Le réacteur israélien de Dimona n’est pas Tchernobyl, mais il reste vulnérable
Rechercher

Le réacteur israélien de Dimona n’est pas Tchernobyl, mais il reste vulnérable

Une catastrophe au réacteur d'Israël serait beaucoup moins désastreuse que celle de 1986, mais le noyau est en service au-delà de la durée prévue, et pour les experts, c'est risqué

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La branche militaire du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien basé à Gaza publie une vidéo qui menace d'attaques à la roquette contre le réacteur nucléaire de Dimona et autres sites sensibles en Israël, le 4 mai 2019. (Capture d'écran)
La branche militaire du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien basé à Gaza publie une vidéo qui menace d'attaques à la roquette contre le réacteur nucléaire de Dimona et autres sites sensibles en Israël, le 4 mai 2019. (Capture d'écran)

La mini-série télévisée à succès « Tchernobyl » a rappelé au monde le spectre toujours présent d’une catastrophe nucléaire rendue possible par la mortelle combinaison de la négligence, de l’ignorance et de l’incompétence.

Le 26 avril 1986, l’un des quatre réacteurs nucléaires de Tchernobyl a subi une surtension catastrophique lors d’un essai de sûreté incroyablement mal géré. L’explosion et l’incendie qui en ont résulté ont envoyé des panaches d’isotopes radioactifs dans toute la région, car la centrale ne possédait pas de structure de confinement. La contamination s’est répandue dans une grande partie de l’Union soviétique et de l’Europe. Selon les estimations, le bilan à long terme se situe entre 4 000 et plus de 93 000 morts ; la zone d’exclusion de 1 600 km2 autour du réacteur demeure l’une des zones les plus contaminées au monde.

La catastrophe de Tchernobyl est l’un des deux incidents nucléaires qui ont reçu la désignation de niveau 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires, ce qui indique un accident majeur ayant des ramifications importantes. Le deuxième a été la catastrophe du réacteur nucléaire de Fukushima au Japon en 2011, provoquée par le tremblement de terre.

Les effets de l’explosion du réacteur sont encore visibles et ressentis aujourd’hui, à l’intérieur de la zone d’exclusion et bien au-delà, avec un impact toujours en cours sur la population, la faune et la flore. En particulier, des centaines de milliers de soi-disant liquidateurs ont risqué leur vie et leur santé à long-terme pour contenir les radiations après l’explosion, y compris quelque 1 500 personnes qui vivent en Israël et sont malheureusement négligées par le gouvernement.

Une vue aérienne de la centrale nucléaire de Tchernobyl, site du pire accident nucléaire au monde, est observée en avril 1986, deux à trois jours après l’explosion de Tchernobyl, en Ukraine. Devant la cheminée se trouve le réacteur n° 4 complètement détruit. (AP Photo)

Une telle catastrophe pourrait-elle se produire dans le réacteur nucléaire israélien, le Shimon Peres Negev Nuclear Research Center près de Dimona, dans le sud du pays ? Lors d’une attaque à la roquette contre l’installation – que l’Iran, le Hezbollah, le Jihad islamique palestinien, le Hamas et la Syrie ont menacé ou tenté d’exécuter – de larges pans de l’État juif seraient-ils contaminés par des matières radioactives ? Qu’en est-il d’un grand tremblement de terre le long du rift syro-africain, qui est attendu dans les années à venir ?

Heureusement, disent les experts, la réponse simple est non.

Dimona et Tchernobyl ont des échelles et des modèles très différents et remplissent des fonctions très différentes. Par conséquent, le potentiel de dommages dans le sud d’Israël est inférieur de plusieurs ordres de grandeur, même dans le pire des cas, affirment les experts.

Il en va de même pour le Centre de recherche nucléaire de Soreq en dehors de la ville centrale de Yavne, dont le noyau est encore plus petit que celui de Dimona.

Cependant, il y a des problèmes de sécurité liés à Dimona – à savoir que son cœur vieillit, et qu’il continuera néanmoins d’être utilisé car il est peu probable qu’Israël en obtienne un nouveau – et ceux-ci ne sont souvent pas discutés en public en raison de la nature largement confidentielle de l’installation, qui produit des matières fissiles pour les armes nucléaires, selon les médias étrangers.

