Le roi Salmane d’Arabie a invité l’émir du Qatar, nouveau signe d’apaisement
Rechercher

Le roi Salmane d’Arabie a invité l’émir du Qatar, nouveau signe d’apaisement

L'Arabie saoudite et trois de ses alliés - Émirats arabes unis, Bahreïn et Egypte - ont repris en janvier leurs relations avec le Qatar après plus de trois ans de brouille

Dans cette photo d'archive du 5 janvier 2021, fournie par la Cour royale saoudienne, le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, à droite, accueille l'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, à son arrivée pour assister à la 41e réunion du Conseil de coopération du Golfe. Sommet à Al-Ula, Arabie Saoudite. (Crédit : Cour royale saoudienne via AP, dossier)
Dans cette photo d'archive du 5 janvier 2021, fournie par la Cour royale saoudienne, le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, à droite, accueille l'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, à son arrivée pour assister à la 41e réunion du Conseil de coopération du Golfe. Sommet à Al-Ula, Arabie Saoudite. (Crédit : Cour royale saoudienne via AP, dossier)

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a invité l’émir du Qatar à lui rendre visite, a annoncé lundi le bureau du dirigeant de cet émirat du Golfe, une invitation qui constitue le dernier signe en date du rapprochement des deux pays anciens rivaux.

L’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, « a reçu une lettre de Sa Majesté le roi Salmane ben Abdel Aziz Al-Saoud (…) contenant une invitation à se rendre » en Arabie saoudite, a indiqué le bureau de l’émir dans un communiqué, sans préciser s’il allait l’accepter ni si un calendrier concernant cet éventuel déplacement était évoqué.

L’Arabie saoudite et trois de ses alliés – Émirats arabes unis, Bahreïn et Egypte – ont repris en janvier leurs relations avec le Qatar après plus de trois ans de brouille.

Accusant Doha de soutenir des groupes islamistes classés « terroristes » par des pays du Golfe et d’avoir des relations trop étroites avec l’Iran, rival régional du royaume saoudien, ces quatre pays avaient rompu en juin 2017 les liens avec ce pays auquel ils avaient également imposé un blocus. Le Qatar a toujours nié appuyer des groupes terroristes.

La dernière visite de l’émir dans le royaume saoudien date de la réconciliation scellée en janvier lors d’un sommet avec les dirigeants des cinq pays en litige, organisé par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Mais l’émir n’avait pas rencontré le souverain saoudien.

L’invitation annoncée lundi a été transmise par le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhan Al-Saoud, qui se trouvait à Doha pour des rencontres avec son homologue qatari au cours desquelles ils ont discuté de « l’unité du Golfe », selon le ministère qatari des Affaires étrangères.

Quelques pas timides vers un retour à la normalité des relations ont été effectués depuis l’accord de janvier, comme la reprise des liaisons aériennes entre Doha et ses anciens rivaux et la réouverture de la frontière terrestre entre le Qatar et l’Arabie saoudite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...