Rechercher

Les députés rebelles de Raam et Meretz quitteront leurs partis respectifs

Mazen Ghanayem va quitter la politique nationale et briguer la mairie de Sakhnin ; Ghaida Rinawie-Zoabi n'exclut pas de se présenter avec un autre parti aux prochaines élections

La députée Meretz Ghaida Rinawie Zoabi, à gauche, parle avec le député Raam Mazen Ghanaim, à droite, pendant une discussion à la Knesset sur un projet de loi visant à renouveler l'application de certaines lois israéliennes aux résidents d'implantation , le 6 juin 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
La députée Meretz Ghaida Rinawie Zoabi, à gauche, parle avec le député Raam Mazen Ghanaim, à droite, pendant une discussion à la Knesset sur un projet de loi visant à renouveler l'application de certaines lois israéliennes aux résidents d'implantation , le 6 juin 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Les députés dissidents de la coalition Mazen Ghanayem (Raam) et Ghaida Rinawie Zoabi (Meretz) vont tous les deux quitter leur parti avant les prochaines élections à la Knesset. Ghanayem quittera complètement la politique nationale, ont déclaré les deux députés mardi.

Ils ont tous deux subi des pressions pour quitter leur parti après avoir voté contre plusieurs projets de loi clés de la coalition, notamment une mesure visant à renouveler l’application de la loi israélienne aux habitants des implantations en Cisjordanie.

Un porte-parole de Rinawie Zoabi a confirmé qu’elle n’avait pas l’intention de briguer un siège parlementaire avec ses futurs ex-collègues du Meretz. Mais le porte-parole a déclaré que Rinawie Zoabi était toujours ouverte à la possibilité de se présenter avec une autre faction, comme le bloc de partis arabes de la Liste arabe unie.

« Mais pour l’instant, aucune discussion sérieuse n’a encore eu lieu », a déclaré le porte-parole.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision publique Makan mardi, Rinawie Zoabi a déclaré qu’elle n’avait pas à rougir de son passage à la Knesset, au cours duquel elle s’est positionnée comme un véritable casse-tête pour la coalition.

« Je suis fière de moi, j’étais la plus coriace des roches de la coalition », a-t-elle déclaré.

Rinawie Zoabi avait été recrutée avant les précédentes élections par le président du Meretz, Nitzan Horowitz. Mais l’union n’a jamais vraiment décollé, en raison des scrupules de Rinawie Zoabi à faire partie de la coalition au pouvoir, dû à la politique de cette dernière à l’égard des Palestiniens.

À un moment donné, il lui a même été proposé de devenir le prochain consul général d’Israël à Shanghai, dans le cadre d’un accord destiné à la tenir loin de la Knesset, mais l’accord a échoué le mois dernier en raison de sa rupture avec la coalition.

Le député Raam Mazen Ghanaim, à la Knesset le 5 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La décision de Ghanayem était pressentie, car il prévoit de se représenter à la mairie de sa ville de Sakhnin, un poste qu’il a occupé de 2008 à 2018.

« Je ne me présenterai pas aux prochaines élections à la Knesset. C’est une décision que j’ai prise il y a longtemps, et je ne regrette pas de ne pas avoir démissionné plus tôt », a-t-il déclaré au site d’information Ynet, en référence aux appels à sa démission.

Ghanayem, un ancien joueur de football populaire, a probablement joué un rôle clé dans l’entrée de Raam à la Knesset en mars 2021, en partie grâce au vote de Sakhnin où le parti islamiste a obtenu près de 10 000 bulletins.

Pourtant, ayant été membre de la faction nationaliste arabe Balad, Ghanayem n’a jamais vraiment trouvé sa place au sein du parti.

Le chef du parti Raam, le député Mansour Abbas, s’exprime lors d’une conférence à l’université Reichman à Herzliya, le 17 mai 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« Je reviens plus fort à Sakhnin, c’était une expérience professionnelle de premier rang », a déclaré Ghanayem à Ynet. « Il existe un respect mutuel entre moi et les membres du Raam, et nous nous séparerons en bons termes ».

« Ghanayem est un homme respectable, mais il ne correspondait pas à notre parti », a déclaré à Ynet un membre du Conseil de la Choura de Raam – le comité directeur islamique du parti. « Nous voulons faire partie du gouvernement et de la coalition, mais avec discipline. Apparemment, c’était trop pour lui. Nous attendons d’un politicien qu’il nous accompagne jusqu’au bout, mais il s’en va. Nous nous y attendions. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...