Les groupes terroristes gazaouis promettent de contourner la barrière souterraine
Rechercher

Les groupes terroristes gazaouis promettent de contourner la barrière souterraine

Pour le Hamas, la barrière anti-tunnels entourant la bande de Gaza n’empêchera pas ses tentatives pour "libérer" la Palestine

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Soldats et civils israéliens utilisent un équipement lourd pour découvrir un tunnel d'attaque du Hamas, près de la frontière avec la bande de Gaza en avril 2016. (Crédit : unité des portes-paroles de l'armée israélienne, vidéo diffusée le 18 avril 2016)
Soldats et civils israéliens utilisent un équipement lourd pour découvrir un tunnel d'attaque du Hamas, près de la frontière avec la bande de Gaza en avril 2016. (Crédit : unité des portes-paroles de l'armée israélienne, vidéo diffusée le 18 avril 2016)

Le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens ont promis samedi une réaction forte au projet annoncé par Israël de construction d’une barrière souterraine le long de la frontière avec Gaza.

Le quotidien hébraïque Yedioth Ahronoth a annoncé jeudi que les chefs de la sécurité avaient décidé de lancer un projet à plusieurs milliards de shekels pour un mur en béton passant au-dessus et en dessous de la barrière entre Israël et la bande de Gaza afin d’empêcher les Palestiniens de creuser des tunnels en direction du pays et de mener des attaques terroristes.

Un haut responsable du Hamas, Ismail Radwan, a déclaré au site d’information affilié au Hamas al-Resalah, que « la résistance est capable de s’adapter à toutes les circonstances afin de continuer son projet visant à libérer [la Palestine] ».

Le responsable a également affirmé que les projets annoncés étaient un signe de « l’échec d’Israël à faire face aux tunnels » et a souligné que les procédures « ne limiteraient pas la capacité de la résistance à défendre notre peuple ».

Membres des brigades al-Quds dans un tunnel utilisé pour acheminer des roquettes et des obus pour préparer le prochain conflit avec Israël pendant un entraînement militaire, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 mars 2016. (Crédit : AFP/Mahmud Hams)
Membres des brigades al-Quds dans un tunnel utilisé pour acheminer des roquettes et des obus pour préparer le prochain conflit avec Israël pendant un entraînement militaire, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 mars 2016. (Crédit : AFP/Mahmud Hams)

Aux côtés de ce responsable du Hamas, les dirigeants d’autres factions palestiniennes de Gaza ont promis de frapper Israël si le mur souterrain devait être construit.

Khader Habib, dirigeant de l’organisation terroriste du Jihad islamique à Gaza, a déclaré à al-Resalah que son groupe ne permettrait pas à Israël de changer la situation sur le terrain dans la bande de Gaza.

« Si nous sommes forcés à le faire, nous répondrons avec force », a averti Habib.

Zulfikar Suergo, membre du comité central du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a déclaré que la construction du mur souterrain « conduirait à l’ouverture d’un nouveau front puisqu’il constituerait une agression contre Gaza ».

Hommes armés palestiniens masqués du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), pendant un rassemblement pour célébrer une semaine de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, à Gaza, le 2 septembre 2014. (Crédit : AFP/Mahmud Hams)
Hommes armés palestiniens masqués du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), pendant un rassemblement pour célébrer une semaine de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, à Gaza, le 2 septembre 2014. (Crédit : AFP/Mahmud Hams)

Talal Abu Zarifa, un membre de longue date du Front démocratique pour la libération de Palestine (FDLP) a déclaré qu’Israël doit reconnaître que le mur en ciment « n’apporterait pas la sécurité à Israël » et que les tunnels sont « seulement une partie de l’équation ».

La barrière souterraine, proposée pour la première fois à la suite de la guerre à Gaza en 2014, pendant laquelle des combattants du Hamas ont pénétré en Israël à travers les tunnels, coûterait 2,2 milliards de shekels (500 millions de dollars), beaucoup moins que les estimations antérieures qui annonçaient un budget prohibitif de dizaines de milliards de shekels.

La barrière devrait inclure des protections au-dessus et en dessous du sol contre une infiltration depuis l’enclave côtière et devrait inclure à la fois des barrières physiques et une technologie de détection améliorée.

Un tunnel allant de Gaza en Israël, vu sur une photo dévoilée par l'armée israélienne le 18 avril 2016. (Crédit : unité des portes-paroles de l'armée israélienne)
Un tunnel allant de Gaza en Israël, vu sur une photo dévoilée par l’armée israélienne le 18 avril 2016. (Crédit : unité des portes-paroles de l’armée israélienne)

En mai et avril, l’armée israélienne a découvert deux tunnels qui entraient dans le territoire israélien, les premières découvertes de ce type depuis la fin de la guerre, en août 2014.

Le tunnel découvert en avril se situait à une profondeur approximative de 30 à 40 mètres en dessous du sol pour entrer d’une dizaine de mètres dans le territoire israélien depuis la bande de Gaza.

Israël travaille depuis plus d’une décennie à trouver une réponse technologique ou physique aux tunnels du Hamas passant sous la frontière.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...