Le TIME corrige un article décrivant un terroriste comme une victime
Rechercher

Le TIME corrige un article décrivant un terroriste comme une victime

Le magazine a été publiquement critiqué par le gouvernement israélien pour avoir dépeint Bahaa Allyan, qui a tué 3 Israéliens, comme un « designer graphique » abattu par Israël

La police et les services médicaux d'urgence traitent les victimes d'une attaque terroriste dans le quartier Armon Hanatziv à Jérusalem le 13 octobre 2015 (Crédit : Police israélienne)
La police et les services médicaux d'urgence traitent les victimes d'une attaque terroriste dans le quartier Armon Hanatziv à Jérusalem le 13 octobre 2015 (Crédit : Police israélienne)

Le magazine TIME a corrigé samedi un article qui avait été critiqué par le Bureau de presse du gouvernement israélien pour sa description d’un terroriste palestinien qui a tué trois personnes en octobre comme une victime des forces de sécurité israéliennes, ne faisant aucune mention de ses victimes.

Le magazine avait résisté aux plaintes du gouvernement israélien pendant des mois. Il a modifié l’article, qui a tout de même conservé le même titre, mais n’a pas présenté d’excuses après les critiques publiques du service de presse du gouvernement.

L’article rapportait l’attaque terroriste du 13 octobre dernier dans le quartier Armon Hanatziv de Jérusalem, lorsque deux hommes palestiniens sont montés à bord d’un bus Egged et ont tiré et poignardé des passagers.

Samedi, sur le site Internet du magazine, les rédacteurs ont ajouté un passage précisant que le sujet de l’article, Bahaa Allyan, 22 ans, avait été abattu après avoir commis une attaque meurtrière. La mise à jour de l’article a également précisé que trois personnes avaient été tuées à la suite des actions d’Allyan.

Les éditeurs du TIME ont également ajouté une déclaration à la fin de l’article, expliquant qu’il avait été mis à jour « pour rendre compte de l’attaque de manière plus complète. »

Sur un post publié sur le site internet du Bureau de presse du gouvernement, qui a également été partagé sur son compte Facebook, le Bureau avait fustigé les éditeurs du TIME jeudi pour avoir refusé de modifier l’article du 15 octobre et pour avoir « ignoré les victimes et humanisé l’attaquant, » malgré les demandes répétées des officiels israéliens pour une correction ou des éclaircissements sur la question.

Les terroristes ont tué trois personnes : Haviv Haim, 78 ans, Alon Govberg, 51 ans et l’israélo-américain Richard Lakin, 76 ans, qui a été grièvement blessé et est décédé environ deux semaines plus tard. Plus d’une douzaine de personnes ont été blessées dans l’attaque.

Les deux terroristes ont été abattus par la police. Allyan a été tué, tandis que l’autre, Bilal Abu Ghanem, a été arrêté.

Le terroriste de Jérusalem Bahaa Allyan (Crédit : La page Facebook de Bahaa Allyan)
Le terroriste de Jérusalem Bahaa Allyan (Crédit : La page Facebook de Bahaa Allyan)

La première version de l’article du TIME du 15 octobre, intitulé « Le désespoir amène les jeunes Palestiniens à la violence », avait décrit simplement Allyan comme un « designer graphique » qui « a été tué par les forces de sécurité israéliennes après avoir tenté de commettre un attentat à Jérusalem ». L’article n’a pas donné plus de détails sur ses actions et ne fait aucune mention de victimes.

« A notre grand dam, les demandes répétées faites au Time Magazine, tout d’abord par une ONG israélienne, puis par le Bureau de presse du gouvernement, ont échoué à amener le TIME à corriger la grave erreur de fait présente dans l’article 15 octobre », a déclaré le Bureau de presse.

Une ONG israélienne a contacté le 18 octobre la correspondante du TIME Magazine Rebecca Collard, qui a écrit l’article, et n’a reçu aucune réponse. Le Bureau de presse du gouvernement a de nouveau contacté Collard le 25 février, a présenté les faits et a exigé une correction. Cette demande n’a entrainé ni reconnaissance ni la correction de l’article erroné. Contactée à nouveau, la correspondante du Time magazine Collard a écrit au Bureau de presse le 4 mars : « J’ai transmis vos demandes à mes éditeurs. »

« Un autre rappel et une lettre à l’éditeur du Time International n’ont pas aidé et l’article – cinq mois encore après l’attaque – présente le meurtrier de trois civils comme un innocent designer graphique palestinien qui aurait été inexplicablement tué par Israël, » a déclaré le Bureau de presse dans son post jeudi.

« Israël a été critiqué récemment pour avoir accusé certains des médias étrangers de partialité. Que le lecteur en soit le juge », disait le post.

Les victimes de la fusillade ont exprimé leur colère à propos du texte erroné du TIME sur le site internet de nouvelles Ynet.

Maya Rachimi, qui a été blessée dans l’attaque, a dit de la description d’Allyan : « Je ne savais pas que me laisser avec deux cicatrices et un poumon perforé – après m’avoir poignardée avec un couteau de 20 centimètres de long – c’était considéré comme une œuvre d’art professionnelle et non du terrorisme ».

Le fils du défunt Larkin, Micah Avni, a déclaré n’avoir pas été surpris par le comportement de la revue et l’a accusé de parti pris anti-israélien. « Ceux qui ne peuvent pas appeler le terrorisme par son nom et condamner l’assassinat d’Israéliens et de citoyens américains font partie du problème et incitent au terrorisme en restant silencieux », dit-il.

Le directeur du Bureau de presse, Nitzan Chen, a déclaré que le Bureau avait eu recours à la critique publique contre le TIME car il avait perdu patience par rapport aux « communiqués complètement déformés des médias… Nous avons décidé de ne plus nous taire ».

Capture d'écran de l'article au titre erroné et mensonger du TIME Magazine (Crédit : capture d'écran)
Capture d’écran de l’article au titre erroné et mensonger du TIME Magazine (Crédit : capture d’écran)

Il a dit qu’il attendait des excuses de la part du magazine. « C’est le minimum qui peut être demandé pour les familles qui ont perdu leurs proches dans cette attaque meurtrière, » dit-il.

La correction du TIME ne comportait pas d’excuses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...