Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Le shekel, 3e monnaie la plus dépréciée au monde en février

La monnaie locale s'affaiblit de 6 % et les actions chutent dans un contexte d'inquiétudes quant aux répercussions économiques de la refonte du système judiciaire israélien

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

La bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)
La bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)

Le shekel israélien s’est déprécié de 6 % en février, subissant la plus forte perte parmi les principales devises du monde après le rouble russe et le won coréen, dans un contexte d’inquiétude croissante des investisseurs alors que le gouvernement poursuit un processus législatif très controversé visant à affaiblir le système judiciaire.

La semaine dernière, le shekel a atteint son plus bas niveau en trois ans par rapport au billet vert lorsque les législateurs israéliens ont fait un premier pas vers l’approbation d’un projet de loi qui constitue une partie importante de la réforme controversée du système judiciaire, afin de renforcer le contrôle du gouvernement sur les nominations judiciaires et de révoquer la capacité de la Haute Cour à réviser les lois fondamentales. Le shekel a continué de s’affaiblir même après que la Banque d’Israël a augmenté le taux d’intérêt de référence de 50 points de base pour le porter à 4,25 %, le niveau le plus élevé depuis 2008, dans un effort destiné à contenir l’inflation croissante.

« Au cours du mois dernier, les mouvements du marché local ont été affectés par l’incertitude des répercussions économiques du remaniement juridique prévu », a déclaré Alex Zabezhinsky, économiste en chef de la maison d’investissement Meitav, au Times of Israel. « Par le passé, la performance du shekel était caractérisée par une étroite corrélation avec les marchés américains ».

De même, la bourse de Tel Aviv a noté dans son rapport mensuel de février que « les échanges ont été caractérisés par des baisses du marché des prix, poursuivant une tendance observée depuis la seconde moitié de janvier 2023, en raison des désaccords croissants concernant l’impact de la réforme juridique prévue sur l’économie israélienne. »

En février, l’indice de référence TA-125 de la Bourse de Tel Aviv a chuté d’environ 5 %, tandis que l’indice TA-35 des sociétés de premier ordre a baissé d’environ 4 % après être resté inchangé le mois précédent, selon les données du TASE. L’indice TA-90, qui suit les actions à plus forte capitalisation non incluses dans l’indice TA-35, a chuté de 9 % au cours de la même période, après avoir gagné 1,7 % en janvier. Le mois dernier, l’indice MSCI Global a reculé d’environ 2 %.

Le chiffre d’affaires quotidien sur le marché des actions, y compris les ETF, s’est élevé à 2,3 milliards de shekels en février, soit environ 28 % de plus que le chiffre d’affaires du mois précédent, et un chiffre d’affaires similaire au chiffre d’affaires moyen de 2022.

Alex Zabezhinsky, économiste en chef de Meitav. (Crédit : Rami Zarnegar)

Ces dernières semaines, d’anciens responsables de la banque centrale et d’éminents économistes ont continué d’avertir que les freins et contrepoids, et la démocratie en général, pourraient être menacés si la législation visant à modifier le système juridique était pleinement mise en œuvre.

Les investisseurs craignent que les propositions avancées pour réduire drastiquement le pouvoir du pouvoir judiciaire n’aient un impact négatif sur sa cote de crédit, ce qui nuirait à l’économie prospère du pays et à sa monnaie et déclencherait une fuite de fonds (déjà entamée).

Un certain nombre d’entreprises et de startups locales ont déjà commencé, à la demande de leurs investisseurs étrangers, à transférer des fonds hors des comptes bancaires locaux afin de diversifier les risques et de couvrir leurs actifs avant l’approbation des réformes prévues.

Parmi ces entreprises, citons la société américano-israélienne de cybersécurité Wiz, qui a levé cette semaine 300 millions de dollars pour une évaluation stupéfiante de 10 milliards de dollars. Le cofondateur de la licorne, Assaf Rappaport, a déclaré que les fonds de l’entreprise seront conservés sur des comptes américains, en raison de l’incertitude quant à l’indépendance des institutions en Israël.

Zabezhinsky a noté que les données sur le volume des transactions montrent que les investisseurs étrangers, ou non-résidents, ont été très actifs sur le marché des changes israélien en février, ce qu’il a décrit comme ayant un « poids excessif » dans la dépréciation du shekel.

« Selon les données de la Banque d’Israël sur les opérations de change, la part des non-résidents dans les échanges a augmenté à 65 % en février, contre une moyenne de 60 % en 2022 », a déclaré Zabezhinsky. « Les opérations de conversion ont fortement augmenté, notamment de la part des investisseurs étrangers. »

Il a noté que « les institutions financières étrangères ont fortement augmenté le nombre d’opérations de conversion en shekels », tandis que parmi les investisseurs israéliens, la plupart des opérations de conversion ont été effectuées par des organismes non bancaires.

Le volume quotidien des transactions sur les options en dollars en février était d’environ 23 % supérieur au volume moyen de 2022, et d’environ 35 % supérieur au chiffre d’affaires du mois précédent, selon les données du TASE.

« Les transactions ont été affectées par la volatilité du taux de change du dollar par rapport au shekel », écrit le TASE dans son rapport mensuel.

Le shekel s’est déprécié, passant de 3,475 shekels à la fin du mois de janvier 2023 à environ 3,67 shekels par rapport au dollar américain vers la fin du mois de février, soit le niveau le plus faible depuis mars 2020.

Le TASE a souligné que la faiblesse du shekel par rapport au dollar et à l’euro pousse le coût des importations à la hausse et contribue à l’augmentation des prix dans l’économie. Cela va également constituer une préoccupation pour la Banque d’Israël, qui est déterminée à ramener l’inflation, qui oscille au-dessus de 5 %, dans sa fourchette cible de stabilité des prix, comprise entre 1 % et 3 %.

« La Banque d’Israël est responsable du maintien de son objectif d’inflation et de la stabilité financière dans le pays », a déclaré Zabezhinsky. « Si ces éléments sont menacés, la Banque d’Israël ne restera pas les bras croisés sur la touche. »

La Banque centrale intervient sur le marché des changes afin de stabiliser le shekel par rapport au panier de devises lorsqu’il y a une forte volatilité du taux de change dans le but de modérer et de calmer le marché.

En 2020, la Banque d’Israël est intervenue sur le marché des changes en achetant des dollars américains en échange de shekels, afin de modérer l’impact négatif d’une appréciation du shekel sur l’inflation et l’activité économique.

« La Banque d’Israël dispose d’environ 200 milliards de dollars de réserves de change et peut intervenir sur le marché si nécessaire, même si elle ne voudra pas le faire, et nous pourrions plutôt assister à des interventions plus verbales », a déclaré Zabezhinsky. « Par conséquent, selon notre évaluation, la dépréciation rapide du shekel ne se poursuivra pas longtemps. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.