Les actes anti-LGBT ont augmenté de 36 % en 2019 en Israël
Rechercher

Les actes anti-LGBT ont augmenté de 36 % en 2019 en Israël

Le rapport annuel de Aguda a recensé 2 125 cas, la plupart en ligne mais aussi de la part de fonctionnaires et de proches ; 272 jeunes sont contraints de fuir leur domicile

Des gens participent au défilé annuel de la Gay Pride à Tel Aviv, le 14 juin 2019.(Flash90)
Des gens participent au défilé annuel de la Gay Pride à Tel Aviv, le 14 juin 2019.(Flash90)

Les incidents anti-LGBT en Israël ont augmenté de 36 % en 2019, selon un rapport publié jeudi par Aguda, un groupe de travail sur les LGBT à but non lucratif.

Selon le rapport annuel, qui a été publié pour la septième année, 2 125 cas ont été enregistrés l’année dernière – soit un toutes les quatre heures ou presque.

La plupart des incidents se sont produits en ligne, principalement sur les réseaux sociaux, selon le rapport. Les attaques en ligne ont augmenté de 58 % en août, un mois après que le nouveau ministre de l’Éducation Rafi Peretz a soutenu la « thérapie de conversion » des homosexuels et que le parti marginal anti-LGBT Noam a lancé sa campagne électorale, selon le rapport.

Le rapport ajoute qu’environ 39 % des incidents de préjugés anti-LGBT proviennent des services de l’État, en particulier la discrimination exercée par les employés de l’Autorité des postes frontaliers, de la population et de l’immigration (PIBA) qui s’occupent des dossiers de mariage et de filiation, des demandes de modification du genre et de gestation pour autrui à l’étranger.

A LIRE : Les veufs LGBT israéliens réclament leurs droits, mais la paperasse les entrave

Le mois dernier, cependant, des représentants d’Aguda et d’autres militants des droits des LGBT ont rencontré le responsable de la PIBA, qui s’est dit prêt à agir sur cette question.

Selon le rapport, quelque 29 % des incidents se sont produits au sein de la famille, ajoutant que 272 adolescents ont été contraints de quitter leur domicile en raison d’un harcèlement anti-LGBT.

Environ 8 % des incidents se sont produits dans des espaces publics, et 5 % dans des établissements d’enseignement. Trois pour cent des incidents ont eu lieu sur le lieu de travail – la moitié des agresseurs étant des directeurs ou des patrons et l’autre moitié des collègues.

Les lycéens israéliens protestent contre le ministre de l’Education Rafi Peretz après que ce dernier a qualifié le mariage homosexuel de « contre-nature », place Rabin à Tel Aviv, le 15 janvier 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La grande majorité des incidents, 60 %, ont été enregistrés dans la région de Tel Aviv, où vivent de nombreux membres de la communauté LGBT et où il existe de nombreux refuges et centres communautaires.

Quelque 11 % des incidents ont été enregistrés à Haïfa, 10 % à Beer Sheva et 9 % à Jérusalem.

« La phobie des LGBT tue et blesse des milliers de victimes qui sont agressées physiquement et verbalement, jetées hors de chez elles et poussées à bout – parfois jusqu’au désespoir total et aux pensées suicidaires », ont rappelé la présidente d’Aguda, Hila Peer, et son directeur Ohad Hizki, dans une déclaration commune.

« Cette réalité ne vient pas de nulle part – il y a ceux qui choisissent de la nourrir », ont-ils ajouté. « Elle se renforce lorsque le ministre de l’Éducation israélien veut convertir un pan entier de la société. Nous ne nous laisserons pas effacer de la sphère publique, nous protégerons la sécurité personnelle des membres de la communauté et nous continuerons à agir pour l’égalité et la liberté ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...