Le régime iranien connaît sa pire crise, avec une lutte de pouvoir interne
Rechercher
Analyse

Le régime iranien connaît sa pire crise, avec une lutte de pouvoir interne

La COVID-19 et l'effondrement économique s'ajoutent aux explosions fréquentes - dont la plupart ont moins à voir avec Israël qu'une bataille entre modérés et conservateurs

Avi Issacharoff

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Des personnes portant des masques de protection pour lutter contre la propagation du coronavirus traversent le centre commercial Nasr à Téhéran, en Iran, le 15 juillet 2020. (AP Photo/Vahid Salemi)
Des personnes portant des masques de protection pour lutter contre la propagation du coronavirus traversent le centre commercial Nasr à Téhéran, en Iran, le 15 juillet 2020. (AP Photo/Vahid Salemi)

Le flot d’explosions et d’incendies mystérieux en Iran au cours des dernières semaines a stimulé l’imagination d’innombrables Israéliens et médias.

Est-il possible qu’une entité de renseignement étrangère tente – et parvienne – à déstabiliser la République islamique ? Quelqu’un essaie-t-il d’entraîner l’Iran dans une guerre ou un affrontement ?

Cette semaine encore, une explosion a eu lieu dans une centrale électrique de la province d’Ispahan et, plus tard le même jour, un incendie s’est déclaré dans une usine de téléphone du nord-ouest de l’Iran. Fin juin, il y a eu une grande explosion près d’une installation militaire à Téhéran et une autre dans un hôpital civil de la capitale, où 19 personnes ont été tuées.

Cependant, les responsables n’ont pas été prompts à blâmer Israël, les États-Unis ou l’Occident, du moins pas dans la plupart des cas – et il pourrait y avoir une raison à cela.

Ce 5 juillet 2020, une image satellite de Planet Labs Inc. montre les dégâts considérables causés par une explosion et un incendie dans une usine d’assemblage de centrifugeuses avancées sur le site nucléaire iranien de Natanz. (Planet Labs Inc. via AP)

Mis à part l’incident le plus dramatique, l’explosion du 2 juillet dans l’installation nucléaire de Natanz – qui, selon certains experts, a considérablement fait reculer le programme nucléaire iranien, endommageant une usine de développement et d’assemblage de centrifugeuses avancées, et que les médias étrangers ont attribué à Israël – les autres cas ont été imputés par les Iraniens à des causes aussi banales que le mauvais entretien, la hausse des températures et la négligence. (Selon un rapport publié jeudi, le Corps des Gardiens de la Révolution islamique [IRGC] a conclu que l’entrepreneur Ershad Karimi était l’auteur de l’attentat de Natanz).

Cet été en Iran est en effet très chaud. Cette semaine, les températures ont atteint 43°C dans la ville portuaire de Bandar Abbas, 35°C à Shiraz et 34°C dans la capitale Téhéran.

De toute façon, l’infrastructure nationale est chancelante et chaque année, il y a des incendies et même des explosions. Pourtant, cette année, leur nombre a augmenté.

Images d’un incendie dans une usine près de Tabrinz, en Iran, le 19 juillet 2020. (Capture d’écran/Twitter)

Meir Javedanfar, professeur d’études diplomatiques et de sécurité iraniennes au Centre interdisciplinaire Herzliya (IDC), soupçonne une autre cause.

« Depuis mars, nous avons été témoins de centaines d’incendies, peut-être même d’un millier, dans tout le pays. C’est inimaginable. Pourquoi une entité étrangère ferait-elle une chose pareille ? Quel intérêt ont-ils à attaquer un hôpital ? Et je ne parle pas de Natanz », a-t-il dit.

Meir Javedanfar. (Capture d’écran YouTube)

« Quelqu’un essaie d’affaiblir le président [Hassan] Rouhani et de ternir son image publique », a-t-il expliqué. « Nous l’avons vu lors de la tentative d’adoption d’une motion de censure contre le Majlis (Parlement) iranien. Maintenant, le Guide suprême [Ayatollah Ali] Khamenei a apparemment bloqué cet effort – et tout d’un coup, il y a eu une baisse significative du nombre d’incendies et d’explosions ».

Javedanfar faisait allusion aux tensions au sein de la branche conservatrice de la direction de l’Iran, qui dirige le Parlement depuis l’élection de février dernier.