Vue du réacteur nucléaire de Dimona, dans le sud d’Israël, le 13 août 2016. (Moshe Shai/FLASH90)

Israël est considéré par les gouvernements et les médias étrangers comme la seule puissance nucléaire du Moyen Orient, mais a longtemps refusé de confirmer ou de nier qu’il possède des armes nucléaires, et soutient officiellement que l’usine de Dimona se concentre sur la recherche et l’approvisionnement énergétique.

Dimona n’est pas Tchernobyl

La centrale nucléaire Vladimir Ilitch Lénine, située à l’extérieur de Tchernobyl, couvrait 10 % des besoins en électricité de l’Ukraine. Ses quatre réacteurs produisaient 12 800 mégawatts de puissance thermique et 4 000 mégawatts d’électricité.

En raison de ce niveau élevé de production d’énergie, l’explosion secondaire de son réacteur en 1986 a été estimée à un niveau similaire à celui de 10 tonnes de TNT.

Affiche de « Tchernobyl », la mini-série HBO 2019. (HBO)

Le Shimon Peres Negev Nuclear Research Center, nommé en l’honneur de l’ancien président qui a contribué à sa création dans les années 1950 en tant que directeur général du ministère de la Défense, est loin d’atteindre ce niveau de production énergétique. La puissance thermique précise de son réacteur nucléaire beaucoup plus petit n’est pas connue, mais a été estimée entre 26 et 150 mégawatts – soit entre 492 et 86 fois moins que celle de Tchernobyl – selon l’Arms Control Association, un groupe de non-prolifération basé aux États-Unis. (Le cœur de l’installation de Soreq, qui a été fourni à Israël par les États-Unis, ne produit que cinq mégawatts de puissance thermique).

Cette énorme différence de taille entraîne une énorme différence dans le risque de dommages.

Pendant la guerre des Six Jours de 1967, les batteries de défense aérienne d’Israël ont abattu un avion de chasse israélien qui s’était accidentellement aventuré trop près de Dimona après avoir été touché en survolant la Jordanie

Dimona, contrairement à Tchernobyl, a été construit avec une structure de confinement destinée à empêcher les matières radioactives de s’échapper en cas de fusion ou autre catastrophe. Une structure en métal et en béton appelée sarcophage a été construite autour de Tchernobyl après coup.

En outre, le Centre de recherche nucléaire Shimon Peres du Néguev est menacé depuis sa construction, ce qui a obligé le gouvernement israélien à mettre sa sécurité (et donc la sécurité des personnes vivant à proximité) à un niveau élevé.

Pendant la guerre des Six Jours de 1967, les batteries de défense aérienne ont abattu un avion de chasse israélien qui s’est accidentellement aventuré trop près du site sensible après avoir été endommagé lors de son survol de la Jordanie.

Un monument à la mémoire des ouvriers qui ont construit le premier sarcophage fabriqué à la hâte au-dessus du 4e réacteur détruit lors de l’explosion mortelle de 1986 se trouve à la centrale nucléaire de Tchernobyl, à Tchernobyl, en Ukraine, vendredi 20 avril 2018. Un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, provoquant un incendie qui a déversé un panache radioactif sur une grande partie de l’Europe du Nord. (AP Photo/Efrem Lukatsky)

Le réacteur, qui a été construit sous terre pour une protection supplémentaire, est toujours gardé par une myriade d’unités de défense aérienne, qui restent en état d’alerte maximale pendant les périodes de tensions accrues.

En 2007, alors que les craintes de représailles syriennes atteignaient leur paroxysme après la destruction par Israël du réacteur nucléaire du pays, un commandant d’une batterie de missiles Patriot gardant le site a déclaré à la télévision israélienne que tout avion qui « s’écarte, même légèrement de sa route déclenchera une alarme et court le risque qu’un missile [intercepteur] soit tiré. »

Le cœur de Dimona a également mis en place une série de mesures de protection antisismique, a déclaré Eli Abramov, alors directeur général adjoint du réacteur, aux responsables américains en 2007, selon un document WikiLeaks.

En 2018, dans de rares remarques publiques, le chef de la Commission israélienne de l’énergie atomique, Zeev Snir, a déclaré que le pays avait renforcé le réacteur nucléaire de Dimona à la lumière des menaces faites par l’Iran et le Hezbollah.

