Les Etats-Unis ordonnent à ses employés d’éviter le Golan
Rechercher

Les Etats-Unis ordonnent à ses employés d’éviter le Golan

L’ambassade interdit aux officiels de voyager dans la zone sans autorisation préalable, alors que Tsahal donne l’instruction aux résidents de préparer les abris anti-bombes

Des soldats israéliens prenant position dans le plateau du Golan près de la frontière syrienne, le 10 février 2018. (Crédit : AFP / JALAA MAREY)
Des soldats israéliens prenant position dans le plateau du Golan près de la frontière syrienne, le 10 février 2018. (Crédit : AFP / JALAA MAREY)

Mardi, l’ambassade américaine en Israël a interdit aux employés gouvernementaux américains de voyager sur le Plateau du Golan sans en avoir auparavant reçu l’autorisation, au milieu de craintes d’une attaque iranienne depuis la Syrie voisine.

L’armée israélienne est en état d’alerte maximale dans le nord en vue d’une possible riposte de l’Iran pour les frappes, imputées à Israël, sur ses sites en Syrie. Dimanche, des officiels ont déclaré que l’Iran se préparait peut-être à lancer des missiles sur une cible militaire.

« A cause des récentes tensions dans la région, et jusqu’à nouvel ordre, les employés du gouvernement américain doivent obtenir une autorisation préalable s’ils souhaitent visiter le Plateau du Golan », a écrit l’ambassade américaine dans l’alerte de sécurité postée sur son site internet.

L’ambassade a ajouté que le personnel du gouvernement « devrait bien réfléchir à voyager vers le Plateau du Golan jusqu’à ce que la situation se stabilise, devrait se tenir au courant de la situation, devrait être attentif à l’environnement, devrait suivre les médias locaux pour des nouvelles informations et suivre les instructions des responsables de la sécurité ».

Peu après le message américain, Tsahal a averti des mouvements iraniens irréguliers en Syrie, conseillant aux résidents du Golan de préparer les abris anti-bombes et en plaçant les défenses aériennes en alerte maximale.

Des officiels israéliens pensent que les Gardes Révolutionnaires de l’Iran préparent une tentative de riposte contre Israël, en utilisant leurs alliés en Syrie – les forces du Hezbollah et des milices chiites – pour attaquer l’état juif.

Les forces de sécurité prennent les mesures nécessaires pour s’efforcer de limiter les dégâts de toute attaque potentielle, avec la crainte qu’une dure frappe iranienne pourrait forcer la main d’Israël et conduire à une escalade non souhaitée contre Téhéran.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, s’exprime lors d’une rencontre bilatérale avec le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, le 26 avril 2018 au Pentagone à Arlington, en Virginie (Alex Wong / Getty Images / AFP)

Lundi, le ministre de la Défense Avidgor Liberman a déclaré qu’il n’y avait pas besoin de paniquer.
« Il y a des défis et de nombreuses menaces, mais nous savons comment traiter toutes les menaces et être à la hauteur de tous les défis, a-t-il déclaré depuis la Knesset. Il ne faut pas être euphorique ou fier, mais nous sommes prêts à n’importe quel scénario ».

Téhéran a promis de se venger après que de la base T-4 en Syrie a été frappée par un raid aérien le 9 avril tuant au moins sept membres du Corps de Gardes de la Révolution iranienne. La frappe a été très largement attribuée à Israël, même si Jérusalem a refusé de la commenter.

T-4 était la base à partir de laquelle Israël a affirmé que l’Iran avait lancé une attaque de drone contre Israël en février. Plus tard le mois dernier, une deuxième frappe, qui aurait été menée par Israël contre la base contrôlée par l’Iran au nord de la Syrie, aurait tué au moins deux douzaines de soldats iraniens.

L’Iran dispose d’une grande variété de missiles sol-sol, en partant des roquettes à courte portée Farj-5 aux missiles de moyenne distance Fateh 110, avec une portée d’environ 300 kilomètres, jusqu’aux missiles ballistiques capables de frapper des cibles à plus de 1 300 kilomètres.

Pour contrer ces menaces, Israël dispose du système de défense anti-missile à plusieurs couches avec le Dome de Fer pour les roquettes à courte portée et les obus de mortier, la Fronde de David pour les missiles de moyenne portée, et Arrow pour les missiles ballistiques à longue portée.

Si ces batteries actives de défense aérienne ne sont pas efficaces, il y a des craintes que les protections passives d’Israël contre les missiles – les abris anti-aériens – ne fournissent pas une solution adéquate.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...