Le président élu du Majlis est Mohammad Bagher Ghalibaf, un conservateur bien connu qui s’est déjà présenté contre Rouhani. Ghalibaf était un haut fonctionnaire de l’IRGC et un commandant de son armée de l’air.

Avec ses pairs parlementaires, Ghalibaf tente de défier Rouhani et les membres de son aile jugée modérée à l’approche de la prochaine élection présidentielle, en mai 2021.

Cette photo fournie par l’Agence de presse de l’Assemblée consultative islamique (ICANA) le 31 mai 2020 montre le président du Parlement iranien Mohammad Bagher Ghalibaf (C) présidant une session parlementaire dans la capitale Téhéran. (ICANA NEWS AGENCY / AFP)

Rouhani, qui est président depuis 2013, ne peut être réélu, mais un représentant de son aile modérée tentera de lui succéder, éventuellement dans une lutte contre Ghalibaf.

Un des noms mentionnés comme candidat potentiel pour l’aile modérée est celui d’Ali Larijani, un ancien président du Majlis, qui a récemment été nommé conseiller du chef suprême.

Inondé de problèmes

La lutte entre ces deux ailes affecte profondément l’Iran, compliquant sa réponse à la pandémie de coronavirus qui a ravagé le pays.

« Rouhani ne peut pas faire grand chose face à la pandémie et à l’économie. Environ 60 % de l’économie iranienne n’est pas dirigée par des élus, mais par ce que l’on appelle ‘l’État profond' », a déclaré M. Javedanfar.

« Il s’agit d’entités comme le Corps des Gardiens de la Révolution islamique et les fonds prétendument ‘sociaux’. Lorsque les premiers cas de COVID-19 ont été découverts dans la ville sacrée de Qom, Rouhani a voulu imposer un bouclage, mais Khamenei et l’“État profond” l’en ont empêché. L’Iran a maintenant des problèmes très importants, et je doute qu’il puisse les résoudre », a déclaré M. Javedanfar.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que l’Iran allait riposter à l’explosion de Natanz, Javedanfar s’est montré sceptique.

« Selon moi, les dirigeants iraniens essaient avant tout de survivre, au moins jusqu’à l’élection présidentielle américaine [en novembre] », a-t-il déclaré. « Ils comprennent que même si Joe Biden est élu, il ne devrait pas lever les sanctions immédiatement, mais son élection inspirerait au moins de l’espoir.

Javedandar, en effet, soutient que l’accumulation des crises constitue le plus grand défi auquel le régime a été confronté depuis son arrivée au pouvoir, bien qu’il ne menace pas de s’effondrer.

« Je ne connais aucune administration iranienne depuis 1979 qui ait eu à faire face à des crises et des défis aussi importants qu’aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Le président iranien Hassan Rouhani prononce un discours lors de la session inaugurale du nouveau parlement à Téhéran, le 27 mai 2020. (Crédit : AFP)

En effet, l’Iran est inondé de problèmes qui menacent d’étouffer son économie et ses citoyens.

Le chiffre le plus frappant est la chute brutale de la valeur de la monnaie iranienne, le rial. En janvier, le rial était à 128 000 pour un dollar américain. Ces dernières semaines, le taux de change a chuté jusqu’à 250 000 rials pour un dollar. Ces derniers jours ont vu une légère amélioration, après l’intervention de la Banque centrale d’Iran.

Le taux de chômage est monté en flèche en raison de la pandémie, les subventions ont été annulées et l’inflation annuelle est de 41 %, ce qui a entraîné une hausse spectaculaire du prix des produits de base comme le riz et la volaille.

Les salaires réels ont été réduits, et l’administration sait pertinemment qu’une nouvelle génération de pauvres crée un terrain fertile pour l’instabilité. Même le député Rouhani a reconnu que l’économie iranienne est à un stade critique.

Des chiffres délibérément gonflés ?

Cette semaine, M. Rouhani a annoncé qu’il y avait eu environ 25 millions de cas de coronavirus en Iran – sur une population d’environ 82 millions – des chiffres si élevés qu’ils sont peu plausibles. Il est possible qu’il y ait plusieurs millions de porteurs en Iran, mais il est également possible que M. Rouhani ait choisi de gonfler les chiffres.