« Nous ne pouvons ignorer les menaces répétées et explicites de l’Iran et de ses mandataires d’attaquer les sites nucléaires d’Israël », a-t-il dit.

« Ces menaces scandaleuses exigent qu’Israël prenne des mesures et continue de protéger et de défendre ses installations nucléaires. Ces installations sont constamment modernisées et renforcées, conformément aux lignes directrices de l’AIEA en matière de sûreté, afin de résister à toute attaque », a déclaré M. Snir.

La branche militaire du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien basé à Gaza publie une vidéo qui menace d’attaques à la roquette contre le réacteur nucléaire de Dimona et autres sites sensibles en Israël, le 4 mai 2019. (Capture d’écran)

Mais le fait qu’il s’agit d’un réacteur de recherche et non d’une centrale électrique est presque aussi important que la taille beaucoup plus petite de Dimona et que les mesures de défense active et passive qui l’entourent.

Les réacteurs nucléaires producteurs d’électricité, de par leur nature, sont conçus pour être rentables. Toute interruption de leur production a un prix énorme, tant en argent perdu que dans l’effet sur les populations environnantes qui dépendent de son énergie, ce qui devient un facteur dans la décision de fermer ou non le réacteur.

Vue satellite du réacteur nucléaire de Dimona (Crédit : Autorisation du gouvernement américain)

Ce n’est pas le cas à Dimona, où toutes les opérations peuvent être immédiatement interrompues en cas de problème, sans crainte qu’un tel acte ne plonge dans le noir une grande partie du pays, selon un expert qui aurait demandé à ne pas être identifié.

Les réacteurs modernes peuvent également être mis hors tension rapidement en inondant le réacteur de bord, un élément capable d’absorber les neutrons libérés par la fission nucléaire.

Cela n’élimine pas immédiatement tous les dangers, mais en quelques minutes, il peut arrêter les réactions à l’intérieur du cœur et permettre au réacteur de commencer à refroidir. L’expert a comparé cela au fait de retirer une bouilloire en ébullition de la cuisinière : L’eau à l’intérieur peut être encore chaude, mais elle n’est plus bouillante et peut commencer à revenir à la température ambiante.

« Un opérateur compétent arrêtera le réacteur au premier signe de problème », a-t-il ajouté.

Il peut s’agir d’une première alerte d’une roquette ou d’un missile en provenance de Syrie, d’Iran ou du Liban, d’une première indication d’activité sismique avant un séisme, ou d’un cas de dysfonctionnement dans le réacteur.

Un opérateur compétent arrêtera le réacteur au premier signe de problème

Un arrêt d’urgence n’a pas été effectué immédiatement à Tchernobyl, et lorsqu’il a été exécuté tardivement, le processus d’arrêt s’est avéré de façon catastrophique, défectueux. Le réacteur – un modèle soviétique RBMK, qui est considéré comme une variété intrinsèquement dangereuse – est entré dans une boucle de rétroaction positive, générant plus de puissance au lieu de moins avant qu’il n’explose.

L’un des autres principaux problèmes à la suite d’un accident nucléaire ou d’une attaque est la perte de puissance du réacteur lui-même, ce qui empêche les opérateurs de contrôler les réactions à l’intérieur.

C’est ce qui a causé la catastrophe de Fukushima, au Japon, en 2011, lorsqu’un tsunami a détruit les générateurs qui alimentaient les pompes qui faisaient circuler le liquide de refroidissement dans le réacteur. Cela a entraîné des fusions et des explosions. Deux personnes ont été tuées lors de la catastrophe initiale et six autres ont été exposées à de fortes doses de rayonnement. La décontamination devrait prendre entre 30 à 40 ans.

Sur cette photo du 10 février 2016, un membre de la délégation des médias portant une combinaison de protection et un masque regarde le bâtiment du réacteur n° 3 de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi de Tokyo Electric Power Co (TEPCO), ravagée par le tsunami, à Okuma, préfecture de Fukushima, au nord-est du Japon. (Toru Hanai/Pool Photo via AP, File)

Après Fukushima, les réacteurs nucléaires ont commencé à utiliser des batteries de secours – de grandes batteries en plus des générateurs alimentés au combustible – afin de s’assurer qu’ils auraient toujours une alimentation en électricité en cas d’accident.

