Les groupes pro-implantations restent insensibles face aux limitations des constructions en Cisjordanie
Rechercher

Les groupes pro-implantations restent insensibles face aux limitations des constructions en Cisjordanie

Le Conseil de Yesha assure que ces limitations ne perturberont pas la construction dans les implantations, mais plusieurs députés de droite craignent un gel déguisé

Construction de nouvelles maisons préfabriquées en Cisjordanie, entre l'avant-poste d'Amona (au fond) et l'implantation d'Ofra, au nord de Ramallah, le 31 janvier 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Construction de nouvelles maisons préfabriquées en Cisjordanie, entre l'avant-poste d'Amona (au fond) et l'implantation d'Ofra, au nord de Ramallah, le 31 janvier 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Le principal groupe pro-implantations s’est abstenu de critiquer le gouvernement à l’annonce du frein sur les constructions en Cisjordanie, même si plusieurs députés de droite s’inquiètent que ces limitations adoptées par le cabinet de sécurité de jeudi ne soient un gel des implantations de facto.

Le Conseil de Yesha a accueilli l’accord donné par le gouvernement vendredi sur la création d’une nouvelle implantation en Cisjordanie pour les familles qui ont été évacuées de l’avant-poste d’Amona, la première nouvelle ville dans les territoires depuis les accords d’Oslo en 1993.

L’organisation a indiqué qu’elle s’assurerait que la décision de Jérusalem, de limiter la construction de nouvelles implantations n’affecterait pas la construction dans les implantations existantes.

« À la lumière des décisions prises, et en dépit des limitations spécifiques, les accords conclus entre les gouvernements israélien et américain permettront la poursuite de la construction dans les implantations en Judée et en Samarie, ainsi que l’établissement d’une nouvelle implantation pour les résidents d’Amona », a déclaré le Conseil dans un communiqué.

 Des résidents évacués de l’implantation israélienne d’Amona manifestent devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem, brandissant une pancarte disant : « Vous avez détruit nos foyers », le 12 février 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des résidents évacués de l’implantation israélienne d’Amona manifestent devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem, brandissant une pancarte disant : « Vous avez détruit nos foyers », le 12 février 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Le vrai test sera le renouvellement immédiat des projets de construction et de développement dans les implantations, et des actions sur le terrain. Nous devons être vigilants, et travailler de concert avec le gouvernement israélien pour mener ce projet à bien. »

Jeudi soir, à peine quelques heures après que le cabinet de sécurité a décidé d’établir la nouvelle implantation, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’Israël mettrait le holà sur les implantations en Cisjordanie, comme geste de bonne foi face au président américain Donald Trump.

Le bureau du Premier ministre a déclaré que toutes les futures constructions seront limitées aux frontières existantes des implantations ou à celles adjacentes. Cependant, si des limitations légales, sécuritaires ou topographiques ne permettent pas de se conformer à ces directives, de nouveaux logements seront construits à l’extérieur des frontières des implantation existantes, mais le plus près possible. Les nouvelles directives sont basées sur les politiques existantes.

Netanyahu a également indiqué à ses ministres qu’Israël empêchera également la création de nouveaux avant-postes.

« C’est une administration très cordiale et nous devons prendre en compte les demandes du président », a déclaré Netanyahu au cabinet de sécurité, selon le quotidien Haaretz. Il évoquait les propos de Trump, qui a fait savoir à Netanyahu qu’il voudrait voir un ralentissement dans les constructions.

Parallèlement, le député Bezalel Smotrich (Habayit Hayehudi), qui vit dans une implantation de Cisjordanie, a accusé le gouvernement de mettre en œuvre un gel des implantations.

« Ce matin, sur mon fil d’actualités, et selon les commentateurs, la droite prétend que le cabinet a décidé hier de la construction [en Cisjordanie], la gauche prétend qu’il y a un gel », a écrit Smotrich sur Twitter vendredi. « Malheureusement, cette fois-ci, ce sont les commentateurs de gauche qui ont raison. La droite se voile la face. »

Le député Yehuda Glick (Likud), également résident des implantations en Cisjordanie, a exprimé une opinion similaire.

« J’espère, à l’inverse des commentateurs, que le gouvernement n’a pas décidé de geler la construction dans les implantations » a tweeté Glick vendredi. « Nous ne pouvons accepter une chose pareille. La construction en Judée et en Samarie est capitale pour ceux qui veulent la paix. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...