L’Egypte approuve les critiques de Trump sur les médias et le terrorisme
Rechercher

L’Egypte approuve les critiques de Trump sur les médias et le terrorisme

La Maison Blanche a fourni lundi une liste de 78 attaques ; 9 ont eu lieu en Egypte et ont été "mises en oeuvre ou inspirées" par l'EI

Vidéo de média égyptien d'une discothèque du Caire en flammes après l'attaque à la bombe incendiaire, le vendredi 4 décembre, 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Vidéo de média égyptien d'une discothèque du Caire en flammes après l'attaque à la bombe incendiaire, le vendredi 4 décembre, 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’Egypte a approuvé mardi les déclarations du président américain Donald Trump, qui a accusé les médias « malhonnêtes » de « ne pas couvrir » certains attentats à travers le monde.

La Maison Blanche a fourni lundi une liste de 78 attaques « mises en oeuvre ou inspirées » par le groupe Etat islamique (EI), qui selon elle n’ont pas été couvertes de manière appropriée par les médias.

« Les critiques de la Maison blanche visant les médias occidentaux pour avoir ignoré 78 attaques terroristes au niveau mondial méritent des louanges », assure dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères égyptien, qui précise que neuf de ces attentats ont eu lieu en Egypte.

« Alors que certains pays visés par des attaques terroristes reçoivent une compassion et un soutien international, d’autres, comme l’Egypte, sont pointés du doigt pour les manquements » des autorités, souligne le texte. Il évoque notamment la couverture négative de certains médias occidentaux après l’attentat d’octobre 2015 contre un avion de touristes russes dans le Sinaï (224 morts).

« La position américaine s’accorde avec les appels répétés de l’Egypte soulignant la nécessité pour la communauté internationale d’adopter une stratégie globale pour lutter contre le terrorisme et qui ne soit pas sélective », poursuit le communiqué.

Les relations entre Washington et Le Caire, un allié clé de longue date au Moyen-Orient, s’étaient refroidies en 2013 sous Barack Obama avec la destitution par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi.

Mais après l’élection de M. Trump, son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi a dit s’attendre à « un nouveau souffle » pour les relations des deux alliés, estimant que le chef de l’Etat américain avait « une compréhension profonde de ce qui se passe dans la région et en Egypte en particulier ».

Néanmoins, l’administration Trump n’a pas inclus les attentats commis en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...