Rechercher

Le rabbin Habad de Kiev a ouvert la synagogue à des dizaines de personnes

Jonathan et Inna Markovich disent craindre à la fois les émeutes générales et les attaques explicitement antisémites contre la synagogue

Le rabbin Jonathan Markovitch et sa femme Inna sont des émissaires Habad à Kiev, en Ukraine. (Courtoisie)
Le rabbin Jonathan Markovitch et sa femme Inna sont des émissaires Habad à Kiev, en Ukraine. (Courtoisie)

Le rabbin Jonathan Markovitch et son épouse Inna ont déclaré jeudi que des centaines de Juifs se trouvent encore à Kiev. Il s’agit notamment de personnes qui n’avaient pas la possibilité de fuir la ville avant le début des attaques tôt ce matin.

Ceux qui ne sont pas partis avant 6h30 sont désormais bloqués à l’intérieur de la ville car les routes qui l’entourent sont devenues complètement obstruées par des civils qui tentent de fuir les combats, expliquent-ils.

Les Markovitch, émissaires Habad dans la ville depuis plus de deux décennies, ont déclaré aux journalistes en Israël lors d’une vidéoconférence organisée par l’organisation MediaCentral que leur préoccupation immédiate était la sécurité de leur synagogue, le Centre juif de Kiev,.

« L’urgence maintenant, c’est d’avoir une entreprise de sécurité armée sérieuse. Nous avons peur des pillages et des émeutes qui pourraient survenir du côté ukrainien. Nous l’avons vu en 2014 », a déclaré Jonathan Markovitch, faisant référence à la révolution de cette année-là qui a renversé le président pro-russe, Viktor Ianoukovitch.

Le couple dit craindre à la fois les émeutes générales et les attaques explicitement antisémites contre la synagogue. Jonathan Markovitch a toutefois souligné que malgré les commentaires du président russe Vladimir Poutine sur la « dénazification » de l’Ukraine, ils n’ont jamais connu d’antisémitisme significatif dans le pays et que les incidents qui avaient eu lieu ont été gérés par les forces de l’ordre du pays.

« Nous ne ressentons pas d’antisémitisme ici ! Le président est juif ! Il est difficile de comprendre les paroles de Poutine. Les Juifs sont très impliqués dans la société ici », a-t-il déclaré. », a-t-il ajouté.

Cependant, Markovitch a noté que les mauvaises situations ont tendance à faire resurgir l’antisémitisme. « Historiquement, nous savons que lorsqu’il y a des problèmes, les gens blâment l’autre. »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresse à la nation à Kiev, Ukraine, jeudi 24 février 2022. (Crédit : Bureau de presse présidentiel ukrainien via AP)

Selon Inna, le couple a stocké cinq à six tonnes de nourriture, ainsi que de l’eau, du carburant et 50 matelas dans le sous-sol de la synagogue et quelques dizaines de personnes s’y sont déjà réfugiées. Elle a estimé qu’ils avaient suffisamment de fournitures pour les soutenir pendant une semaine. Le couple a déclaré que Kiev manquait d’abris anti-bombes, forçant la plupart des gens à se réfugier  dans les stations de métro de la ville, espérant que le sous-sol de la synagogue fournirait une protection suffisante.

« Il n’y a pas d’abri anti-aérien ici, mais au moins nous pouvons être ensemble », a dit son mari.

« Beaucoup de personnes nous ont rejoints, pour se mettre à l’abri et être avec nous », a-t-il déclaré.

Des jeunes filles tiennent leur téléphone portable alors qu’elles se réfugient dans une station de métro à Kiev, dans la matinée du 24 février 2022. (Crédit : Daniel LEAL / AFP)

Etant tous les deux titulaires de la nationalité israélienne, les Markovitch ont déclaré avoir été invités à plusieurs reprises par l’ambassade d’Israël à Kiev à quitter le pays dans les jours qui ont précédé l’invasion russe, mais ont décidé de rester dans la ville afin d’aider les Juifs qui sont restés à Kiev, qui étaient pour la plupart des personnes âgées ou pauvres.