Tout d’abord, il a peut-être voulu créer le sentiment d’une crise trop dramatique pour que son gouvernement puisse la gérer, comme un moyen d’échapper à ses responsabilités.

Deuxièmement, il a peut-être espéré rétablir le calme dans la rue iranienne. Après les manifestations tumultueuses de novembre dernier à propos d’une augmentation soudaine du prix de l’essence, la première vague de la pandémie a été accueillie avec une relative sérénité. Cependant, ces dernières semaines, les manifestations ont repris à une échelle plus réduite, après que les autorités ont décidé d’exécuter trois organisateurs des manifestations de novembre. Le tribunal a alors annoncé qu’il reconsidérerait les verdicts par crainte d’un tollé général.

De plus, il est possible que M. Rouhani tente de faire comprendre à Khamenei et au public que le Parlement et l’aile conservatrice tentent de le freiner d’une manière qui constitue une menace directe pour les citoyens iraniens et leur santé. Se méfiant des conservateurs et conscient du désespoir des jeunes et de la déception de ses performances, il pourrait essayer d’améliorer la position de son aile avant les élections de mai.

Le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, s’adresse à la nation dans un discours télévisé marquant l’anniversaire de la mort en 1989 de l’Ayatollah Ruhollah Khomeini, le leader de la révolution islamique de 1979, à Téhéran, Iran, le 3 juin 2020. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)

Quoi qu’il en soit, la résurgence du COVID-19 qui a débuté en mai est effectivement sévère. Il y a eu environ 200 décès liés aux coronavirus en Iran chaque jour, et la colère et l’inquiétude s’accentuent.

« La situation est terrible », a déclaré M. Javedanfar. « Ceux qui le peuvent essaient de quitter le pays. Il y a plus de cas de dépression et d’agression. Le désespoir conduit les gens à agir de façon illogique, et la façon dont l’administration [gère la crise] encourage ce comportement.

« Le marché boursier de Téhéran est en quelque sorte en plein essor dans la période financièrement la plus difficile que le pays ait connue. Nous avons connu des records sans précédent. Les gens investissent des fortunes dans diverses entreprises qui sont au bord de la faillite, et l’administration les ressuscite. La chaîne Telegram du Corps des Gardiens de la Révolution islamique encourage le public à investir en bourse. Comprenez-vous ? Les gens qui ne peuvent pas gagner leur vie vendent leurs voitures, les agriculteurs vendent leurs tracteurs, dans l’espoir de s’enrichir via la bourse ».

L’accord vague de la Chine

Un développement dans les relations de l’Iran avec le monde extérieur qui a reçu une attention significative est l’accord entre la Chine et l’Iran, selon lequel la Chine investira prétendument en Iran.

Mais il est douteux que cet accord ait une substance. Il ressemble davantage à une déclaration d’intention qui vise, d’une part, à montrer aux États-Unis que la Chine n’acceptera pas les diktats du président américain Donald Trump et, d’autre part, à servir les intérêts iraniens en donnant de l’espoir à la population.

L’accord ne comporte aucun élément concret ou spécifique, du moins pour le moment. Il semble pour l’instant destiné à apporter une certaine résilience interne à l’administration iranienne.

L’explosion survenue dans une clinique de Téhéran, en Iran, le 30 juin 2020. (Capture d’écran : Twitter)

Face aux sanctions paralysantes des États-Unis et du reste du monde, à la sinistre situation financière et à la pandémie, l’avenir de la population et de l’administration iraniennes n’est pas clair.

L’Iran va-t-il devenir plus conservateur ? Peut-être. Si un président conservateur gagne l’élection, l’équilibre délicat entre conservateurs et modérés sera rompu, et les trois branches du gouvernement seront aux mains des conservateurs – le Parlement, la présidence et le pouvoir judiciaire, qui sont actuellement dirigés par l’ayatollah Ebrahim Raisi, un conservateur qui a été signalé comme un héritier potentiel de Khamenei.

D’autre part, une victoire de l’aile modérée enverrait le message que les dirigeants iraniens souhaitent suivre les mêmes lignes qu’auparavant, peut-être dans l’espoir d’un changement du côté américain.

Cependant, ni une prise de contrôle par les conservateurs ni un équilibre entre conservateurs et modérés ne sont susceptibles de provoquer l’effondrement ou le renversement du régime.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...