Le rabbin américain du Habad a perdu son appel et sera expulsé de Russie
Rechercher

Le rabbin américain du Habad a perdu son appel et sera expulsé de Russie

Selon le tribunal de Sochi, l'un des émissaires du mouvement Habad représenterait une 'menace nationale'. Le leader loubavich local évoque une "journée sombre" pour les Juifs

Les rabbins Ari Edelkopf, au centre et Berel Lazar, à droite, écoutent un discours lors d'une réception de la Fédération des communautés juives de Russie à Sochi, en Russie, le 9 février 2017 (Autorisation de la Fédération des Communautés juives de Russie)
Les rabbins Ari Edelkopf, au centre et Berel Lazar, à droite, écoutent un discours lors d'une réception de la Fédération des communautés juives de Russie à Sochi, en Russie, le 9 février 2017 (Autorisation de la Fédération des Communautés juives de Russie)

Une Cour d’appel russe a confirmé un ordre de reconduite à la frontière prononcé à l’encontre d’un rabbin américain travaillant à Sochi à l’occasion d’une audience qualifiée par un chef local du mouvement Habad de « journée sombre » pour les Juifs.

Dans son jugement énoncé mardi contre Ari Edelkopf, la cour d’appel de Krasnodar a accepté la détermination d’un tribunal de Sochi selon laquelle Edelkopf – émissaire du mouvement Habad dans la ville – serait une menace pour la sécurité nationale.

Edelkopf ne dispose plus dorénavant de moyen d’action légale et il est donc dans l’obligation de quitter le pays dans un avenir proche, fait savoir Interfax.

Boruch Gorin, porte-parole du Grand rabbin russe Berel Lazar, a condamné ce jugement mardi, le qualifiant de « hostile ». Pour la première fois « dans l’histoire moderne de la Russie, un rabbin est déclaré ‘menace à la sécurité nationale' », écrit Gorin sur Facebook.

Il ajoute que les autorités ont refusé de donner des détails sur cette supposée menace, citant la législation sur les secrets d’état. Gorin a fait savoir à Interfax que le jugement est « Kafkaïen » et qu’il donne « matière au non-respect des lois ».

Mardi a été une « journée sombre dans l’histoire des Juifs en Russie », a écrit Gorin sur Facebook.

Edelkopf, père de sept enfants, qui a grandi aux Etats-Unis et vécu en Israël avant de s’installer dans la ville côtière de Sochi, au bord de la mer Morte, a nié être engagé dans toute activité pouvant raisonnablement être considérée comme douteuse par les autorités.

Cette expulsion survient dans un contexte de répression de la part des Russes des organisations recevant des financements depuis l’étranger. Le permis de résidence d’Edelkopf a été révoqué au mois de décembre, selon Interfax. Il avait par ailleurs déjà perdu en appel devant un tribunal régional.

Le Fédération russe des Communautés Juives de Russie, affiliée au mouvement Habad, avait condamné cette ordonnance de reconduite à la frontière dès sa première émission. Gorin avait alors déclaré à l’agence de presse française AFP que cette démarche était « loin d’être un incident isolé ». Il avait ajouté qu’au moins sept rabbins avaient été contraints à quitter la Russie ces dernières années pour des violations présumées des lois sur l’immigration.

Gorin avait expliqué qu’il s’agissait « d’une tentative de prendre le contrôle » sur les communautés juives de Russie qui, avait-il précisé comptent actuellement 70 rabbins, dont la moitié sont des ressortissants étrangers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...