L’expert a dit qu’il n’allait pas et ne pouvait pas dire avec certitude quelles méthodes seraient utilisées pour éteindre Dimona ou quelles sauvegardes sont en place pour lui fournir de l’électricité, mais il a indiqué que les hypothèses ci-dessus étaient raisonnables.

A quoi ressemblerait une attaque contre Dimona ?

En 2008, la Arms Control Association (ACA) pour le contrôle des armements a simulé une frappe de roquette sur le réacteur nucléaire de Dimona selon les lignes directrices de la Hazard Prediction and Assessment Capability (HPAC), la capacité de prévision et d’évaluation des risques du ministère de la Défense des États-Unis, une méthode d’estimation des effets d’une catastrophe nucléaire.

Comme de nombreux détails spécifiques sur le Centre de recherche nucléaire Shimon Peres du Néguev sont gardés secrets et soumis à la censure militaire, cette étude reconnaît qu’il ne s’agit que d’une approximation grossière des dommages potentiels causés par un tir de roquettes sur ce complexe.

En plus de la production thermique inconnue susmentionnée, Bennett Ramberg, de l’ACA, n’a pas été en mesure de tenir compte des « contributions potentiellement importantes qui pourraient provenir du combustible utilisé sur le site et des déchets hautement radioactifs provenant du retraitement ou de la séparation du plutonium ». (En plus d’un réacteur, l’installation de Dimona sert également de centre de stockage pour l’ensemble des déchets nucléaires du pays.)

Selon Ramberg, une attaque à la roquette réussie contre le réacteur – une attaque qui parviendrait à franchir les défenses aériennes du site et briserait le dôme de confinement du site – « disperserait l’eau lourde entourant le cœur du réacteur et créerait des explosions et des incendies impliquant les éléments combustibles nucléaires, projetant des matières radioactives dans un souffle charrié loin de Dimona par les vents dominants. »

Des soldats du Commandement du front intérieur de l’armée israélienne effectuent un exercice simulant une attaque atomique, biologique et chimique en 2011. (Yuval Haker/Armée israélienne)

Paradoxalement, l’étude de l’ACA a révélé qu’une frappe plus puissante sur le réacteur nucléaire de Dimona pourrait être plus sûre. Une telle attaque pourrait « fracturer et répandre le cœur du réacteur au point que l’absence d’incendies de forte intensité réduirait le rejet » de matières radioactives, écrit Ramberg.

Les calculs de la HPAC ont déterminé que la période la plus meurtrière de l’année pour une attaque sur le cœur serait le mois de février, lorsque les vents saisonniers pousseraient les molécules radioactives libérées dans une explosion vers la Cisjordanie à la population relativement élevée. Là-bas, elles pourraient causer des centaines à plus d’un millier de cas de cancer chez les résidents de la région, selon le niveau de puissance thermique du réacteur.

Selon l’étude de Ramberg, une attaque en été enverrait ces nuages radioactifs loin d’Israël et vers le « sud peu peuplé » de la Jordanie.

Cependant, comme les pays et les groupes les plus susceptibles de commettre une telle attaque ne chercheraient probablement pas à nuire aux Jordaniens ou aux résidents de Cisjordanie, pour la plupart palestiniens, l’article de l’ACA considère la fin de l’automne comme le moment le plus probable pour une attaque, pas l’hiver ni l’été.

Une attaque en novembre signifierait que les vents d’automne transporteraient le « panache radioactif dans une direction nord-ouest au-dessus de la ville de Dimona (une ville de 30 000 habitants), puis vers Beer Sheva avant de se disperser vers la plaine côtière fortement peuplée d’Israël, qui compte environ quatre millions d’habitants », a écrit Ramberg en 2008. La taille de la population n’a pas changé de façon spectaculaire depuis 11 ans.

L’étude de l’ACA a révélé que les problèmes immédiats les plus importants à la suite d’une attaque réussie contre le Centre de recherche nucléaire Shimon Peres du Néguev se présenteraient sous forme de deux molécules radioactives principales : l’iode 131 et le césium 137.

