Les avocats viennent soutenir les juges qui se battent pour leur retraite
Rechercher

Les avocats viennent soutenir les juges qui se battent pour leur retraite

Les avocats menacent de s’abstenir de toute présence devant les tribunaux en attendant la résolution du conflit sur les retraites des juges

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Illustration : Une salle d'audience de la Cour des magistrats de Herzliya, en janvier 2016. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Illustration : Une salle d'audience de la Cour des magistrats de Herzliya, en janvier 2016. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

L’Association israélienne du barreau pourrait lancer une grève partielle en soutien aux juges du pays, qui protestent contre une modification de leur régime de retraite qui, selon eux, empêche les juges de prendre leur retraite et empêche de nouvelles nominations.

Après une réunion mardi soir, le barreau a déclaré que ses avocats arrêteraient toute présence devant la cour après la fête de Pessah s’il n’y avait pas de progrès effectués sur le sujet, a annoncé mercredi le quotidien Yedioth Ahronoth.

Si la grève est effective, cela créerait un retard des procédures judiciaires dans tout le pays.

Evi Naveh, le président de l’Association israélienne du barreau, a précisé que ce serait la première fois que l’institution entreprendrait une telle action.

Efi Naveh, avocat et président de l'Association israélienne du barreau, à Tel Aviv, le 30 août 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Efi Naveh, avocat et président de l’Association israélienne du barreau, à Tel Aviv, le 30 août 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« De nombreuses années de discussions et de négociations dans différentes commissions ont été inutiles et n’ont pas apporté de solution, et ceux qui en paient le prix sont les avocats et les justiciables, a-t-il déclaré. Il est temps de passer à l’action […]. C’est un problème sous-jacent qui doit être résolu dès que possible. »

Naveh a appelé les ministres de la Justice, Ayelet Shaked, et des Finances, Moshe Kahlon, à résoudre le problème.

Le conflit a commencé il y a plusieurs années, quand les plans de retraite des juges sont passés d’un système sans cotisations à un système par accumulation, similaire à celui d’autres fonctionnaires, comme ceux de l’industrie militaire. Dans ce système, le montant de la retraite dépend des années passées à être juge.

Les juges affirment que, contrairement aux autres fonctionnaires, ils ne sont nommés que tardivement dans leur carrière à leurs postes, un fait qui impacte le montant de leur retraite. Les juges cherchent une aide qui compenserait les pertes causées par les écarts entre les différents systèmes de retraite.

En conséquence, les juges ont des réticences à prendre leur retraite, ce qui empêche la nomination de nouveaux juges, a indiqué Yedioth.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...