« Ceux qui sont partis sont les riches et les jeunes. Les personnes qui sont restées ici étaient des personnes qui n’ont pas pu – pour des raisons médicales ou financières – partir », a déclaré Inna.

Des embouteillages alors que les résidents quittent la ville de Kiev, le 24 février 2022. (Crédit : AP Photo/Emilio Morenatti)

Les Markovitch ont ignorer combien des quelque 2 500 Juifs qui composent la communauté de Kiev étaient encore dans la ville, mais ils savaient que cela comprenait les quelque 200 qui sont alités et probablement plusieurs centaines d’autres, sur la base du fait qu’ils livrent habituellement des colis de nourriture à 800 membres nécessiteux de la communauté.

Elle a dit que lorsqu’ils se sont réveillés ce matin, ils ont constaté que leur immeuble s’était quasiment vidé et que personne n’était dans la rue lorsqu’ils sont sortis.

« Nous avions le sentiment d’être les seuls qui restaient à Kiev », a-t-elle déclaré.

D’autres dirigeants communautaires juifs de toute l’Ukraine ont également noté que ceux qui restaient étaient pour la plupart des personnes âgées ou économiquement défavorisées.

Un haut responsable de l’organisation Tikva à Odessa, en Ukraine, qui propose des cours aux Juifs de tous âges et s’occupe actuellement de 300 enfants orphelins, a déclaré au Times of Israël qu’il « y a un énorme mouvement de panique. Nous recevons des appels depuis 4 heures du matin ».

« Beaucoup de personnes âgées craignent de ne pas avoir assez à manger. Les gens nous demandent quoi faire », explique le responsable, qui préfère garder l’anonymat.

« À ce stade, nous recommandons aux membre de la communauté de rester chez eux. De temps en temps, il y a des explosions dans les rues et nous ne savons pas s’il est sûr de sortir », a raconté le responsable.

« Les sorties de la ville sont déjà bloquées par la circulation parce que les gens tentent de fuir. Nous sommes responsables de 300 enfants et d’un noyau de 100 familles », a-t-il ajouté.

Le rabbin Pinchas Vishedksi, un émissaire Habad d’origine israélienne qui a officié comme rabbin dans l’est de l’Ukraine à Donetsk jusqu’en août 2014, date à laquelle lui et la plupart de sa congrégation ont fui la prise de contrôle russe, a déclaré qu’il avait averti les gens de quitter la région pendant des semaines.

« Nous disons toujours, sortez si vous le pouvez et essayez d’éviter les zones où il y a des tirs. Certaines familles ont fui vers Rostov [en Russie], et nous avons demandé à la communauté de les accueillir. Mais ce n’est pas suffisant. La plupart – et beaucoup d’entre eux sont âgés – sont restés à Donetsk », a-t-il déclaré au Times of Israël.

À Kiev, les Markovitch ont déclaré que leur fils, leur belle-fille et leurs petits-enfants envisageaient de quitter la ville mais ne savaient pas quoi faire.

« Nous recevons des avis contradictoires. Les Français disent de rester chez soi. Mais d’autres ambassades disent de partir. Il n’y a pas de voix claire que nous puissions écouter », a déclaré Inna Markovitch.

Sa belle-fille, Cherry Markovitch, une citoyenne française, s’est souvenue des sirènes matinales qui les ont secoués au début de l’attaque russe.

« J’ai tremblé pendant deux heures après cela », a-t-elle dit, notant que contrairement à son mari et à sa famille, elle n’avait jamais vécu dans un pays comme Israël où les sirènes de raid aérien se produisent régulièrement.

« Nous ne savons pas où nous pouvons aller, mais nous avons des valises prêtes », a-t-elle ajouté.

Avec un agacement marqué dans la voix, Jonathan Markovitch a noté que dans les jours qui ont précédé l’attaque russe, le gouvernement ukrainien avait régulièrement assuré à ses citoyens qu’il n’y aurait pas d’invasion – alors même que les responsables israéliens les appelaient à partir.

Cependant, il a déclaré qu’il ne commenterait pas la politique au-delà de cela, de peur que cela ne compromette sa position, le mettant en désaccord avec une partie du conflit ou une autre.

« Cela pourrait nous faire du mal », a-t-il déclaré.

Sue Surkes a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...