Un médecin examine un garçon qui a été évacué de la zone sinistrée de Tchernobyl vers Artek, le 14 juin 1986. (AP Photo)

L’iode 131 est un isotope radioactif à durée de vie relativement courte mais très dangereux qui est produit dans la fission nucléaire par le plutonium et l’uranium. La molécule peut s’accumuler à l’intérieur des glandes thyroïdiennes, causant le cancer à mesure qu’il se dégrade au fil des ans, ce qui le rend plus mortel pour les enfants que pour les adultes, selon certaines études.

La molécule se désintègre rapidement, ce qui en fait un problème immédiat grave mais pas durable, et ses effets peuvent être considérablement atténués en donnant à ceux qui entrent en contact avec elle de grandes doses d’un composé iodé non radioactif qui dilue le contenu de la thyroïde et minimise ainsi le nombre de molécules ionisantes.

Des comprimés contenant de tels composés – connus sous le nom d’iode de Lugol – ont déjà été distribués aux habitants de Dimona et des villes situées à proximité immédiate du réacteur de Soreq.

Une femme se recueille au mémorial des victimes de Tchernobyl à Kiev, la capitale ukrainienne, le 26 avril 2016. (AFP PHOTO / Anatolii Stepanov)

Le césium 137 présente un défi très différent. Cette molécule reste dans l’environnement beaucoup plus longtemps avant de se décomposer. C’est l’une des principales molécules radioactives qui est responsable de la contamination de la « zone d’exclusion » de Tchernobyl plus de 30 ans après la catastrophe.

Lors d’une catastrophe nucléaire à Dimona, la décontamination de cette molécule – qui peut facilement se mélanger aux eaux souterraines et être facilement absorbée par les hommes, les animaux et les plantes – représenterait un défi de taille, nécessitant de grandes quantités de ressources. Cette molécule radioactive est toujours présente dans la vie marine autour du Japon, environ huit ans après la fusion du réacteur nucléaire de Fukushima.

La distance qui sépare le réacteur des zones habitées réduit la menace pour les humains. En raison de la taille relativement petite du cœur du Dimona, la contamination serait probablement aussi limitée à la zone entourant immédiatement le réacteur.

Le commandement du Front intérieur de l’armée israélienne maintient également une unité spécialement formée pour intervenir rapidement en cas de catastrophe atomique, biologique et chimique.

Les attaques à la roquette ne sont pas la seule menace

Outre les menaces manifestes que font peser sur le réacteur nucléaire de Dimona les groupes terroristes et les pays ennemis, ainsi que les tremblements de terre et autres catastrophes naturelles, l’une des préoccupations dont il est moins question au sujet du cœur est son âge avancé et la volonté apparente d’Israël de le maintenir en état de marche, a dit l’expert.

Le cœur du réacteur nucléaire de Dimona, qui a été fourni à Israël par la France et est entré en activité au début des années 60, est l’un des plus anciens encore en activité dans le monde.

Conçu à l’origine pour fonctionner pendant 40 ans, le cœur est maintenant contraint de rester en service deux fois plus longtemps, d’après l’expert.

L’installation nucléaire de Dimona, dans le sud d’Israël, dans les années 1960. (Crédit : Flash90/US National Security Archive)

Il ne s’agit pas de frugalité ou de refus de la part d’Israël d’acheter un nouveau noyau, mais d’une incapacité ou d’une réticence juridique des pays qui produisent ces noyaux à en vendre un à l’État juif, car Jérusalem refuse de signer le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, qui est destiné à prévenir la prolifération des armes nucléaires.

En raison de l’incapacité d’Israël à remplacer le cœur nucléaire, il est motivé à le maintenir en service le plus longtemps possible, a dit l’expert atomique, en remplaçant et en améliorant toutes les pièces qu’il peut et en surveillant attentivement les composants qui ne peuvent pas être « arrêtés », notamment dans le réservoir en aluminium de son réacteur.

Il a comparé la situation d’Israël avec le noyau de Dimona à celle d’une personne qui a une voiture dont elle a besoin et qu’elle ne peut se permettre de remplacer.

« Vous feriez tout pour la garder en état de marche », a-t-il dit.

Vue du réacteur nucléaire israélien situé dans la vallée de Sorek dans les collines de Judée, 15 décembre 2011. (Yaakov Naumi/Flash90)

La date d’expiration initiale de quatre décennies pour le noyau de Dimona était basée sur les limites de la technologie de l’époque. Depuis un demi-siècle, d’autres méthodes de surveillance de l’état de santé du cœur nucléaire, qui ont vu le jour, sont utilisées pour s’assurer qu’il peut être exploité de façon sûre pendant plus longtemps.

