées, témoignant d’une époque où les juifs d’Afrique du Nord parlaient, rêvaient et chantaient en arabe. Les chœurs généreux formés par la guitare électrique de Michel Taïeb, la contrebasse de Jean-Laurent Cayzac et le baryton de Michel Schick sont emmenés par la voix légère de Leïla Mendez, proche du fado, embrassant les langues nomades de la Méditerranée juive. Une musique du ressenti, tantôt tragique tantôt festive, où l’amour a la part belle. »

Ce concert de jour de Fête de la Musique, gratuit et organisé dans la cour du musée, se tiendra dans le cadre de la 19e édition du Festival des cultures juives.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.