Le théoricien du complot, admiré par Trump, qualifie les États-Unis de « mafia juive »
Rechercher

Le théoricien du complot, admiré par Trump, qualifie les États-Unis de « mafia juive »

L’animateur radio Alex Jones, qui aurait une "super réputation" selon le candidat républicain, s’élève contre la "combine corporatiste internationale"

Alex Jones, animateur d'InfoWars, a utilisé son émission, le 26 octobre 2016 pour s'élever contre la "mafia juive", avait reçu les compliments de Donald Trump pour sa "super réputation" en décembre 2015. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Alex Jones, animateur d'InfoWars, a utilisé son émission, le 26 octobre 2016 pour s'élever contre la "mafia juive", avait reçu les compliments de Donald Trump pour sa "super réputation" en décembre 2015. (Crédit : capture d'écran Youtube)

Alex Jones, animateur radio et théoricien du complot, sympathisant de Donald Trump s’est emporté au sujet de la « mafia juive » qui contrôle les États-Unis, et a accusé l’éminente famille Emanuel d’en être les protagonistes.

Jones, qui a interviewé Trump pour son émission, a prononcé un long sermon lors du son émission mardi, dans lequel il a démenti être antisémite, mais semblait accuser les juifs pour tous les problèmes inhérents à la société américaine.

« Laissez-moi vous dire, les Emanuel sont une mafia », a déclaré Jones au sujet du maire de Chicago Rahm Emanuel, ancien chef d’État-major pour le président Obama et de ses frères Ari et Ezekiel.

« Et vous, savez, je me disais, ils disent toujours que si je parle du gouvernement mondial et de la corruption, alors je suis antisémite, il y a des mafias de tous bords, mais si vous voulez qu’on en parle, la famille Emanuel est la mafia juive ».

« Mais je ne veux pas dire que les juifs sont mauvais, c’est juste qu’ils sont à la tête de la mafia juive dans le pays. Ils contrôlent Uber, ils contrôlent le système de santé, ils vont vous arnaquer, ils vont vous faire du mal », dit-il.

Il a décrit Rahm Emanuel comme « un homme à la bouche écumante, qui se présente aux réunions avec des couteaux, qui menace le président, complètement fou. Il a une main sur tout, il nous arnaque. »

Rahm Emanuel, maire de Chicago, le 13 août 2015. (Crédits : JTA/Tasos Katapoid/Getty Images for 100 000 Oportunities Initiative)
Rahm Emanuel, maire de Chicago, le 13 août 2015. (Crédits : JTA/Tasos Katapoid/Getty Images for 100 000 Oportunities Initiative)

Jones a accusé la famille Emanuel d’avoir « collaboré » avec George Soros (un magnat des affaires hongro-américain et philanthrope), un « collaborateur des nazis » ainsi qu’avec Madeleine Albright, la secrétaire d’État de Bill Clinton, née de parents juifs, élevée catholique. Jones a accusé le père d’Albright d’avoir collaboré avec les Nazis pour « rassembler des juifs ».

Pour Jones, ils font partie d’une « combine corporatiste internationale » et travaillent avec les Japonais, les Communistes et autres forces du mal.

En décembre, Trump a fait une apparition dans l’émission « The Alex Jones Show ». Il était alors candidat à l’investiture du parti républicain. Il a dit à l’animateur « vous avez une super réputation », et lui a promis : « je ne vous laisserai pas tomber ».

Donald Trump à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 7 septembre 2016. (Crédit : Mark Makela/Getty Images)
Donald Trump à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 7 septembre 2016. (Crédit : Mark Makela/Getty Images)

Les détracteurs de Trump l’ont accusé de ne pas suffisamment se distancer de ses sympathisants antisémites. Au début du mois d’octobre, il a donné un discours à West Palm Beach, en Floride, et selon certains, il a manifesté un antisémitisme primaire en parlant des juifs qui contrôlent le monde.

« Hillary Clinton rencontre en secret des banques internationales pour comploter au sujet de la destruction de la souveraineté américaine, afin d’enrichir les puissances financières internationale, ses amis et ses donateurs », a déclaré Trump.

Jonathan Greenblatt, le PDG de la Ligue Anti-diffamation (ADL) a condamné les dires de Trump.

« @Team Trump doit éviter la rhétorique et les tropes qui ont été, par le passé, utilisé à l’encontre des juifs et qui continuent à répandre un certain #antisémitisme », a publié Greenblatt. « Laissons la haine loin de cette campagne. »

Jones est connu pour d’autres théories du complot, notamment celle qui prétendait que l’Agence fédérale des situations d’urgence voulait mettre les Américaines dans des camps de concentrations, a souligné Vox. Mark Potok, du Southern Poverty Law Center a déclaré à Vox que Jones est « le premier producteur des théories du complot dans l’Amérique d’aujourd’hui. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...