En avril 2016, des scientifiques de l’Université de Tel Aviv ont révélé 1 527 défauts et imperfections sur le noyau en aluminium revêtu de béton à l’aide d’une technique ultrasonore innovante qui a été réalisée pour la première fois en 2007 et de nouveau en 2015. Les scientifiques ont noté qu’aucun de ces défauts n’avait augmenté au cours de cette période de 8 ans. Ces défauts ont été étiquetés et continuent d’être surveillés pour vérifier s’ils prennent de l’ampleur.

Le ministre du Tourisme Yariv Levin arrive à une réunion du Likud, le 28 mai 2019, à Jérusalem. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Il n’y a pas de durée maximale pour le fonctionnement du réacteur. La poursuite de l’exploitation de l’installation est subordonnée au respect de critères clairs et rigoureux en matière de sécurité au travail », a déclaré le ministre du Tourisme, Yariv Levin, au nom du gouvernement en 2016, à la suite du rapport.

« L’échographie effectuée sur le réacteur… faisait partie des procédures de maintenance strictes. Cet essai n’a révélé aucun problème dans le réacteur qui nécessiterait son arrêt d’exploitation », a-t-il déclaré.

Malgré les assurances du gouvernement, plusieurs experts nucléaires israéliens – y compris certains des scientifiques qui ont créé le réacteur de Dimona – ainsi que des politiciens demandent depuis des années que le cœur vieillissant soit fermé en raison des risques qu’il présente.

Uzi Even (photo credit: CC-BY-SA Bulusaristo/Wikipedia)`
Uzi Even (photo credit: CC-BY-SA Bulusaristo/Wikipedia)

Uzi Even, professeur de chimie à l’Université de Tel Aviv qui a participé à la création du réacteur, a été à l’avant-garde de cette démarche, faisant valoir que le cœur a fait son temps.

« Si vous me demandez s’il est utile de continuer à exploiter un réacteur vieux de 53 ans, la réponse est certainement non », a-t-il dit dans une interview radio en 2016, à la suite des 1 527 défauts du cœur du Dimona.

L’expert atomique n’a pas demandé la fermeture immédiate du réacteur, mais a dit qu’il fallait l’arrêter au moindre problème avec ses pièces irremplaçables.

« Les éléments que vous devez surveiller activement – s’il y a un problème, il faut tout arrêter. Si des pièces irremplaçables sont endommagées, il faut sceller le noyau », a-t-il dit.

L’une des questions centrales concernant la sécurité de Dimona est qu’il n’y a pas de surveillance indépendante. Israël n’étant pas signataire du traité de non-prolifération nucléaire, l’Agence internationale de l’énergie atomique n’inspecte pas le site, pas plus que les inspecteurs américains, qui ont surveillé le réacteur à ses débuts jusqu’à ce qu’ils déterminent que leurs vérifications ne valaient rien, car de nombreux aspects du site leur étaient cachés. Au lieu de cela, le réacteur est surveillé par la Commission israélienne de l’énergie atomique – l’organisme même qui est responsable de son exploitation.

La nature hautement confidentielle des travaux qui s’y déroulent limite également le débat public sur le centre de recherche nucléaire.

Les efforts visant à permettre au bureau du contrôleur de l’État, qui mène des enquêtes indépendantes sur divers aspects du gouvernement et de l’armée, de publier ses conclusions concernant le noyau de Dimona ont été bloqués au fil des ans par le Cabinet du Premier ministre en raison du risque que leur publication constitue pour la sécurité nationale.

En effet, une ordonnance du tribunal était nécessaire pour permettre l’impression d’un rapport du contrôleur de 2016, qui traitait uniquement des actions de la société civile, Rotem Industries Ltd, qui commercialise les conclusions commerciales du réacteur de Dimona – et non du fonctionnement et de la sûreté du cœur nucléaire.

Ce secret et ce manque de surveillance indépendante signifient que les Israéliens (et dans une moindre mesure les Jordaniens) ne peuvent qu’espérer que le gouvernement fait tout son possible pour prévenir une catastrophe nucléaire – bien qu’elle eût été beaucoup moins importante que celle de Tchernobyl.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...